J’AI LA TETE A L’ENVERS.

J’AI LA TETE A L’ENVERS .
J'AI LA TETE A L'ENVERS. dans -L'auteur:Chantal Flury. 0fb3xtky

 

 

 

 

 

 
Ce matin j’ai la tête à l’envers,

Ce n’est pas une affaire,

Hier soir couchée tard,

Dans l’attente du hasard,

Levée tôt ce matin,

Avec très peu d’entrain,

Et je pense bien à toi,

Qui me met en émoi,

J’attends tous les plaisirs,

Que me souffle mon désir,

Désir de t’aimer,

Et d’être à tes côtés,

Puis je vais boire un thé,

Pour commencer la journée,

Journée près de la mer,

J’ai la tête à l’envers.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié le 13 Juin 2010.image74livro10 dans -L'auteur:Chantal Flury.

 


Archive pour 13 juin, 2010

OLELE, OLALA.

OLELE, OLALA. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. photosjuin2010299copie

A Sanary sur Mer en Juin 2010.

 

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Près de la mer je m’émerveille,

Et les rayons du soleil étincellent,

Sur les vagues qui ondulent,

Sans s’arrêter comme un dilemme,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Vague divine tu me saisis,

Et tout mon corps tu envahis,

Toutes ses zones avec hardiesse,

Sans t’arrêter et dans l’ivresse,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Et sur la plage sur ma serviette,

Je vais m’étendre en communion sensuelle,

Avec tes rayons, divin Ré,

Sur mon corps tu te promènes enfiévré,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

De ton regard tu m’observes,

Homme de la mer sans équivoque,

Tu me désires sans faiblir,

Et tes doigts se promènent sur mon corps pour l’affranchir,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Tel un dieu sorti de la mer,

Amour tu m’enchaînes à tes fers,

Et vite ardemment tu poses,

Un baiser sur mes lèvres en symbiose,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Ton regard est de braise,

Et tu  m’emmènes dans ta fournaise,

Puis un feu incandescent,

Court dans mes veines, indécent,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Puis loin des regards compatissants,

Tu accostes sur mes hanches ardemment,

Tu saisis le creux de mes reins,

Et tu m’emportes au paradis serein,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Méditerranéen à la peau mate,

Accent chantant échec et mat,

Amour tu as su m’emporter,

Sans que j’y sois vraiment préparée,

Olélé, Olala,

Je suis toujours prête, tu es toujours là,

Et maintenant à tes côtés,

Je suis la route de ta pensée,

Entièrement ma vie tu as sellée,

Pour un instant, émerveillée.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié le 13 Juin 2010.image74livro10 dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

 

LA MER.

 

LA MER. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 60838_137507709629239_1313415_n-300x225

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule dans la mer,

Un jour où le ciel est couvert,

Je pense à toi qui es là-bas,

Encore sous les tracas,

Et déjà ton amour me donne cette beauté,

Qui laisse homme bouche bée,

Mon corps rayonne,

Et je m’abandonne,

Au mouvement des vagues insolentes,

Qui me caressent, ce jour, indécentes,

Puis elles me claquent avec douceur,

Et je m’allonge dans l’eau avec langueur,

Puis je me défoule dans une nage effrénée,

Et je m’en vais vers les bouées,

Qui marquent les limites à respecter,

Un instant j’y accoste et je me mets à rêver,

Dans l’étendue d’eau qui m’entoure,

Je pense à mon amour,

Et mon coeur est en émoi,

Car je n’attends plus que toi,

Puis telle une naïade je me retourne,

Et mer alors tu m’emportes,

Vers le rivage en communion,

Et mon âme je te donne en unisson,

Puis je pose près de la plage mes pieds sur le sable,

Pour me reposer de cette nage,

Et là encore vague tu me donnes une fessée,

Sans que je puisse me dérober,

Je reste immobile un instant,

Et mon corps se réchauffe aux rayons du soleil,

Qui est revenu et qui m’émerveille,

Eau, ciel, mer je m’abandonne à votre univers,

Et Râ tu es déjà là pour me sécher à l’endroit à l’envers,

Puis je sors enfin pour m’étendre,

Sur le sable et prendre,

Un livre en rêvant encore de toi à qui j’appartiens,

Et qui deviendra mon amant demain.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié par Claire le 13 Juin 2010.image74livro10 dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

 

 

Dans

HYMNE A APHRODITE.

HYMNE A APHRODITE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. photosjuin2010196

Neige en Avril 2010 près du Lac Blanc, dans les Vosges (88).

