HADES (PLUTON).

pluton ou Hadès

Hadès était parmi les Olympiens le quatrième enfant de Cronos et Rhéa, auquel fut attribué le monde souterrain ainsi que le monde des morts. Il était le frère d’Hestia, de Déméter, d’Héra, de Zeus et de Poséidon. Il avait été comme eux avalé par son père puis libéré par Zeus.

Hadès quittait rarement son empire pour l’Olympe ou la Terre. Il était sans pitié, inexorable mais juste. Il était un dieu terrible mais non malfaisant. Néanmoins, il était un visiteur indésirable… Sa tête était coiffée d’un casque, la Kunée qui avait la propriété de rendre invisible qui la portait. Il l’avait reçue des Cyclopes lorsqu’il avait pris part à la Titanomachie.

Au terme de cette guerre contre les Titans, Hadès reçut les ombres brumeuses et résida avec elles aux Enfers. Roi des morts, il avait pour mission de les empêcher de partir car leur vue aurait traumatisé les hommes et les dieux. Grâce à son sceptre, il les dirigeait. A l’entrée des Enfers, se tenait un chien de garde à trois têtes, Cerbère, qui l’aidait à retenir les morts. Le Poète Eschyle, décrit Hadès, comme le Juge des morts.

Sa femme était  Perséphone (Proserpine) qu’il avait enlevé sur terre pour en faire la reine des Enfers : fille de Zeus et de Déméter, elle cueillait un jour des fleurs en compagnie d’Athéna et d’Artémis, dans la plaine de Nysie et il l’emporta. Sa mère chercha sa fille unique sur toute la Terre après sa disparition, pendant 9 jours et 9 nuits, mais en vain. Hélios, dieu du Soleil, qu’elle interrogea, lui apprit que sa fille était dans le royaume des morts. Déméter décida donc d’aller la chercher aux Enfers… Mais Hadès refusa de la lui rendre.

Pour se venger Déméter, déesse de l’Agriculture et des Moissons, empêcha les graines de germer sur Terre. Zeus tenta alors une réconciliation pour éviter une catastrophe. Par l’intermédiaire de son messager Hermès, il ordonna à Hadès de rendre Perséphone à Déméter avant que les gens sur Terre ne soient tous morts de faim. Hadès accepta de la laisser partir. Mais avant son départ, il la piègea en lui donnant 6 graines de grenade à manger, le fruit des morts

Perséphone a donc dû, après avoir mangé cette nourriture, rester dans les Enfers. Mais un compromis a été trouvé : elle vivrait 6 mois de l’année avec son époux, Hadès (l’automne et l’hiver) aux Enfers. Elle passerait les 6 autres mois restant ( le printemps et l’été) dans l’Olympe et sur terre avec sa mère Déméter, pour l’aider.

Par ailleurs, je précise qu’ Hadès était le Souverain des mort mais non la mort que les Grecs appelait Thanatos et les Romains Orcus. A ce titre il était craint et détesté.

Hadès est représenté barbu, d’un certain âge, tenant la corne d’abondance.  Ses attributs sont le Sepent, le Cerbère, la Kunée, la Corne d’abondance, la lance à deux fourches et le char tiré par deux créatures mi-hommes, mi-chevaux.

Claire.background-2008_039.jpgimage74

Histoire écrite et publiée par Claire le 24 Janvier 2010, d’après la mythologie grecque et romaine que Claire aime pour sa Beauté.


Archives pour la catégorie -Histoires et légendes.

HESTIA (VESTA).

HESTIA (VESTA). dans -Histoires et légendes. 140px-Hestia-meyers

La Vesta Giustiniani – Musée Torlonia ( Rome).

Vesta est la fille ainée de Cronos et de Rhéa. Elle est la soeur de Zeus, Poséidon, Hadès, Héra et Déméter. Hésiode dit qu’elle est la première née. Comme Athéna et Artémis, elle est une déesse vierge. Dans l’hymne homérique à Aphrodite, Apollon et Poséidon la poursuive de leurs assiduités mais Héra refuse leurs avances et jure de rester vierge à jamais au Styx devant Zeus.

Elle ne joue pas de rôle dans les mythes. Elle est la déesse du feu, symbole du foyer, devant lequel tout enfant nouveau né doit être porté, avant d’être accepté dans la famille. Chaque repas commence et finit par une offrande à Hestia. On célèbre des sacrifices en son honneur. En effet, elle a obtenu de Zeus, d’être honorée dans chaque demeure et dans tous les temples. Son domaine couvre le foyer domestique et celui de la cité. Diodore de Sicile indique qu’Hestia inventa la construction des maisons.

