YASMINA KHADRA.

Yasmina Khadra au Salon du livre de Paris en mars 2010.

Tu as choisi deux prénoms,

Féminin avec émotion,

A travers ta pensée,

Je me suis évadée,

Chaque mot j’ai goûté,

Ils se sont imprimés,

Dans mon âme impatiente,

De pouvoir tout comprendre,

Je me suis promenée sur la terre,

Qui pour toi est si chère,

Algérie ton emprunte,

S’imprime et s’impatiente,

Tu as affronté des années difficiles,

Et beaucoup de moments fragiles,

Pour former un nouveau pays estimé,

Tous les hommes se sont regroupés,

Et à travers le déchaînement,

De tout un peuple violemment,

Tu es parvenu à trouver tes repères,

Pour avancer et au monde adhérer,

Yamina Khadra tu as su me charmer,

Sur la plage allongée,

Serviette posée sur le sable,

J’ai ressenti chaque personnage,

Avec eux j’ai continué,

A me promener subjuguée,

Par ces tableaux si précis,

Et ton texte bien écrit,

Découverte d’un auteur algérien,

International des plus fins,

Ce que le jour doit à la nuit,

Et sa raison m’a affranchie.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 4 Octobre 2011.image74 

      

 


Autres articles

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...