PLAISIRS D’AMOUR.

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Te souviens-tu de l’assag, rite de l’amour courtois, prôné par les troubadours, où les amants couchés nus à nues se limitaient aux baisers et caresses. Il était à la fois un plaisir d’être amoureux et un voeu d’éterniser le désir… C’était là une forme de l’amour suprême, dit fin’amor.

Ou des lettres qu’Héloïse écrivit, ayant pris le voile, à Abélard son amant qui lui fit un enfant et qu’en conséquence elle épousa en secret, puis qui fut par vengeance châtré. Elle lui disait, en parlant de l’amour, qu’ensemble ils avaient goûté autant de douceurs, qu’elle ne pourrait ni les détester, ni les chasser de ses souvenirs et qu’au-delà ces derniers se présentaient à ses yeux et éveillaient tous ses désirs. Ainsi au lieu de gémir des fautes commises, elle ne pouvait, qu’en soupirant, penser à celles qu’elle ne commettrait plus.

Ou encore de Dante qui pensa toute sa vie à Béatrice décédée jeune, son amour, qui marqua toute son oeuvre et qu’il rejoignit, dans la Divine Comédie, au Paradis.

Voilà les mystères de l’amour et les plaisirs qu’il ne cesse de donner…

Et je pense sans cesse à tous ces moments et endroits  insolites où nous ne cessions de nous retrouver. Désir de ne plus se quitter et de tout partager, désir de la chair,  plaisir des caresses, explosion des fantasmes, ils m’étaient devenus indispensables. A chaque moment, je ne pouvais que les attendre. Le monde nous appartenait et tu étais devenu Cupidon, dieu de l’Amour…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 04 Février 2010.image74 


Archives pour la catégorie -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

DANS LES BRAS DE MORPHEE.

TRES BELLE IMAGE D ANGES 152 

Après avoir dessiné de rose mes lèvres pulpeuses qui s’entrouvent, je t’imagine après un long travail,

La tête sur l’oreiller dans les bras de Morphée…

Que fais-tu étendu sur ta couche ? Je m’envole, je t’observe et te suit par la pensée puis reste là au-dessus de toi, tel un ange à te regarder,

La vie et ses secrets échappent encore à ton empire…

Puis je chemine dans l’éclat de la lune et je te vois d’un coup t’agiter, n’es-tu pas entrain de rêver ? Je plonge aussitôt dans tes pensées…

Alors je te regarde te promenant avec moi, main dans la main, dans des montagnes arides et si belles !

Tu sembles transporté de joie, la fatigue n’a plus d’emprise sur toi, tu ris, tu t’enivres sous un soleil si pur,

Puis tu me laisses soudain pour courir, là bas, vers cet oranger et tu cueilles une branche de ses fleurs parfumées pour me les apporter,

Puis tu plonges à nouveau dans un sommeil profond et je te contemple, immobile, sans m’arrêter… Tu te reposes dans cette nuit parsemée d’une myriade d’étoiles,

Tu penses à l’existence… tu aimerais connaître tous les plaisirs et les rêves que tu ne peux t’accorder,

Demain tu te réveilleras à l’aube,

Et tu oublieras que cette nuit, j’aurai tenu ta main et apaisé ton âme…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 02 Février 2010.image74 

A PLATON.

 Eros bow Musei Capitolini MC410.jpg

L’Amour bandant son arc – copie romaine d’un original de Lysippe – Musées du Capitole.

cupid01.gif

Toi qui écrivit Le Banquet, en 385 avant JC, tu savais,

A travers l’un des plus beaux discours sur l’amour,

Où tu faisais intervenir Socrate avec d’autres convives tour à tour,

Qui font l’éloge d’Eros en le divinisant…

Que l’amour est la recherche de l’idéal,

Qu’il apporte la honte du mal et guide vers le bien,

Que l’homme amoureux montre pour son partenaire courage et dévouement,

Qu’aimant, il devient vertueux et heureux,

Qu’il est l’objet de son désir et le consolateur de ses peines,

Qu’il peut être physique et servir à la procréation,

Et qu’ainsi par les générations engendrées, il  rend l’homme immortel,

Mais qu’il peut, au-delà, être une recherche de la Beauté surnaturelle, idéale et absolue,

Qui permet à chacun d’atteindre le beau universel, surnaturel et le divin,

Et Platon, tu as alors conclu, à travers les paroles de Socrate,

Que l’homme doit honorer l’Amour comme il s’honore lui-même,

Comment trouver un plus beau discours sur l’amour !