Chaque cité possédait un foyer public, hébergé au prytanée, qui était consacré à Hestia et dont le feu ne devait jamais s’éteindre. Elle le protège. Pindare la nomme la patronne des Prytanes. Ce foyer public était le centre politique et religieux de la cité. 

Hestia protègeait également les colonies. En effet, lorsqu’une colonie était fondée, les émigrants, les clérouques, emportaient avec eux des charbons ardents prélevés au foyer de leur cité-mère et avec lesquels ils allumaient le feu de la ville nouvelle.

A Rome, le feu sacré de Vesta était entretenu par six jeunes prêtresses vierges, les Vestales.

Hestia est représentée debout, sévèrement vêtue, avec un voile sur la tête.

Claire.background-2008_039.jpgimage74

Histoire écrite et publiée par Claire le 23 Janvier 2010, d’après les légendes grecques. Claire est très attentive à la déesse qui protégeait le foyer.

POSEIDON (NEPTUNE).

28513645

Poséidon est le dieu des mers, des océans, des tremblements de terre et des sources. Il régne sur la mer. Il est le fils de Cronos et de Rhéa et le frère de Zeus et d’Hadès. Il a été à sa naissance tout comme ses frère et soeur Hestia, Déméter, Hera et Hadès, à l’exception de Zeus, dévoré par Cronos. Il est rendu au jour, grâce à la ruse de Zeus, qui fait vomir Cronos.

Sur les rives de la mer Egée, les Grecs sont marins. Ils vénèrent donc particulièrement Poséidon.

Poséidon participe avec ses frères et les autres dieux à la titanomachie et c’est lui qui referme sur les Titans les portes d’airain du Tartare. Lors du partage du monde qui suit la victoire des Olympiens, il reçoit la souveraineté de la mer, Zeus règne sur le ciel et Hadès sur les Enfers.

Poséidon veut épouser Amphitrite, petite fille d’Océan, le Titan après avoir courtisé la Néreide Thétis en vain. Mais Amphitrite résiste à ses avances et s’enfuit dans les montagnes de l’Atlas pour lui échapper. Il envoye alors des messagers à sa poursuite et elle finit par cèder et accepter de l’épouser. De cette union nait trois enfants : Triton, Benthésicymé et Rhodé. Poséidon a aussi des enfants avec d’autres divinités et des immortelles.

Bien qu’il posséde un Palais somptueux tout au fond de la mer, c’est dans l’Olympe que Poséidon est vu le plus souvent.

Il dompte les chevaux. Il est réputé pour avoir créé le premier cheval. Souverain de la mer, c’est lui qui fit cependant don du premier cheval à l’homme. Il apprend aux hommes à monter les chevaux à l’aide d’une bride. Il s’intéresse aux chevaux mais aussi aux taureaux. Il fait sortir de la mer à la demande de Minos, un taureau gigantesque. Mais le roi de Crète refuse de sacrifier l’animal. Pour se venger, Poséidon insuffle à son épouse Pasiphaé, un amour coupable pour le taureau. De leur union naîtra le Minotaure.

Poséidon gouverne la tempête et les eaux calmes. Il commande à la houle et au vent de se lever.

Lorsque dans son char d’or, tiré par deux chevaux aux sabots de bronze, il roule à la surface des eaux, le silence succède au bruit des vagues et une sérénité paisible suit le passage de ses roues. Sur son passage les dauphins sautent de joie et le mer s’entrouve. Il est représenté tenant dans sa main un trident, une lance à trois pointes avec laquelle il pouvait à son gré tout soulever et disperser. Il a reçu ce trident des cyclopes pendant la Titanomachie.

Ses attributs sont le trident, l’algue, le poisson, le cheval.

Ses annimaux favoris sont le cheval, le taureau, le dauphin.

Ses sanctuaires sont Eleusis, cap Sounion, Délos, l’ïle de Tinos.

Claire.background-2008_039.jpgimage74

Histoire écrite et publiée par Claire le 22 Janvier 2010, d’après les légendes grecques qui lui montrent l’Amour et la Beauté.

 

HERA (JUNON).

Hera Staatliche Antikensammlungen 2685.jpg

Héra, médaillon d’un Kylix à fond blanc du Peintre de Sabouroff vers 470 av JC.

Héra était la fille des Titans Cronos et  Rhéa. Elle était la femme de Zeus et sa soeur. Elle avait comme frère Déméter, Hadès, Poséidon et Hestia. Elle a été élevée par Océan, le Titan et la Titanide Téthys. Dès sa naissance, elle était avalée par son père puis elle était libérée par son frère Zeus, en même temps que les autres enfants. Elle est la mère avec Zeus d’Arès, d’Hébé et d’Ilithyia ou Ilythie mais aussi d’Héphaïstos qu’elle conçoit seule pour défier Zeus pour certains auteurs et pour d’autres, il est son fils.

