CHANSON DE MATOUB LOUNES.

 

Avec-lounes.jpg

Le ciel pâlit, roule en crue le déluge lave les dalles,
Les rivières atrocement mugissent.
Les terres d’alluvions croulent en torrent,
Du fond de la tombe une supplique remonte,
Dans sa douleur hurlante: ô mes enfants!

Certes, si le corps se décompose,
La pensée, elle, ne meurt pas
Si les cols à franchir sont âpres,
A l’épuisement nous trouverons un remède.
Et s’ils anéantissent tant et tant d’étoiles,
le ciel, lui, ne s’anéantit pas.

Ils ont scellé notre sort dès longtemps,
Avant ces jours de tragédie.
Les persécuteurs de la connaissance
Sur notre terre étendent la désolation.
ils ont tué Rachid Tigziri
Smail ,ils ne l’ont pas manqué.
ils ont tué Liabès et Flici,
Boucebsi et tant d’autres encore.

S’il devait n’en rester qu’un
Il rappellera notre souvenir.
Sur les plaies la croûte apparaîtra.
Nous nous dresserons parmi les autres nations,
Notre descendance sera nombreuse
Fût-ce dans le giron des épreuves.

Kenza,ma fille,
Endure le deuil de moi.
Nous succombons sacrifiés
Pour l’Algérie de demain.
Kenza, ma fille,
Ne pleure pas.

Kenza, ma fille,
Ne pleure pas.
La cause de notre trépas,
C’est l’Algérie de demain.
Kenza,ma fille,
Ne pleure pas!

(MATOUB LOUNES)

Texte de Matoub Lounes.

Claire le 25 Juin 2010.background-2008_039.jpg

En hommage à Matoub Lounes, le célèbre poète berbère et chanteur, qui fut assassiné le 25 Juin 1998 par un commando armé, au lieu dit Tala Bounane.

 


Autres articles

Un commentaire

  1. iferhounene dit :

    change la photo de header
    met une autre plus nette et plus expressive

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...