Eh ! LE PEINTRE.

Chuut!

Toile de Marie Lambert, Peintre.

Eh ! Le peintre,

Tu ressens en profondeur,

En peignant des couleurs,

Tu as mis ta sensibilité,

Dans le tableau que tu as créé.

coeur_073.gif

Eh! Le peintre,

Tu sais sortir de ton corps,

Les toiles les unes après les autres encore,

Tu les as déjà construites en toi,

Elles font partie de ton surmoi.

coeur_073.gif

Eh! Le peintre,

Lorsque tu imagines un personnage,

Un objet, une fleur, un paysage,

C’est toujours ton être qui s’imprime,

Sous toutes ces peintures divines.

coeur_073.gif

Eh ! Le peintre,

Tu touches ici l’inaccessible,

A travers des personnages inouïs,

Une joie immense émerge,

Quand tu as terminé l’oeuvre.

coeur_073.gif

Eh ! Le peintre,

Il te suffit d’entendre la vie,

Les événements, avec ton coeur, ressentis,

Pour que le processus de création,

Se déclenche au gré des saisons.

coeur_073.gif

Eh ! Le peintre,

Ton interlocuteur tu écoutes,

Et tu vois au-delà des mots qu’il ajoute,

Car ces derniers masquent des sentiments,

Que seul tu décryptes assurément.

coeur_073.gif

Eh ! Le peintre,

Tu as l’âme d’un précurseur,

Libre dans ta pensée magnétiseur,

Tu t’es détaché des conventions,

Des chemins préétablis avec raison.

coeur_073.gif

Eh ! Le peintre,

Tu exprimes les couleurs,

Qui n’existent pas dans la réalité acteur,

De tes propres codes qui naissent d’une réalité,

Sans s’y trouver vraiment organisée.

coeur_073.gif

Eh ! Le peintre,

Tu charmes les visiteurs,

Et tu donnes à tous tes acquéreurs,

Une partie de toi qui les accompagne,

Dans leur quotidien et les illumine.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 22 Février 2011.image74 


Archive pour 22 février, 2011

MORT ORCHESTREE.

MORT ORCHESTREE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. mort

Ce jour là dans la révolution tu es tombé,

Un trou rouge au front tu t’es affalé,

Tu es passé de vie à trépas,

En un instant tu es parti dans l’au-delà,

galaxie006gif.gif

Tu étais si jeune encore,

Pour rejoindre tous ces morts,

Qui dans cette morgue allongés,

Attendaient d’être identifiés.

galaxie006gif.gif

Ton corps inerte visage figé,

Cheveux noirs, lèvres crispées,

Bel adolescent tu t’en es allé,

Quittant les tiens de toi privé.

galaxie006gif.gif

Un dictateur aujourd’hui avait juré,

Que dans ton pays rien ne serait cédé,

Et parmi les hommes plein de ténacité,

Tu n’avais pas hésité à avancer.

galaxie006gif.gif

Dans ces meurtriers événements,

Des jeunes gens avançaient hardiment,

Prêts pour leur pays à perdre la vie,

Pour pouvoir accéder à leurs envies,

galaxie006gif.gif

Hélas ! Hélas ! Pauvre mère,

Qui se penchera sur ta dépouille,

Le coeur complètement déchiré,

Par la perte de cet enfant aimé.

galaxie006gif.gif

Tu pourras alors reposer,

Sur ta terre ancestrale,

Eloigné de ces crimes orchestrés,

Par des hommes dénaturés.

galaxie006gif.gif

Les générations futures connaîtront,

L’histoire montrera cette corruption,

Qui le Maghreb a marqué,

En 2011 par des démons enragés.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 22 Février 2011. Cette poésie a été inspirée par les événements intervenus ces derniers jours en Lybie.image74 

 

 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...