Héra était la protectrice du mariage légitime, la gardienne de la fécondité du couple et des femmes en couche. En tant que déesse du mariage légitime, elle n’a donc aucun amant bien que des hommes comme Ixion la désire. Elle prenait toujours soin des femmes mariées.

Les poètes tracent d’elle souvent un portrait peu flatteur. Ils nous la décrivent persécutant les nombreuses femmes surtout celles que Zeus honorait de ses faveurs. Mais Zeus arrivait toujours à la tromper. Que ces femmes aient été contraintes par le Zeus ou abusées par lui, celà ne lui importait pas. Elle les traitait toutes de la même manière. Sa colère intraitable les poursuivait ainsi que leurs enfants. Parmi ces femmes on retrouve la nymphe Io que Zeus a transformé en vache pour la protéger d’Héra et qui est rendue folle par les piqûres de taons qu’elle lui envoye.

Jamais Héra n’oubliait une injure. Sans sa haine pour le Troyen Pâris, qui prétendait que la déesse Aphrodite l’éclipsait en beauté, la guerre de Troie se serait terminée dans une paix honorable, laissant les deux adversaires inconquis. Seule la ruine de Troie effaça l’affront qui avait été fait à ses charmes. A noter que dans la Conquête de la Toison d’Or, Héra était la protectrice de leurs hauts faits.

Héra est vénérée dans chaque foyer. C’est la divinité dont les femmes mariées imploraient le secours. De plus, sa fille Ilythyia ou Ilythie assistait les mères au moment de l’enfantement.

Argos était sa cité favorite : Homère la décrit comme une ville chère à la déesse. Elle possèdait également un temple à Olympie, à Corinthe, à Samos et au cap Lakinion.

La vache et le paon lui était consacrés. Elle était liée au symbole de la vache blanche car cet animal engendrait la prospérité et l’abondance.

Ses attributs étaient le diadème royal et le sceptre.

Claire.background-2008_039.jpgimage74

Histoire écrite et publiée par Claire le 22 Décembre 2009, d’après la mythologie grecque qui passionne Claire.

PALLAS ATHENA (MINERVE).

Pallasetlecentaure.jpg

Pallas et le Centaure par Botticelli (1482).

Pallas Athéna dite Athéna est le fille de Zeus et de Métis (une océanide), déesse de la raison et de la prudence. Un jour Ouranos ( le Ciel étoilé) prévient Zeus qu’un fils, né de Métis, lui prendra son trône. Donc, dès que Métis est enceinte, Zeus prend la décision de l’avaler. Mais quelques mois plus tard, il a des maux de tête. Il demande alors à Héphaïstos, le dieu forgeron de lui ouvrir le crâne d’un coup de hache. Athéna sort alors en brandissant sa lance et son bouclier et pousse un cri de guerre.

Plus tard, Athéna est la fille de Zeus uniquement. Aucune mère ne l’a portée. Adulte et toute armée, elle est sortie du crâne de Zeus.

Dans l‘Iliade, elle est une déesse guerrière, ardente et impitoyable. Mais dans d’autres textes, elle ne combat que pour défendre l’Etat ou le foyer contre des ennemis extérieurs. Elle est avant tout la déesse de la Cité, la protectrice de la vie, de l’artisanat et de l’agriculture. La cité doit être protégée non seulement spirituellement mais aussi physiquement. Athéna représente l’art de se protèger et de prévoir les combats à venir. Elle est l’inventeur de la bride qui permit aux hommes de dresser les chevaux.

Athéna rejoint très vite les dieux de l’Olympe. Elle y prend aussitôt une place importante. Elle est l’enfant préféré de Zeus. Il ne peut rien lui refuser. Comme Zeus, elle tient l’égide et il lui confie son bouclier et le foudre, l’arme dévastatrice.

Athéna est souvent nommée la « déesse aux yeux pers » ou encore « aux yeux étincelants ». Elle est la plus importante de toutes les divinités vierges comme Hestia et Artémis. On l’appelle Parthénos, la Vierge, et son temple est le Parthénon. Elle personnifie la sagesse, la raison et la chasteté.

Néanmoins, elle est l’objet de la cour d’Héphaïstos. Il la poursuit et répand sur sa cuisse son sperme. La déesse l’essuie avec de la laine. La terre est ainsi fécondée et donne naissance à Erichthonios, qu’Athéna recueille et élève. Elle lui montre plus tard comment fabriquer un char.

