YASMINA KHADRA.

Yasmina Khadra au Salon du livre de Paris en mars 2010.

SA VIE . 

Yasmina Khadra est le pseudonyme de l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul, né le 10 janvier 1955 à Kenedsa, dans le Sahara Algérien.

Il suit des études dans un lycée militaire. Il entre dans l’armée Algérienne, en tant qu’officier. Il est responsable de la lutte contre l’AIS puis le GIA.

 

CE QUE LE JOUR DOIT A LA NUIT. Editions Julliard, Paris. 2008. 

 

Dans l’Algérie des années 1930, Younes fuit avec ses parents et sa soeur, le village de ses ancêtres. Son père a hypothéqué ses biens et il a tout perdu à la suite de mauvaises récoltes… La dernière a même été brûlée par malveillance. Younes arrive à Oran chez son oncle. Ce dernier trouve un logement à sa famille à Jenane Jato, un quartier touché par la misère et sordide. Son père travaille dur pour remonter la pente et faire des économies. Mais il est abusé par un voyou et se fait dépouiller l’argent mis de côté.Son père décide alors de le laisser à son oncle qui a demandé à son frère plusieurs fois de l’adopter. Jusque là il a toujours refusé. En effet, son oncle n’a pas d’enfants et c’est un rêve pour leur couple d’en élever un. Cet oncle est pharmacien à Oran. Il va donc élever Younes et lui permettre de faire des études. Adopté il change de nom et devient Jonas.Jonas n’a plus de lien avec ses parents et sa soeur. Il vient juste en cachette pour les voir et leur propose de l’argent. Un jour, il aperçoit son père qui est jeté d’un café dans un caniveau. Il a bu. C’est la dernière fois que Jonas le verra.Sa nouvelle famille quitte Oran pour Rio Salado (p207). Son oncle vend sa pharmacie à Oran et en achète une autre ici. Jonas y grandit, aime ce lieu. Il y rencontre des amis fidèles. Il s’y intègre à la communauté pied-noire. Il noue des amitiés indissolubles, françaises et juives. Il a son premier amour avec Madame Cazenave, une femme plus âgée.Puis il rencontre Emilie, sa fille, que les jeunes gens se disputent. Emilie est une “princesse”. En arrivant un jour  à la pharmacie, sa mère lui indique que sa fille est amoureuse de lui. Mais elle  lui fait promettre que compte tenu de leur liaison, il n’aura jamais de lien amoureux, ni de mariage avec elle. Jonas le lui jure.

Tout autour, des Français régissent la ville, dans l’abondance et à côté des Algériens souffrent. Ils n’ont pas d’instruction et les Français les traitent comme des esclaves. Jonas leur porte parfois secours financièrement.

Emilie déclare à Jonas son amour qu’il rejette. Par dépit et effondrée, elle épouse Simon, son meilleur ami.

Mais l’Algérie coloniale vit sa dernière splendeur. Des violences, des déchirures et des trahisons se déchaînent. Les amitiés se disloquent et s’entrechoquent.

Jonas aide à soigner, dans le secret, un combattant de l’ombre qui est blessé avec les médicaments qu’il vend en pharmacie, au péril de sa vie et de celle de sa mère adoptive.

Il essaye de parler à Emilie dont le mari vient d’être tué et sa maison brûlée dans cette révolte.

” Les fellagas. Ils ont égorgé Simon et mis le feu partout. Le temps d’arriver ils étaient partis (…) ” (p344).

Mais elle le rejette à son tour. Elle part alors vivre à Oran. Jonas va la retrouver mais elle lui tourne le dos.

Les Français doivent quitter l’Algérie. Emilie est partie maintenant à Marseille. Jonas la recherche encore. Il la trouve mais elle refuse son aide. Il retourne donc en Algérie…

” Ce n’est la faute de personne Younes. Tu ne me dois rien. Le monde est ainsi fait, c’est tout. Et il ne me tente plus.” (p 408).

Jonas revient à Marseille. Emilie est morte. Elle lui a laissé un coffret, post mortem, lui demandant de lui pardonner ce qu’elle lui a dit. Elle n’a jamais oublié son amour d’enfance. Il sème le reste de la rose cueillie pour elle et glissée dans le livre d’Emilie, il y a soixante-dix ans sur sa tombe.

Emilie dans cette lettre lui avoue qu’après l’avoir vu, elle l’avait attendu plusieurs jours. Il se sent alors peiné mais serein de savoir qu’elle l’a toujours aimé.

Jonas se réconcilie alors avec tous ses amis vivants. Il les retrouve et les invite.  Puis il rentre à Rio Salado où il a fondé depuis une famille. Sa femme est depuis morte mais il doit marier son petit fils dans trois jours (p437)…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 28 Novembre 2011.image74 


Archive pour novembre, 2011

TU ES MON MOI.

