LIBERTE.

Statue de la Liberté

Liberté, les âmes t’appellent,

Car tu es partout celle,

Que toutes les nations recherchent,

Et tes lettres triomphent,

Lorsque les persécuteurs reconnus,

Sont chassés sans retenue.

Liberté, tu es racine de la vie,

Et à ton contact l’homme grandit,

La connaissance peut se développer,

Et la censure être abrogée,

Ainsi le fardeau allégé,

L’histoire peut évoluer.

Liberté, tu es le droit accordé,

D’être enfin écouté,

Le capital mis de côté,

Le travail reconnu et sa dureté,

La descendance mieux rémunérée heureuse,

Du bonheur engendré et plus nombreuse.

Liberté, tu élimines les malfaisants,

Pour que l’héritage présent,

Comble toutes les générations,

Qui s’accorderont au diapason,

Dans tout un univers restauré,

Où chacun ne sera plus trompé.

Liberté, ton emprunte tu marques,

Car ta lumière s’affirme,

Alors tu te déploies sur les monts,

Puis partout tu fais renaître l’envie,

De tout un peuple affaibli,

Et par ta force ici-bas,

Tous les remèdes tu inventeras.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 29 Janvier 2011. Poésie inspirée par les événements actuels de Tunisie, d’Egypte, d’Algérie, du Yemen, de Mauritanie. 

image74 


Archive pour janvier, 2011

LA CHAMBRE.

LA CHAMBRE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 1097_1-199x300
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la chambre obscure,

Sur le lit étendue,

Espace d’objets hétéroclites,

De la présence insolite,

Par la fenêtre je vois la nuit,

Car le jour s’est enfui,

La musique m’accompagne,

Et me repose l’âme,

J’ai faim de créations,

Je m’amuse attention,

Le ménage n’est pas fait,

Mais j’aime l’imparfait,

Sur l’armoire des livres classés,

Attendent d’être compulsés,

Des tableaux sur le mur,

Appellent mon regard c’est sûr,

La pendule du temps,

M’indique le présent,

N’entrez pas maintenant !

Le sommeil me prend !

Morphée déjà m’emporte,

Vers des rêves de toutes sortes,

Puis j’aperçois ton regard,

Ce n’est pas le hasard,

Je te rejoins enfin,

Tu m’entraînes c’est bien,

Dans des contrées sauvages,

Magnifiques paysages,

Ta guitare est posée,

Prête à être caressée,

Tes yeux noirs s’illuminent,

Sur ta terre c’est sublime !

 

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 26 Janvier 2011.image74 

MONSIEUR LE PRESIDENT DE MATOUB LOUNES.

Avec-lounes.jpg

Monsieur le Président,

C’est avec un coeur lourd que je m’adresse à vous.

Ces quelques phrases d’un condamné

Etancheront peut-être la soif de

certains individus opprimés.

Je m’adresse à vous avec une langue

empruntée, pour vous dire

simplement et clairement

que l’Etat n’a jamais été la patrie.

d’après Bakounine, c’est l’abstraction

métaphysique, mystique, juridique

politique de la patrie.

Les masses populaires de tous les pays

aiment profondément leur patrie,

mais c’est un amour réel, naturel

pas une idée : un fait

Et c’est pour celà que je me sens franchement

le patriote de toutes les patries opprimées.

de MATOUB LOUNES, chanteur compositeur.

Publié par Claire le 24 Janvier 2011. Le Président est Chadli Benjedid né le 14 avril 1929 et 3ème Président de la République algérienne du 07 février 1978 au  11 janvier 1992.

MATOUB LOUNES EN POESIE.

50528425matoub125jpg.jpg

Ta pensée ne meurt pas,

Ta terre tant aimée ne s’anéantit pas,

Et aujourd’hui la jeunesse encore,

Chante le précurseur d’alors,

Tu reste dans leurs souvenirs,

Qui coulent et ne pourront tarir,

Tu as su résister jusqu’à la mort,

Jusqu’à sacrifier pour la Kabylie ton corps,

Mais la force de ta pensée est là,

Ta voix demeure, à jamais retentira,

Car la montagne était ta vie,

Le berbérisme ton ami,

Et dans ton empire encore bafoué,

Les hommes louent le combat pour leur liberté,

Sous le fardeau posé sur leurs épaules,

Il appelle la force de tes mots magnétiques,

Chaque jour les trouvant esseulés,

Ils veulent vivre sans être boycottés,

Puis dans toutes ces tensions qui montent,

Ils crient pour que tous renaissent,

Racine de leur vie,

Leur terre la Kabylie,

Racine de leur vie,

Leur pays l’Algérie.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 24 Janvier 2011 pour l’anniversaire de Matoub Lounes, héros Kabyle, écrivain et poète engagé pour la cause Berbère, né le 24 Janvier 1956 et qui meurt assassiné le 25 Juin 1998 en Algérie.image74 

 

MES EMOTIONS.