 

J’aime t’entendre parler, te voir sourire,

Et je suis bouleversée de t’entendre rire,

Pendant qu’un oiseau gazouille allégrement,

A la vue de ce trouble déjà opérant,

J’oublie mon coeur encore dans la souffrance,

Et les troubles nés d’une longue absence,

J’imprègne mon âme de ta fraîcheur innée,

Qui envahit mon coeur ici esseulé,

Je prends aussitôt ma source dans ton sourire charmeur,

Et à tes côtés je ressource mon âme et allège mon coeur,

Je suis une femme troublante et emportée,

Et mon esprit à tes côtés retrouve calme et volupté,

Pour moi aucune fille n’égale ta Beauté,

Et dans tes bras je me laisse emporter,

Tu agites mon coeur comme les feuilles des chênes,

Sous le vent des montagnes et dans ses futées,

Vénus au regard farouche,

Tu m’enflammes car tu es la plus belle sans doute,

Auprès de toi je retrouve le silence,

Car tu sais me charmer ma tendre,

Et avec toi j’égare mon âme,

Car court dans mes veines une flamme incandescente,

Je sais retrouver dans les baisers d’un jour câlins,

De toi Aphrodite les grands transports coquins,

Tu as enchaîné mon esprit,

Grâce à toi j’ai repris goût à la vie.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié par Claire le 13 Juin 2010.image74livro10 dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

 

IMMORALITE.

photosjuin2010318.jpg

Quoi de plus troublant,

Que d’avoir deux amants,

L’un me faisant la Cour,

L’autre me faisant l’amour,

Tous deux dans l’apparence,

Ont bien des ressemblances,

Pour l’un je suis l’aimée,

Pour l’autre je suis l’adorée,

Quoi de plus charmant,

Que d’avoir deux amants,

Tous deux m’ont conquise,

Et tous deux m’ont acquise,

Car je trouve dans chaque,

Ce qui à l’autre échappe,

Quand l’un quitte mon lit,

L’autre est tout près d’ici,

Quoi de plus envoutant,

Que d’avoir deux amants,

Je les aime et c’est tout,

Et les autres je m’en fous,

Je les goûte tour à tour,

Et ils me font bien l’amour,

Comme des dieux magnifiques,

Et ils sont magnétiques,

Puis j’ai le sentiment,

Que j’occupe bien mon temps,

Quoi de plus grisant,

Que d’avoir deux amants,

L’un est très angélique,

L’autre est plutôt sarcastique,

Et dans les moments de détresse,

Ils redoublent de tendresse,

Je les aime c’est tout,

Et le reste je m’en fous,

Mes sens sont ainsi faits,

Et j’accomplis ce qui me plait,

Quoi de plus enivrant,

Que d’avoir deux amants,

J’ai l’amour qu’il me faut,

Pour moi cela prévaut,

Ils me comblent de bonheur,

Et ils ont pris mon coeur,

Je les adore passionnément,

Ils sont si attirants,

Que je ne peux choisir,

Celui qui doit partir.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié par Claire le 13 Juin 2010 et inspiré par  » Ma maîtresse, la traîtresse de Georges Brassens « .image74IMMORALITE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10GeorgesBrassens-gb.jpg

 

LE MESSAGE.

photosjuin2010320.jpg

L’auteur Chantal Flury.

Un message de toi,

Je suis en émoi,

De t’entendre dire,

Que femme je t’attire,

Que tu me chéris,

Que tu m’aimes aussi,

Tu chantes en parlant,

Et c’est très troublant,

D’entendre ta voix,

Que tu enregistres parfois,

Sur mon répondeur,

Qui me donne du bonheur,

Tu m’embrasses encore,

Et ça vaut de l’or,

Car ces mots résonnent,

Et me déboussolent,

Lorsque je les écoute,

Sur ma messagerie,

Que tu répètes je t’aime,

C’est tout un poème,

Et murmure ta voix,

Maintes et maintes fois,

Dans une journée,

Sans être lassée,

Le téléphone éteint,

Ce serait en vain,

De ne plus t’entendre,

Ni de me surprendre,

Elle résonne encore,

Au fond de mon corps,

Je ferme les yeux,

Et c’est merveilleux,

Quand je t’imagine,

Tout près plein de vie,

Jamais assouvi,

Captivant mon âme,

Emportant mon coeur,

Avec plein de ferveur.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié par Claire le 13 Juin 2010.image74LE MESSAGE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10

 

L’ECRIVAIN.