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je ne sens que le vide,

Qui autour de moi plane,

Si tu m’aimes sans fin,

Viens me prendre la main,

Mon amour n’est pas mort,

Il brule pour toi très fort,

Ton image m’est fatale,

Je suis là et j’ai mal,

Laisse ta fierté de côté,

Et viens me retrouver,

Tu m’as tellement blessée,

Mais j’ai besoin de t’aimer,

La langueur me pénétre,

Je suis comme une chimère,

A genoux je t’en prie,

Je t’attends, je le crie!

Que je t’aime mon amour,

Profondément toujours,

Regarde mon âme qui pleure,

Mon coeur qui se déchire,

Ne me laisse pas ainsi,

Reviens peupler ma vie,

Chasse ce vide,

Qui s’installe insipide,

Si je pouvais être le vent,

Je te le dirais tout le temps,

Je t’aime, te le hurle,

Te le redis tu es ma vie!

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 29 Novembre 2011.image74 

 

INACESSIBILITE

Pas de droits sur l'album 249658INACESSIBILITE dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. numriser0012

Aphrodite je suis en ce lieu,

Dans le ciel tu me retrouves bien que tu ne sois pas dieu,

Alors tu vas, tu cours, tu viens pour m’atteindre enfin,

Je te vois arriver je suis totalement sereine,

Tu me prends dans tes bras, Amour je te fais rêver,

La chaleur de mon corps soudain te fait errer,

Le vent Borée ignore le repos,

Il souffle sur ce qui l’entoure, il dispose,

Tu apparais confus dans ce monde,

Tu sens déjà la chaleur de ta maîtresse blonde,

Troublé par l’assaut que ta bouche fait,

Lorsque tu la poses sur ma bouche méfait,

Mais lorsque ta main me poursuit,

Mon trône recouvert d’or a déjà fuit,

Tu ne peux que constater : tu n’as plus le guide,

Dans ta pensée ici s’est installé le vide,

Comme un éclair qui ne peut rien,

Tu te retrouves au milieu de tes biens,

Mais ton coeur est soumis en mon pouvoir,

Tu ne peux que t’incliner sans t’émouvoir,

Fille de Jupiter je reviendrai,

De la lumière de mes yeux ta vie j’occuperai…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 26 Novembre 2011.image74 

 

 

LA CHEMINEE.

voir l'image en taille réelle

Devant la cheminée,

Sur un tapis lovée,

Près du foyer cendreux,

Je goûte les plaisirs amoureux,

Mes cheveux fil à fil je détords,

Sentant le feu qui me mord,

J’imagine aussitôt ta main,

Que tu poses sur mon sein,

Amour tu me désires?

Sans compter tu me caresses,

De tes jeux je suis ravie,

Ils sont peuplés de tes envies,

Tu uses de ta main douce et forte,

Je pars j’ai l’impression d’être morte,

Je me réchauffe dans un combat puissant,

Je sens mon corps incandescent,

J’ai retenu mon voyage entrepris,

Puis je viens de combler mes appétits…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Emis et publié par Claire le 26 Novembre 2011.image74 

REVELATION.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je n’ai jamais cessé de t’aimer,

Depuis que je t’ai rencontré,

A mes cours je ne suis pas allée,

Pour pouvoir te parler,

J’ai essayé de les rattraper,

Mais des résultats je suis désolée…

J’ai écrit pour toi les plus beaux

Mots d’amour, mes idéaux,

Comme aucune femme,

Déclare sa flamme,

Ils sortaient de mon coeur,

Donnés sur un plateau bonheur,

Même si tu n’avais pas,

Un petit mot mis à part,

Sur facebook, ton espace,

Ils étaient sur une feuille en place,

Sur mon blog prêt à être porté,

Pour toi mon adoré,

Je ne suis pas terre à terre,

Et c’est aussi tout le mystère…

Sache que depuis que je t’ai dévoilé,

Mon amour sans me masquer,

Aucun homme n’a été seul à mes côtés,

Même pour m’accompagner,

Le plus beau cadeau tu es,

Que le destin m’a apporté…

Bien sûr si tu prends conseil,

Auprès de femmes toutes pareilles,

Qui ne cherchent qu’à t’éloigner,

Elles ne seront pas de mon côté,

Elles pourront jalouses te le cacher,

Derrière des mots mielleux trouvés…

Tu sais parfaitement ce qu’elles cherchent,

Et tout le jour elles te guettent,

Soit pour elles seules te garder,

Ou te poser à leurs côtés,

Comme une proie elles sauront,

Te soumettre et t’emmèneront…

Seras-tu heureux ?

Je crois que tu recherches le merveilleux…

Seront-elles à la hauteur?

Tu es très intelligent et acteur,

De la vie que tu désires,

Et des fruits que tu en retires…

Lorsque tes photos je regarde,

Un instant je m’évade,

Je me demande alors comment une femme,

A pu te laisser dans un premier drame,

Je t’aurais à sa place suivi au bout du monde,

Sans te quitter une seule seconde,

Aujourd’hui je peux te dire que je suis là,

Entrain de rêver de toi là bas.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 26 Novembre 2011.image74 

 

REGARD DE CIEL.