Athènes était sa ville d’élection. Les Athéniens la vénéraient pour leur avoir appris à utiliser l’araire et l’attelage des boeufs. Ils créérent, en son honneur, les Parnathénées destinées à fêter l’anniversaire de la déesse.

Athéna protège les héros comme dans la guerre de Troie où elle protège Ulysse et surtout Télémaque sous les traits de Mentor.

Athéna combat au 1er rang. Elle tue le Géant Pallas. Son nom de Pallas Athéna en découle.

L’olivier qu’elle avait créé est son arbre. Son animal consacré est la chouette.

Claire. background-2008_039.jpg  

Légende écrite et publiée le 20 Décembre 2009 par Claire, d’après la mythologie grecque qui ne cesse de lui montrer sa Beauté.

PHOIBOS APOLLON dit APOLLON.

ApollonQui est Apollon?oiseauxvolenttttttttttttttttttttttttttttttttttttt.gif

Phoibos Apollon est le fils de Zeus et de Léto (Latone pour les Romains). Il naquit dans l’île de Délios. Sa naissance est racontée dans l’Hymne homérique à Apollon délien : Léto qui est sur le point d’enfanter parcourt la mer Egée, cherchant une terre d’asile pour mettre au monde son fils. Mais les endroits qu’elle choisit, refusent les uns après les autres d’accueillir Apollon. Léto gagne enfin l’île de Délios qui refuse d’abord de la prendre. Léto jure alors, par le Styx, que son fils bâtira un temple et l’île accepte aussitôt sa venue. Chez Pindare Artémis et Apollon naissent jumeaux. Chez Appolodore, Artémis naît la première et sert de sage femme à Léto pour la naissance de son frère.

On reconnait en lui le plus grec de tous les dieux. En effet, il apparaît comme l’un des plus beaux dieux de la poèsie grecque. Nul dieu n’a joué un rôle comparable dans le développement du mode de vie grec.

Il est le dieu grec du chant, de la musique et de la poèsie. Il est également le dieu des purifications et de la guérison. C’est un des principaux dieux capable de divination. Il est aussi le musicien qui charme l’Olympe lorsqu’il joue sur sa lyre dorée. Il est le patron de la musique et des arts. Il est appelé musagète, celui qui conduit les muses. Il est le seigneur à l’arc d’argent, le dieu des archers, le Guerisseur qui le premier apprit aux hommes l’art de la médecine. Apollon a aussi un rôle de tuteur des éphèbes, de jeunes guerriers qui accomplissent leur initiation d’adultes.

Mais tous ces dons ne faisaient pas seuls sa gloire. Il était surtout le dieu de la lumière, celui en qui nul ombre ne demeure. C’est ainsi qu’il devint le dieu de la Vérité. Jamais un mensonge ne tombe de ses lèvres et tous les hommes croient en sa parole.

Qui est aussi Apollon?oiseauxvolenttttttttttttttttttttttttttttttttttttt.gif

Quelques récits nous le montrent impitoyable et cruel. En effet, comme chez tous les dieux, des idées primitives et brutales luttaient en lui, les autres étant belles et poètiques. Homère le décrit comme un dieu orgueilleux, emporté par ses sentiments et par la violence.

Apollon à Delphes.oiseauxvolenttttttttttttttttttttttttttttttttttttt.gif

L’arrivée d’Apollon à Delphes fait l’objet de variantes selon les auteurs. Pour Pindare, le dieu prend contrôle du lieu par la force. Chez Eschyle, Gaïa donne l’endroit à sa fille Thémis, laquelle le donne à son tour à sa soeur Phébé qui le remet ensuite à Apollon.

Surplombé par les hauteurs du Parnasse, Delphes où se tenait l’oracle d’Apollon joue un rôle important dans la mythologie. L’oracle de Delphes a certainement été fondé entre 900 et 700 av JC. Castalie était une fontaine sacrée et Céphise son fleuve. Delphes passait pour être le centre du monde et les pélerins y affluaient de Grèce et d’ailleurs. Ce lieu n’avait pas de rival parmi les autres sanctuaires. Les réponses aux questions posées par les visiteurs étaient attendues avec impatience afin de connaître la vérité qui était prononcée par une prêtresse qui rentrait en transe avant de parler. Cet état de transe était causé, on le pense, par une vapeur exhalée et sortie d’un gouffre profond creusé dans le roc au-dessus duquel était posé le trépied sur lequel s’asseyait le Pytie ou Pythonisse. Le surnom de Loxias » l’oblique » était donné à Apollon à cause de l’ambiguïté de ses oracles. Apollon était le dieu de la prophétie qui révèle les mystères.