En te lisant et relisant je ne cesse encore de penser aujourd’hui : 

Qu’est-ce-que l’amour ?…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 01 Février 2010.image74 

 

UNE ETOILE EST NEE.

  UNE ETOILE EST NEE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. mort-d-etoile-426061

Il a suffit d’un mot pour que fonde la pierre de ces montagnes si belles qui t’ont reçues bébé,

Que tout s’embrase sur ton sol tant chéri alors que tu n’étais encore qu’un enfant,

Et là entre la mort et toi, il n’y a eu qu’un pas…

Aujourd’hui, c’est cette terre que tu continues à chérir et tu ne peux t’empêcher de te souvenir de toutes ces horreurs gravées au fer rouge,

Puis par delà les montagnes et la mer sans vague, tu cherches le silence et les racines de ce peuple que tu ne cesseras d’aimer,

Tu réclames des droits pour chacun des vivants et demandes que le présent vive sous le poids des mémoires,

Mais souviens toi aussi que là bas en Orient, c’est le blanc qui domine et le parfum des fleurs emporté par le vent,

Et dans ce beau mystère des contes des mille et une nuits, mes bras t’entourent des ailes de l’amour,

Pour t’aider à parvenir à sécher toutes tes larmes et qu’enfin tu vives au présent dans l’amour et la joie,

Car ta vie est précieuse et faite pour aimer,

Ecoute chanter le vent…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 30 Janvier 2010.image74 

HOMME D’ORIENT.

 

 

HOMME D'ORIENT. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 14078-portrait-d-homme-oriental-de-profil-236x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O mots ! emmenez moi, par la pensée dans ces contrées qui me sont inconnues!…

Je pars sur un tapis de soie et voyage à travers les dunes, puis j’invite le vent et lui montre la voie pour qu’il me conduise jusqu’à toi,

Le soleil et la lune éclairent mon chemin, mes yeux bleus turquoises brillent comme des étoiles et illuminent le ciel,

Moi, déesse Aphrodite, je te montrerai l’invisible et  je jetterai  un charme où tout deviendra rêve,

Alors, je t’emmènerai dans mon  royaume car je suis magicienne,

Je te ferai boire le filtre que je t’aurai versé et tu ne cesseras de m’aimer pour l’éternité,

Couché sur un tapis de mousse, tu ne pourras retenir des gémissements de plaisir et avec moi tu découvriras le continent profond de l’amour,

Puis je t’emporterai dans une extase éternelle,

Car ma terre demeure toujours une terre de magie et je refermerai sur nous les portes de l’avenir.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 29 Janvier 2010.image74 

LA-BAS.

Cliquez pour fermer ce cadre

Dans cette baie, illuminée de soleil, le ciel est d’un bleu pur et la mer frissonne,

Et tu es là, le regard troublé, pensant à ce passé qui t’a meurtri  et où l’homme a su fonder d’autres droits,

Mais tu te révoltes encore…

Néanmoins, l’univers ne cessera jamais de pleurer et tu dois parvenir à sècher toutes tes larmes,

Et réussir à tarir cette douleur qui coule dans tes veines et continue à te ronger,

Je suis là, avec toi, à penser à ces mots colorés que tu sais si bien prononcer,

Je t’imagine le visage songeur et pensant à l’amour qui te fait oublier ces horreurs,

Je te sens si fragile mais aussi volontaire…

Comme ces hommes d’Orient souvent si affirmés,

Es-tu vêtu comme les hommes d’occident ? Ou portes-tu, chez toi, ces habits si étranges pour moi ?

Je suis là en pensée et t’insuffle ma joie…

L’oiseau, ma messagère, saura te l’apporter.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 28 Janvier 2010.image74 

TOI, DOUX MAITRE.

