LA POETESSE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je ne suis pas vraiment mûre,

Pour cette vie,

Mon coeur n’est fait que de tendresse,

Et de détresse,

Peu d’humains peuvent le suivre,

Dans leur empire,

Je suis trop idyllique,

Pleure crocodile,

Ma nature est l’amour,

Et tout ce qui l’entoure.

Je ne suis que bonheur,

Dans ma langueur,

Et très fragile aussi,

J’en paye le prix,

Sensible à fleur de peau,

C’est mon fardeau,

Mon âme est prisonnière,

C’est sans remède,

Mes sonnets douloureux,

Ne sont toujours que voeux,

Quand je touche une main,

Je m’éveille enfin,

Car pointe une lumière,

Au fonds d’une verrière,

Quand s’écoule le temps,

Dans toutes sortes de tourments,

De parole en parole,

Je sens que je m’envole,

Vers toute une clarté,

Toujours très étonnée,

Mais pour être à mes côtés,

Peu d’hommes sont bien nés…

Ce ne sont qu’évasions,

Fruits de conversations,

Qui me saisissent ici,

Et déjà me convient…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 23 Novembre 2011.image74 

 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. Bonjour Chantal,

    Un magnifique poème, où tant de poétesses peuvent s’identifier.
    Une plume pour un mot, un mot pour le dire, le dire pour exister, exister pour aimer !

    Merci pour ce partage.

    Gros bisous et à bientôt.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...