L’Apollon de Delphes était une divinité bénéfique en lien direct entre les dieux et les hommes. Il aidait ces hommes à se réconcilier avec eux, il les purifiait. Il pouvait même laver ceux qui s’étaient souillé du sang de leur famille.

Les autres noms d’Apollon.oiseauxvolenttttttttttttttttttttttttttttttttttttt.gif

Un autre nom lui était donné le  » Lycien  » tantôt signifiant le dieu-Loup, le dieu-Lumière ou le dieu de Lycie. Le lycée rendu célèbre par Aristote est placé dans un gymnase jouxtant le temple d’Apollon lykéios.

Dans l’Illiade, Apollon est encore le dieu-souris. Il est souvent aussi le dieu-Soleil. Son nom Phaébus ou Phébus signifie brillant ou étincelant. Cette assimilation s’explique par Phaébus, le brillant. Néanmoins le dieu-Soleil était Hélios, fils duTitan Hypérion.

Les amours d’Apollon.oiseauxvolenttttttttttttttttttttttttttttttttttttt.gif 

Réputé pour sa grande beauté, Apollon est néanmoins malheureux dans ses amours. Par exemple il poursuit la nymphe Daphné. Pendant sa fuite, cette dernière invoque son père, un dieu-Fleuve, qui la transforme en un laurier.

Apollon est aussi le dieu qui compte le plus d’aventures masculines. Par exemple il s’éprend de Hyacinthe, fils d’un roi de Sparte. Et alors qu’ils s’entraînent tous deux à lancer le disque soit le hasard, soit Zéphir le vent jaloux fait que le disque frappe Hyacinthe à la tempe. Apollon a un grand chagrin et il demande sa mort et du sang du jeune homme jaillit une fleur, la jacinthe, différente de la fleur actuelle. Elle ressemble plus à un iris, rouge cramoisi.

oiseauxvolenttttttttttttttttttttttttttttttttttttt.gif Dans l’art antique, Apollon était représenté avec les cheveux longs, coiffure typique des jeunes gens. Le laurier était son arbre. Des créatures lui étaient consacrées et plus particulièrement la tête de dauphin et le corbeau. Apollon a été aussi honoré par les Romains qui l’ont adopté très rapidement sans changer son nom.

Claire.background-2008_039.jpg 

 

Histoire écrite et publiée par Claire le 16 Décembre 2009, d’après la légende grecque. Apollon, par ses bienfaits, ne pouvait laissé Claire indifférente.image74

ARES (MARS).

ARES (MARS). dans -Histoires et légendes. 300px-Venus_and_Mars

Boticelli-Vénus et Mars, 1483-National Gallery (Londres).

Arès est le dieu de la Guerre, de la brutalité, du carnage et de la destruction. Il est le fils de Zeus et d’Héra qui d’après Homère le détestaient. Il apparaît au Panthéon des 12 grands dieux de l’Olympe. Homère le dit meurtrier, souillé de sang, maudit des mortels, lâche aussi, criant quans il souffre et fuyant quand il est blessé. Il est toujours suivi, sur le champ de bataille, d’une cohorde d’écuyers : Eris sa soeur, dont le nom signifie Discorde et le fils de celle-ci; de la déesse de la Guerre, Enyo (en latin Bellone) qui marche à ses côtés et avec elle Deimos (la Terreur) et Phobos ( la Crainte). Sous leurs pas, les gémissements s’élèvent et la terre rougit de sang. Néanmoins sa force aveugle n’en fait pas un combattant invincible…

Quant aux Romains, ils honoraient Mars qui accompagnait les héros sur les champs de bataille. Il était pour eux, le seul dieu à prendre part au combat.  Pour les latins, le dieu de la Guerre ne fut jamais la divinité poltronne et gémissante qui est dépeinte dans l’Iliade. Arès est au contraire, un être redoutable, invincible qui resplendit dans une armure étincelante.

Les héros du grand poème latin l’Enéide, que Virgile écrit et offre à Rome pour rivaliser avec l’Iliade et l’Odyssée, ne se félicitent pas de lui avoir échappé mais se réjouissent de tomber sur le champs de bataille à ses côtés. Ils s’élancent joyeux vers la mort et trouvent doux de mourir au combat…

Les Grecs, au contraire, n’aimaient pas Arès.  Il apparaît dans les récits de guerre et de combat comme la Guerre de Troie où il se range du côté des Troyens. On le voit aussi assister les Achéens. Dans de nombreuses légendes il n’est qu’un symbole de guerre. Pour les Grecs, il est insatiable de guerre, assaillant les remparts, détruisant les cités, pourfendant les boucliers, portant les dépouilles et le fléau des hommes. Il partage ses interventions avec Athéna qui représente, de son côté, l’ordre de la bataille. Arès, quand à lui, a un aspect sauvage, brutal et désordonné. Son nom désigne toute forme de violence comme la peste. Les Grecs l’identifient au  »dieu des larmes ».