TOI, DOUX MAITRE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 271165_142358792508858_946434_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Toi,

Tu es le doux maître qui sait calmer mes angoisses, qui connaît mes peines et peut les apaiser,

Toi,

Avec qui j’aime me perdre dans des songes merveilleux et sentir les longs doigts qui me caresse avec délicatesse,

Toi,

Dont le regard est toujours là, posé sur moi, dans la brume ou dans la joie et à chaque moment qui m’accompagne,

Toi,

Homme si précieux qui partage de loin ma vie mais en même temps toujours si présent,

Toi,

La perle tant attendue que Cupidon, un jour, a envoyé attendre sur le chemin ma venue, puis a bien voulu me donner,

Amour!

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif 

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 25 Janvier 2010.image74

A SAPPHO.

A SAPPHO. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 300px-Sappho_and_Alcaeus

Femme aux cheveux et yeux noirs de Mytilène, tu étais brillante et de nature passionnée. Plutarque disait de toi que tes paroles étaient de feu. Tu as pris un mari, qui après trois années, mourut te laissant sa fortune.

Grande poètesse, Platon te comparait à la dixième muse. Le poète Alcée était de toi amoureux. Tu dus t’exiler, comme lui, en Sicile à cause de tes engagements politiques. Puis de retour à Mytilène, tu fondas une institution, dénommée la maison des servantes des muses. Tu y enseignais écriture, lecture, théâtre, poésie, musique et danse. Tu choisis Aphrodite, déesse de l’amour, comme sa protectrice.

Tu tombas follement amoureuse de jeunes filles, comme Atthis, pour laquelle tu chantas tout ton amour. Tu fus la première femme au monde, à montrer tes joies et tes souffrances. Tu les portas sur des cahiers dont peu nous sont parvenus.

Comme moi, tu appelais Aphrodite, royale et immortelle, à venir à toi, à être ton alliée, à te délivrer de tes peines, à exaucer ton coeur. Et tu n’hésitas pas à montrer les transports de l’amour : le bonheur, les frissons, la flamme et les langueurs qu’à chacun il fait vivre.

Tu mourus à 32 ans…

Claire. background-2008_039.jpgdove.gif 

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 20 Janvier 2010. Afficher l'image en taille réelle  image74

AIMER.

AIMER. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. je-t-aime-a-la-folie

Lorsque nous étions adolescent tu m’aimais et tu te contentais de me regarder sans oser me parler, ébloui par ma beauté.

A présent tu es là et ce qui compte, c’est de pouvoir communiquer, profiter l’un de l’autre à chaque instant et de te garder bien présent.

Je t’aime.

J’ai défié les années qui passent et je m’enivre à chaque instant de ton amour. Je ferme les yeux et je suis transportée au rythme de tes caresses et sous tes baisers, dans l’ivresse.

Je t’aime.

Je transgresse la loi car mon coeur brûle pour toi. Viens sur mon corps, nu, te poser et sur mes lèvres envoies le péché.

Car je t’aimerai toujours,

Je dirai même à qui m’empêcherait, je t’aime, sous la torture et je ne pourrai jamais cesser de t’aimer.

Et maintenant le mot aimer danse devant mes yeux et je l’écris car il embellit la vie au présent :

A imer à la folie,

I nvitation à l’amour,

M agie qui nous réunit,

E nvie de me donner à toi toujours,

R edemande encore et encore de l’amour…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 13 Janvier 2010.image74 

 

LA DANSE.

LA DANSE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 5ts3k4vl

La musique coule et dans tes bras je me glisse. Mon corps trouve ton corps et se balance en cadence. Et des arabesques se forment et se déforment.

Avec toi, je vacille et je m’envole, en corps à corps. La musique résonne à mes oreilles. Je ne suis plus qu’un animal qui se colle et te suit à chaque mouvement que tu donnes.

Chaque mot fait sur moi un écho et le rythme décale mes hanches à chacun de tes pas. Nos corps se frôlent et je frissonne. Nos yeux s’imbibent de bonheur. Dansons donc toi et moi unis contre le temps!

Ma chevelure blonde ressemble au champ de  blé qui ondule sous le vent. Mes yeux se rivent aux tiens comme deux bijoux où se mèle l’or des lumières qui scintillent.

Je marche en cadence et je m’abandonne. Des étoiles parsèment mon coeur. Et je continue à danser, danser… tourner, tourner… Alors, il n’y a plus que toi et moi…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 12 Janvier 2010.image74 

1...2425262728...30

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...