PARIS.

cb73fa620ac411e3a5d322000a1f90e5_7

Paris tu m’as ensorcelée,

Tout au long de la journée,

J’ai vu ta tour Eiffel,

De beauté sans pareille,

Son long corps jaillissant de la terre,

Posé sur ses grands pieds de fer,

Et là sur un banc assise,

Je me suis mise à rêver assoupie,

J’ai admiré sa robe de filaments,

Qui vers le ciel se dresse fièrement,

J’ai vu des gens qui y cherchaient le vide,

Toujours plus haut montant peu rapides,

Puis les bords de la Seine longeant,

J’ai regardé les bateaux-mouches passant,

Et je suis repartie dans une errance folle,

Observant chaque rue dans une farandole,

Postés de chaque côté des immeubles de pierres posées,

Rappelant le passé par ses sculptures lovées,

Puis par le métro sous terre je suis alors repartie,

M’asseoir Aux Deux Magots, café qui fut ici la vie,

D’intellectuels tels Rimbaud, De Beauvoir, Sartre et Breton,

Qui donnaient des rendez-vous, partageant leur passion,

Puis j’ai repensé à ce passé si proche,

Où se rencontraient l’art, la littérature et la mode,

Enfin pour terminer en beauté cette journée,

Au Procop j’ai mangé,

Là se développèrent des idées libérales,

Où pendant la révolution Danton, Marat et Robespierre,

Se réunissaient chaque jour rassemblés,

Voulant la République depuis lors installée.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 18 Décembre 2010.image74 

 

 

 


Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...