Arès apparait rarement dans la mythologie car sa place dans le mythe est relativement limitée. Dans un récit il est l’amant d’Aphrodite et bafoue Héphaïstos (Vulcain), le mari trompé. Arès est ridiculisé lorsqu’Hélios, le dieu du soleil, le dénonce à Héphaïstos et que les deux amoureux (Arès et Aphrodite) sont pris au piège, dans un filet magique et exhibés par Héphaïstos aux dieux de l’Olympe qui s’en amusent beaucoup. Tout honteux, Arès part se réfugier en Thrace.

Chez Hésiode, Arès et Aphrodite sont présentés comme un couple légitime. Aphrodite lui donne trois enfants : Déimos, Phobos et Harmonie.

Une fontaine est consacrée à Arès dans la ville de Thèbes. Cependant, aucune cité ne lui est dédiée. Les Grecs disaient seulement qu’il venait de Thrace occupée par un peuple rude, bélliqueux et féroce du Nord de la Grèce.

Le vautour lui était consacré. Ses attributs étaient la torche, la lance, le casque le bouclier et l’épée .

Claire.background-2008_039.jpg 

Conte écrit et publié par Claire le 05 Décembre 2009, d’après la mythologie grecque et latine qui la captive par sa beauté.image74

 

APHRODITE (VENUS).

APHRODITE (VENUS). dans -Histoires et légendes. aphrodite_3

La naissance de Vénus-Sandro Botticelli, vers 1485-Galerie des Offices à Florence.

Aphrodite était la déesse grecque de la germination, des plaisirs, de surtout de l’Amour et de la Beauté. Elle séduisait  les hommes et les dieux. Elle était irrésistible et ôtait l’esprit, même aux sages. Puis elle se moquait doucement de ceux qu’elle avait séduits.

Dans L’Iliade, elle est la fille de Zeus et de Dioné ( l’une des filles d’Océan). Mais plus tard, on la fit naître de l’écume de la mer (en grec écume se dit aphros). Elle aurait été fécondée par le sexe d’Ouranos, tranché par Cronos. Une écume blanche serait sortie de ce membre divin et une fille se serait formée. Cette naissance eut lieu près de Cythère. De la Zéphyre (le vent) aurait transporté Aphrodite à Chypre. Et depuis les deux îles lui furent consacrées. Ainsi s’expliquent ses deux surnoms, donnés par ses habitants : Cythérée et  Cypris. Selon Pausanias, son premier lieu de culte est la cité Paphos sur l’île de Chypre. Les Romains la vénèrait, sous le nom de Vénus, de la même manière.

La beauté accompagne Aphrodite. Les vents et les orages fuient devant elle. La terre, sous ses pas, se couvre d’un tapis de fleurs et les vagues se mettent à rire. Partout la déesse se meut dans la lumière radieuse. Sans elle, il n’y aurait ni joie, ni attrait nulle part.

Néanmoins dans l’Iliade, elle perd de sa force car les héros en sont le thème principal… Elle n’est plus qu’une douce et faible créature qu’un mortel n’aurait aucune crainte à défier. Quant aux poètes plus anciens, ils la décrivent traîtresse et malicieuse exerçant sur les hommes un pouvoir fatal et destructeur.

Dans certains récits, Aphrodite est la femme d’Héphaïstos (Vulcain), le dieu laid et difforme de la forge. Mariée à ce dernier, elle eut une multitude d’aventures extraconjugales. Elle eut un adultère avec Arès (Mars). Informée, par Hélios (le soleil) qui voit tout par sa position haute, Héphaïstos créa un filet magique qu’il plaça sur le lit pour emprisonner les deux amants. Puis il convoqua Zeus et les dieux de l’Olympe pour leur montrer la tromperie. Il menaça même Zeus de lui reprendre les cadeaux qu’il lui avait offerts, en échange de la main de sa fille. Les dieux se moquèrent du mari trompé et des deux amants. Arès s’enfuit alors vexé en Thrace.

Aphrodite eut également d’autres liaisons connues dont avec Hermès d’où nait Hermaphrodite mi-homme, mi-femme et également avec Dionysos et Poséidon …

La vengeance d’Aphrodite put être terrible ! Elle frappa les femmes qui la servaient mal ou refusaient de la servir. Par exemple, elle punit Hippolyte qui ne respectait qu’Artémis en provoquant la passion de Phèdre. A la demande de Poséidon, elle suscita le désir monstrueux de Pasiphaé, femme du roi Minos, pour un taureau et ainsi naquit le Minotaure. Et bien d’autes vengeances encore !