 

 

MES EMOTIONS. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 283042_146112632199878_992897889_n2-300x199

 

 

 

 

 

 

 

 

Les émotions me submergent,

Chaque jour elles m’inondent,

J’éprouve le besoin de mettre à nue mon âme,

Qui chante la Beauté des images et paysages,

Je m’exprime et je crie à travers ces étapes,

Courant dans les nuages tels les anges,

Je chante l’amour, vide mon coeur,

L’arc-en-ciel jaillit ici exprimant ses couleurs,

Car si je crée ce n’est pas un hasard,

Oui j’ai besoin de ces regards,

Pour exprimer mes troubles, mon bonheur,

Pour entendre, ouvrir les yeux et fuir la peur,

Je touche, caresse, voit le temps s’écouler,

Je sens et ressens au plus profond troublée,

Au-delà de ce corps d’être humain je renferme,

Ce qu’il y a de plus beaux dans ses gènes,

Alors je m’émerveille tel un enfant,

Ecoute la musique des mots s’alignant,

Je suis libre, libre de ma pensée,

Et de tout ce qui en moi a été aliéné,

D’un coup de plume j’embellis, c’est magique,

Espérant toujours atteindre l’inaccessible,

J’émerge, développe, évolue de saisons en saisons,

Sur le chemin je décline raison et déraison,

Je marque inlassablement le grain de mes envies,

Et je reste là ébahie de n’être jamais assouvie…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 23 Janvier 2011.image74 

 

 

 

LORSQUE JE PRENDS LA PLUME.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lorsque je prends la plume,

Tout mon regard s’allume,

L’ennui s’enfuit soudain,

Lorsque je la tiens en main,

Et l’écriture court si vite,

Que j’ai l’impression d’une fuite,

Et sous la magie soudaine,

Tout prend forme enfin,

De loin des mots semblent venir,

De mes entrailles jaillir,

Heureuse de pouvoir partager,

Ce qui m’est raconté,

Car tout un monde arrive,

Qui me permet de vivre,

Tous ces vers alignés,

Beauté de ma pensée,

Et depuis l’au-delà,

Tu sais guider mes pas,

Pour que je puisse émerger,

Dans le vrai monde, troublée,

Puis relisant surprise,

D’être sous une emprise,

De ne pas reconnaître,

Tout ce qui vient de naître,

Comme une suite ces vers,

Embellissent l’univers,

Je te rejoins un peu,

Toi qui es amoureux,

Des mots qui font surface,

Et toujours me dépassent,

Merveilleuse thérapie,

Peinture de la vie.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 20 Janvier 2011.image74 

 

 

LE SULTAN.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Ce soir Sultan tu étais là,

Tes yeux noirs brillaient déjà,

Dans tout cet univers qui nous entourait,

Je ne voyais qu’eux qui me captaient,

Ton royaume ici tu m’as ouvert,

Et avec toi j’ai fait le transfert,

D’un coeur et d’une âme unis,

D’un bonheur jaillissant en cette nuit,

Puis dans tes bras emportée,

Par toi intensément observée,

A tes lèvres j’ai goûté,

Au nectar tant aimé,

Tout en toi était magique,

En cette nuit magnifique,

J’ai alors su que le bonheur,

Me transportait déjà ailleurs,

Dans des montagnes enchantées,

Où tu allais te promener adoré,

Et tu m’as fait des confidences,

Qui captivaient mon innocence,

Nous apprenions à nous connaître,

Simplement au-delà des frontières,

Nous tracions notre destinée,

Sur des chemins très balisés,

Puis tu as su m’emmener,

Sur la terre de tes ancêtres, montrée,

Volupté de notre complicité,

Aujourd’hui j’en reste très troublée…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 19 janvier 2011.image74 

 

PEUPLE DE TUNISIE.