Image and video hosting by TinyPic

Ecrivain prodige mais aussi égoïste tu es,

Tu n’as pas arrêté de me condamner,

Sans comprendre ma destinée,

Et tu ne penses qu’à ce que tu fais,

De beaux écrits sortent de ton âme,

Qu’avec les autres tu partages,

Tu m’as souvent déroutée,

Par ta façon d’analyser,

Mais j’ai toujours compris ta pensée,

Et la portée que tu voulais lui donner,

Exigeant avec toi tu l’étais,

Et pour t’aider je travaillais,

Sur des cahiers où j’écrivais,

Des millliers de mots que je devinais,

Ecrivain homme dangereux tu es,

Et tu t’y prêtes,

Tu ne penses qu’à tes écrits,

Qui sont toute ta vie,

Tu étudies pour atteindre la perfection,

Divers auteurs dont tu récoltes la moisson,

A les lire c’est toujours pour toi un plaisir,

De découverte et de désir,

D’aller plus loin dans le raisonnement, la pensée,

Qui aurait pu se scléroser,

Mais ces outils te servent aussi à manipuler les hommes,

Qui sont toujours fragiles en somme,

Avec moi tu auras toujours pris la place formelle,

D’un être surnaturel intemporel,

Ecrivain homme de valeur tu es,

A la recherche de créations continues,

Après ton départ précipité,

J’en suis restée bouche bée,

Car dans la vie je n’avais pas rencontré,

Des hommes dont je maîtrisais si peu la pensée,

Mais je m’en suis remise rassure toi,

Car j’ai toujours autour de moi,

Des personnes qui jaillissent sur mon chemin,

Et qui savent me tendre la main,

Placées là par je ne sais quelles entités,

Qui veillent aussi sur ma destinée,

Car je suis précieuse de surcroît,

Sans que vraiment tu le vois,

Ecrivain homme de désir tu es,

Tu attires par la force les êtres,

Qui te voient briller dans la lumière,

Car tu aimes en public paraître,

Et tu trouves à dire à chaque humain,

Ce qui lui manque c’est certain,

Puis tu captes par ta facilité,

Dans la société à te montrer,

Mais que veux-tu dans la vie,

Je ne suis attirée que par les hommes qui brillent,

Par des êtres hors du commun et authentiques,

Surhomme de surcroit comme dit Nietzsche,

Toutefois Muse et poètesse je suis par ma destinée,

Mais aussi Aphrodite j’inspire les hommes sans compter.

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié par Claire le 13 Juin 2010.image74L'ECRIVAIN. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10

LES MOTS.

voir l'image en taille réelle

A travers tes mots,

J’ai trouvé mes mots,

Des mots qui s’enchaînent,

Et qui se déchaînent,

Ils deviennent les maîtres,

De mon esprit espiègle,

Et ils se promènent,

Puis chaque jour ils entrent,

Dans les coeurs et les âmes,

Avec lesquelles ils échangent,

Toutes sortes de tendresse,

Mais aussi de la détresse,

Ils s’attardent souvent sur l’amour,

Qui est essentiel de nos jours,

Mais aussi sur la Beauté,

Qui comble l’humanité,

Puis ils atteignent le désir inné,

Qui les font avancer sans sourciller,

Amour, Beauté, Désir avec eux ils se promènent,

Sans que je les retienne,

Et ils m’emmènent vers des contrées inconnues,

Très souvent inattendues,

Ils sont toujours maîtres de ma pensée,

Et ils m’accompagnent sans se lasser,

Dans des ballades qui me valent parfois le courroux,

Dans l’art d’autres qu’ils rendent fous,

Par leur incompréhension à les saisir,

Qui me condamnent à en blémir,

Car les mots sont maîtres de ma destinée,

Ils s’arrangent pour la dicter,

Signalent les routes que je vais emprunter,

Et sur lesquelles je dois cheminer,

Mais je ne trouve rien à rétorquer,

Sinon qu’ils m’ont vraiment domptée,

Et qu’ils prennent ma main, mon coeur et mon âme,

Qu’ils disent où il faut qu’ils aillent,

Mais au dessus d’eux il y a les sentiments,

Que j’éprouve à tout moment,

Et enfin les êtres qui marquent ma vie,

D’une emprunte toujours indélébile…

Claire.background-2008_039.jpg

Ecrit et publié par Claire le 13 Juin 2010.image74LES MOTS. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...