On lui consacrait la nudité, la myrte, la myrrhe, la rose ainsi que les coquillages et la ceinture magique offerte en cadeau de mariage par Zeus, parmi les oiseaux le cygne, le moineau, la tourterelle mais surtout la colombe, parmi les fruits la pomme et la grenade.

Claire.background-2008_039.jpg Aphrodite1 dans -Histoires et légendes.

Légende écrite et publiée le 01 Décembre 2009 par Claire d’après la mythologie grecque faîte d’Amour et de Beauté. Claire est fascinée, en premier bien sûr, par Aphrodite, la déesse de l’Amour et de la Beauté.image74

DEDALE ET ICARE.

 DEDALE ET ICARE. dans -Histoires et légendes. 200px-Landon-IcarusandDaedalus

Icare et Dédale-Par Charles Paul Landon (1799).

Dédale était un Athénien, descendant de la famille royale issue de Cécrops. Il était un inventeur, un sculpteur et un grand architecte, génie de l’ingéniosité technique. Fuyant les poursuites, à la suite de la mort de son neveu, qu’il avait précipité du haut de l’Acropole car ce dernier voulait s’approprier ses découvertes, il trouva refuge en Crête auprès du roi Minos.

Pasiphaé, la femme du roi Minos, demanda à Dédale de lui confectionner une vache en bois pour l’utiliser comme un leurre, car elle voulait s’accoupler avec un taureau blanc. C’est ainsi que naquit le Minotaure, une créature monstrueuse. Puis Minos demande à Dédale la création du labyrinthe afin d’y enfermer le Minotaure. Dédale le construisit.

Dédale montra aussi à Ariane, fille de Minos et qui était tombée amoureuse de Thésée, comment ce dernier pouvait sortir du labyrinthe. Thésée y avait été envoyé sur sa demande parmi sept jeunes filles et sept jeunes gens, donnés par Athènes comme tribu de guerre à Minos, pour être jetés en pâture au Minotaure. Ariane utilisa le fil d’Ariane, une pelotte de fil, qu’elle donna à Thésée qui put sortir ainsi du labyrinthe après avoir tué le Minotaure au moyen d’une massue de bois. Lorsqu’il apprit que les Athéniens avaient pu s’échapper, le roi Minos sut qu’ils n’avaient pu réussir qu’avec l’aide de Dédale.

En conséquence, il emprisonna Dédale et son fils Icare dans ce même labyrinthe. Cette fois Dédale ne possèdait pas de fil. Mais il trouva une solution pour sortir… Il dit à son fils que la fuite était entravée par la terre et par l’eau mais que l’air et le ciel restaient libres. Il fabriqua donc deux paires d’ailes avec de la cire et des plumes. Il les fixa à ses épaules et à celles de son fils, au moyen de la cire.

Dédale recommanda à Icare de ne pas s’élever trop haut dans le ciel, car en s’approchant du soleil, la cire fondrait et les ailes ainsi se détacheraient. Tous deux s’élevèrent donc légèrement et sans effort et quittèrent la Crête. Mais l’adolescent fut grisé par ce formidable pouvoir de voler. Il vola de plus en plus haut refusant d’écoûter les appels de son père. Et ce que Dédale avait prévu arriva : les ailes se détachèrent et Icare fut précipité dans la mer et les eaux l’engloutirent. Dédale néanmoins poursuivit sa route et il arriva en Sicile. Il y fut accueilli par le roi Cocalos.

Minos, lorsqu’il apprit cette nouvelle fuite, fut furieux. Il décida de retrouver Dédale et il employa la ruse. Il fit proclamer partout qu’il accorderait une grande récompense à qui arriverait à passer un fil dans les volutes d’une coquille d’escargot aux spirales très enchevêtrées. Dédale, en prenant connaissance du défi lancé, dit au roi de Sicile qu’il y parviendrait.

Dédale perça un petit trou à l’extrémité de la coquille puis fixa un fil à la patte d’une fourmi. Enfin il introduisit cette fourmi dans l’orifice qu’il boucha. Quand cette dernière sortit par l’autre extrémité, le fil l’avait suivie dans tous les tours et détours de la spirale. Dédale avait réussi !