Femme au Roses

En regardant le bleu de mes yeux,

Tu te pâmes un vague à l’âme,

Tu vois au loin les bateaux et la mer,

Mélangés à l’éther,

Ton esprit vacille alors,

Je te regarde amusée c’est fort,

Une amoureuse étincelle,

S’allume et passe dans ton ciel,

Fils de la mer tu veux m’emporter,

Oiseau Icare tu veux me faire voler,

Mes joues se colorent…

Je sens ton trouble encore…

Tu me dis que tu seras le vainqueur,

Pour te saisir de mon coeur,

Mais je me détourne soudain,

Distante je le deviens car rien,

Ne peut effacer l’homme,

Qui loin de moi façonne,

Sa vie comme il le sent,

Et me trouble profondément,

Mon coeur est occupé totalement,

Par l’amour qu’aujourd’hui pour lui je ressens.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 25 Novembre 2011.image74 

 

 

 

A RUH IW. (Mon âme).

A RUH IW. (Mon âme). dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 8b485ec9

J’attends ton message,

Je m’égare,

Ou recevoir un appel,

Essentiel,

Prends moi dans tes bras,

Je suis las,

Puis serre moi,

Contre toi,

Que j’exprime mon émoi,

J’ai froid,

Que je pleure la douleur,

De mon coeur,

Je tremble, pense que je meurs,

J’ai peur,

Des mots je ne trouve plus,

Je suis perdue…

Ne me laisse pas ainsi,

Tu es ma vie.

A ruh iw je t’adore,

Aya azult tu me manques.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 25 Novembre 2011.image74 

 

DESESPOIR.

DESESPOIR. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 294534_187922444619159_1451866216_n-300x225

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je poursuis ton image,

Qui est ici mirage,

Solitude sans attrait,

Je cherche dans l’éther tes traits,

Souvenirs qui me blessent,

Je suis dans la détresse,

Je ne vois pas la foule,

Qui dans ce lieu m’entoure,

Je laisse couler une larme,

Qui dans mon coeur s’installe,

De son éclat fatal,

Je souffre, elle me fait mal,

Car mon âme est scellée,

A une belle épopée,

Ni les dieux, ni les cieux,

Ne combleront ce vide impérieux,

Mes yeux se ferment,

Trop grande est ma peine,

Je dois chasser ce désespoir,

Le semer, vider ce noir!

Un rayon de soleil soudain me réchauffe,

Amour me guette et échafaude,

M’observant à l’horizon,

Pour me saisir à sa façon,

Un sourire s’est déjà posé,

Sur mes lèvres rosées…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 24 Novembre 2011.image74 

LIBERTE.

 

 LIBERTE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. aout-septembre-2012-0201-300x225

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme la foudre dans le ciel,

L’emprunte de mots sensoriels,

Avait troublé l’âme,

D’une jeune fille sage,

Ils se dressaient coupant,

Dans son coeur la tourmentant,

A quoi bon aimer se dit-elle?

Il n’y a rien de naturel,

Tout n’est que sensations,

Et ne fait pas partie de la raison,

Puis dans son empire se fixait,

La parole qui résonnait!…

Elle décida alors qu’elle s’en évaderait,

S’en allant vers d’autres attraits,

Reprenant la liberté,

Qu’elle avait donné,

Le regard bleu captivant,

Elle observait triomphante,

Fixée vers d’autres horizons,

Très vite sans concession,

Elle aimait trop la vie,

Pour rester endormie…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 24 Novembre 2011.image74 

LA POETESSE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je ne suis pas vraiment mûre,

Pour cette vie,

Mon coeur n’est fait que de tendresse,

Et de détresse,

Peu d’humains peuvent le suivre,

Dans leur empire,

Je suis trop idyllique,

Pleure crocodile,

Ma nature est l’amour,

Et tout ce qui l’entoure.

Je ne suis que bonheur,

Dans ma langueur,

Et très fragile aussi,

J’en paye le prix,

Sensible à fleur de peau,

C’est mon fardeau,

Mon âme est prisonnière,

C’est sans remède,

Mes sonnets douloureux,

Ne sont toujours que voeux,

Quand je touche une main,

Je m’éveille enfin,

Car pointe une lumière,

Au fonds d’une verrière,

Quand s’écoule le temps,

Dans toutes sortes de tourments,

De parole en parole,

Je sens que je m’envole,

Vers toute une clarté,

Toujours très étonnée,

Mais pour être à mes côtés,

Peu d’hommes sont bien nés…

Ce ne sont qu’évasions,

Fruits de conversations,

Qui me saisissent ici,

Et déjà me convient…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 23 Novembre 2011.image74 

 

12

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...