DIRE JE T’AIME.

hebergeur d'image

Je sais dire je t’aime,

Chaque jour je le sème,

Mais existe-t-il l’amour?

Que l’on partage toujours,

Ne suis je pas parjure?

Mais si je vous l’assure,

Toi tu y avais cru,

Lorsque tu m’avais vue,

Aimer c’est trop cruel,

Restons superficiel,

L’humain est incapable,

De donner et instable,

Etrange pour toi je suis,

Car bien vite je m’enfuis,

Il n’y a point de monde,

Où l’amour abonde,

Mais un instant l’oublier,

Savoir s’abandonner,

ça fait du bien aussi,

De se sentir chéri,

D’être dans des bras lovée,

Dans une grande volupté,

Et croire au bonheur,

Dispensé quelques heures,

Sentir les étincelles,

De son corps qui s’éveille,

Sous une folle passion,

Diffusée à foison,

Mais diablesse je suis,

C’est l’amour qui finit.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 15 Décembre 2010, poésie inspirée par l’image publiée…  image74 

 

 

 


Archive pour 15 décembre, 2010

DIRE JE T’AIME.

hebergeur d'image

Je sais dire je t’aime,

Chaque jour je le sème,

Mais existe-t-il l’amour?

Que l’on partage toujours,

Ne suis je pas parjure?

Mais si je vous l’assure,

Toi tu y avais cru,

Lorsque tu m’avais vue,

Aimer c’est trop cruel,

Restons superficiel,

L’humain est incapable,

De donner et instable,

Etrange pour toi je suis,

Car bien vite je m’enfuis,

Il n’y a point de monde,

Où l’amour abonde,

Mais un instant l’oublier,

Savoir s’abandonner,

ça fait du bien aussi,

De se sentir chéri,

D’être dans des bras lovée,

Dans une grande volupté,

Et croire au bonheur,

Dispensé quelques heures,

Sentir les étincelles,

De son corps qui s’éveille,

Sous une folle passion,

Diffusée à foison,

Mais diablesse je suis,

C’est l’amour qui finit.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 15 Décembre 2010, poésie inspirée par l’image publiée…  image74 

 

 

 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...