 » Seul Dédale pouvait imaginer pareil stratagème !  » dit Minos. Et il se mit en route pour la Sicile, afin de se saisir de Dédale. Mais le roi Cocalos refusa de le livrer et dans la lutte qui s’en suivit Minos trouva la mort…

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le  28 Novembre 2009, d’après un récit d’Apollodore auteur grec, IIème siècle avant JC.image74

HEPHAÏSTOS (VULCAIN).

Statuette Vulcanus MBA Lyon A1981.jpg

Vulcain qui porte la tunique et le bonnet cônique des artisans-bronze romain du 1er siècle ap JC- Musée des Beaux Arts de Lyon.

Héphaïstos (Vulcain) était le fils de Zeus (Jupiter) et de Héra (Junon) ou bien de Héra, seule, qui l’aurait mis au monde en représailles de la naissance de la fille de Zeus, Athéna. Il était hideux et difforme. Homère dans l’Iliade nous dit que sa mère, en le mettant au monde, le voyant si laid le précipita du haut de l’Olympe afin que personne ne le voit. Néanmoins, Héphaïstos tomba dans la mer et ne se fit pas mal. Il fut recuieilli par Thétis et Eurynomé, filles d’Océan. Pendant 9 jours, entouré de leurs soins, il demeura dans une grotte profonde. Il fabriqua avec un grand art des boucles, des agrafes, des coliers, des bagues, des bracelets etc… sur sa forge. Aucun des hommes et des dieux ne connaissait sa retraite sauf les deux divinités qui le protégeaient.

D’autres auteurs disent que c’est Zeus qui l’aurait fait tomber, il y a bien longtemps, parce qu’il avait tenté, dans une querelle entre les époux divins, de prendre la défense d’Héra. Après avoir roulé dans les airs, Héphaïstos serait tombé dans l’île de Lemnos où il fut accueilli et soigné par ses habitants. Dans sa chute, il se cassa les deux jambes et resta alors boîteux à vie.

Mais Héphaïstos n’était pas menacé d’être banni de l’Olympe. Il y était très apprécié. En effet, il était l’armurier et le forgeron des immortels. Il faisait les meubles de leurs demeures. Il employait dans son atelier des servantes qu’il avait forgées dans de l’or et qui étaient capables de se mouvoir et de l’assister dans son travail.

Les poètes situait sa forge dans tel ou tel volcan et expliquaient ainsi les éruptions. Plus particulièrement, Héphaïstos résidait sous l’Etna en Sicile. Il y forgeait les traits de foudre de son père. Un autre lieu où se trouverait sa forge se situait dans les Îles Lipari dans une des îles éoliennes appelée Volcanie ou Vulcano. Héphaïstos y confectionnait ici des armes avec l’aide des Cyclopes.

Dans l’Iliade sa femme est l’une des trois grâces, qu’Hésiode nomme Aglaé. Dans l’Odyssée, il a comme épouse Aphrodite.

Un jour, il aurait appris qu’Aphrodite le trompait avec Mars. Il tissa alors un filet métallique et il y enferma les deux amants qui s’étaient endormis. Les dieux de l’Olympe à leur réveil se moquèrent d’eux ainsi que d’Héphaïstos, le mari trompé.

Héphaïstos était un dieu amoureux de la paix. Il était populaire dans l’Olympe comme sur terre. Il exerçait une grande influence sur la vie de la cité. Il patronnait, avec Athéna , les artisants et l’agriculture qui étaient importants pour le développement de la civilisation. De son côté, il protègeait les forgerons.

Héphaïstos était le dieu du feu, des métaux tel le fer, l’airain, l’argent, l’or et de toutes les matières qui brûlaient dans les forges et les volcans. Les armes prisent à l’ennemi lui étaient remises. Il était le plus travailleur et le plus industrieux des dieux. Il fabriquait les bijoux de toutes les déesses.

Héphaïstos est représenté barbu, la chevelure un peu négligée. De la main droite, il tient souvent un marteau et de la main gauche des tenailles. Son habit ou une peau lui descend au-dessus des genoux.

Il avait plusieurs temples à Rome qui lui étaient consacrés. Le plus ancien aurait été bâti par Romulus. Des chiens gardaient ses temples et le lion lui était consacré. On consumait par le feu toutes les victimes qui lui étaient offertes. On les jetaient alors dans un brasier pour obtenir les bonnes grâces du dieu.

Ses fêtes, les vulcanales, se célèbraient au mois d’août, durant les chaleurs les plus fortes de l’été. Elles duraient 8 jours consécutifs. Il y avait des courses où les concurrents tenaient une torche à la main.

Claire.background-2008_039.jpg 

Histoire de la mythologie grecque écrite et publiée par Claire le 20 Novembre 2009. Claire est toujours aussi passionnée par ces légendes.image74

Les métamorphoses

12345...9

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...