MATOUB LOUNES.

 

LE CHANTEUR POPULAIRE :

MATOUB LOUNES. dans -Hommes célèbres. 599306_389341177780802_1052994191_n
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matoub Lounes est un chanteur compositeur Kabyle, Algérien qui militait pour la laïcité et l’identité Berbère en Algérie. Il est né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa. Il meurt assassiné le 25 juin 1998 sur la route qui relie Tizi Ouzou à quelques kilomètres de son village natal, dans un guet-apens. Il est alors en voiture avec son épouse et ses deux belles soeurs, Farida et Ouarda.

Il apprend la musique seul. A 9 ans, il fabrique une guitare artisanale. Par la suite, il ne veut pas apprendre le solfège car il a peur d’être bloqué dans son inspiration artistique et donc y renonce. C’est ce qui lui permet de sortir de la musique conformiste. Il fait tout à l’oreille. Il compose ainsi ses mélodies. Il emprunte ses intonations au Chaâbi, musique populaire qui s’inspire du répertoire folklorique du pays. Il utilise des instruments traditionnels comme la mandole et reprend les thèmes du folklore Kabyle.

Matoub Lounes avait acquit ses connaissances de sa mère qui chaque soir lui racontait des contes Kabyles. Il parlait l’anglais, le français, le Kabyle.

SES ENGAGEMENTS :

Il parle de la haine et de l’amour. Pour lui la vie n’a pas de règles immuables mais peut changer, évoluer.

Il refuse aussi que la femme soit prisonnière entre quatre murs mais  préconise qu’elle accède au savoir et aux sciences. Elle doit avoir aussi la liberté de choisir dans l’amour.

Il s’engage, à travers ses chansons, à défendre l’identité Berbère en Algérie. Il est très attaché à sa langue, sa culture, sa patrie. Il reproche également aux dirigeants de l’époque d’avoir usurpé le pouvoir et la liberté d’expression. Il s’insurge dans ses chansons pour dire non à cette domination. Il lutte aussi contre les intégristes islamiques. 

La question identitaire est fondamentale pour lui et devient une priorité et une nécessité. Pas à pas, il suit l’histoire de la Kabylie et la met en chanson. Il est provocateur et n’hésite pas dans le choix de ses mots incisifs. Ce qui fait que ses chansons furent souvent interdites sur les ondes algériennes.

SA VIE :

Matoub Lounes est scolarisé dans l’école primaire de son village en 1961. Il part ensuite au collège des Issers dans la wilaya de Boumerdès. Puis il fait une formation de mécanique à Bordj El Bahri dans la wilaya d’Alger.

Il est appellé pour son service militaire à Oran en 1975 pendant deux ans.

En 1978, il arrive en France où il est remarqué lors de l’animation de soirées dans un café parisien. 

Idir, le chanteur, l’a accompagné dans une maison pour enregistrer son premier disque qui fut un succés. Il sort son premier album en 1979, intitulé Ayizem anda tellid ? (Ô lion où es-tu?).

En 1980, il se produit à l’Olympia dans une salle comble. Il porte un treillis militaire comme si la Kabylie était en guerre. Il capte le public occidental.

Il est une des figures du «  Printemps berbère  » de 1980.

Il a déjà été grièvement blessé, le 09 octobre 1988, de 5 balles de Kalachnikov tirées par un gendarme de Michelet dans le ventre et qui fait éclater son fémur droit. En 18 mois, il subit 14 opérations chirurgicales. C’est alors qu’Isabelle Adjani lui rend visite à la clinique des Orangers à Alger, lorsqu’il s’y trouve.

De plus, le 25 Septembre 1994, vers 21 heures 30 dans un café-bar pas loin de Tizi-Ouzou, il fut enlevé par un groupe armé islamiste, puis libèré le 10 octobre 1994 à la suite d’une forte mobilisation de la population Kabyle. Il a eu très peur lors de cet enlèvement car son procés s’est alors déroulé. Mais il n’a jamais cessé de chanter et de continuer son combat.

Il se marie trois fois : en 1985 avec Djamila. Il est séparé en 1988. Puis il prend pour épouse Tassadit en 1991 et se sépare rapidement à la suite de problèmes personnels et enfin il se marie avec Nadia en 1997.

Il reçoit le Prix de la Mémoire le 06 Décembre 1994 de Danièle Mitterrand.

En 1995, il publie un ouvrage, le Rebelle.

En 1995, il participe à la marche des rameaux en talie pour l’abolition de la peine de mort.

En 1995, le SCIJ (Canada) lui remet le Prix de la Liberté d’expression.

Après son assassinat le 25 juin 1998 et à son enterrement, la Kabylie a connu plusieurs semaines d’émeutes et de deuil. D’après les autorités algériennes le chanteur a été victime d’un faux barrage et exécuté par le GIA.

SA MEMOIRE PERPETUEE :

Une Fondation a été créée par ses proches pour perpétuer sa mémoire, faire la lumière sur son assassinat et promouvoir les idées défendues par Matoub Lounés. Malika Matoub, sa soeur, en est la Présidente et Juba Laksi, le Secrétaire Général.

Dix rues portent le nom de Matoub Lounes à Paris, à Aubervilliers, à Saint-Martin d’Hères près de Grenoble, à Vaulx-en- Vélin près de Lyon, à Pierrefitte-sur-Seine, à Nancy, à Nantes et à Saint-Etienne.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Bibliographie de Matoub Lounes écrite et publiée par Claire le 01 Décembre 2010. Je remercie Aziz Hamdi pour l’aide, à postériori, apportée à la rédaction de l’article.                       image74 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. mendjour Khelifa dit :

    Merci pour cette mémoire du grand Matoub Lounes, dédie à tous les Algerien digne de foi et jaloux de leur patrie .
    Egalement, merci a ce signe du respert à ce martyre de la libèrté….

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...