Flag of Tunisia.svg

En ce 14 Janvier 2011 tout bascula,

Et toi despote depuis vingt trois ans on chassa,

Car sous de perfides illusions,

Ton peuple vivait aujourd’hui sans raison,

Toujours la faim au ventre,

Avec tout un espoir en attente,

Essayant d’oublier la peur sans fin,

Qui maintenant faisait partie du quotidien,

Dans la beauté des paysages la laideur régnait,

Le laissant ainsi dans la terreur tu gouvernais,

Etrange arène où d’un coup se lève la rébellion,

Dans toutes les rues court la tentation,

Tous éreintés par tant de damnation,

De combattre jusqu’à leurs dernières forces,

Pour que puisse revenir la justice en sorte,

L’être humain a subi la frayeur,

Qui règne encore plongeant chacun dans la terreur,

Ombre étrange qui charrie la victoire,

Pour tout un monde qui a besoin d’y croire,

Dictateur tu ne souilleras plus la beauté,

De tout un paysage sous lequel ils sont nés,

Des milliers d’hommes sont aujourd’hui soudés,

Qui attendent le bonheur si souvent escompté,

Factions, ondes troublées, méchant carnage,

C’est l’histoire qui renait des outrages,

Et depuis l’horizon la colombe a jailli,

Dissipant le funeste du ciel tout assombri,

Sur ce rivage homme tu renaîtras,

Emportant ton flambeau ta terre s’éclairera,

Comme des fleurs, tes espoirs tu sèmeras,

Et tu reconstruiras en toute liberté,

Chacun tenant la main de l’autre toujours donnée.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire  le 18 Janvier 2011.image74 
 

TON DOUX VISAGE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je vois tes yeux sombres briller,

De toute ta passion et ton désir né,

Et de mon parfum je t’enivre,

Des arabesques de mon corps je te livre,

Amour ton nectar fais moi boire,

Pose tes lèvres données en ce soir,

Beauté insoumise et là grande majesté,

Je m’imagine sur ta couche couchée,

Je sens l’odeur de ta peau qui me brûle,

Mon envie t’appelle sous la lune,

Toute ton image me reflète,

L’homme qui m’attend et me guette,

D’un regard virtuel tu touches mes épaules,

Et jaillit l’ivresse de tous mes rivages ,

Une onde de jouissance me parcourt,

Et je t’imagine déjà à m’aimer sans détour,

Cette nuit est magique,

Je t’attendais unique,

Trouble de ce moment,

Que j’espère si souvent,

Morsure de ta bouche,

Tu descends si farouche,

Ange du Paradis,

Tu es venu ici,

Pour avec moi renaître,

Et aimer mon doux maître,

Une onde suit notre chemin,

Nous nous tenons la main,

Dans tes flammes je me livre,

Je consens et je vibre,

Douce évasion attendue,

Près de toi je suis nue,

Flot de nos coeurs subjugués,

Et de nos âmes emportées,

Ta chevelure noire ondule,

Brille sous les étoiles nocturnes,

Monte dans mon vaisseau,

Que je t’emporte si beau,

Dans une mer de déraison,

Qui nous lie à l’unisson,

Blottie contre ton sein,

Devant ce miroir sans teint,

Mon regard t’appelle encore,

Zéphyr jaillit et m’emporte alors,

Pour, qu’un, nous ne fassions,

Dans cette folle évasion.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 17 Janvier 2011.image74 

 

LE NOUVEL AN

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitLE NOUVEL AN dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. j6u4jnxa

Aujourd’hui c’est la fête,

Tout est magie bienfaisante,

Veillée, folie en cette journée,

Jeunesse dans cet étrange arène,

Réunie pour s’amuser,

Partager un repas aujourd’hui amélioré,

Et sur le rythme de la musique,

Terminer cette soirée fantastique,

Puis lorsque la nuit avance,

Entendre sonner minuit en cadence,

Et s’embrasser pour cette nouvelle année,

Se souhaitant que tout soit amélioré,

Que chaque désir soit exhaussé,

Et qu’aucune ombre n’apparaisse pour la brouiller,

Enfin discuter dans une séduction,

Que le champagne attise sous toutes tentations,

Pour chérir au matin dans l’obscurité,

Celui qui partage sa couche enchaîné,

Et se lever enfin le lendemain de cette épopée,

Pour reprendre la vie que le destin a tracée.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 11 Janvier 2011.image74 

12

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...