NUIT MAGIQUE.

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

L’aube s’était déjà levée lorsque Rémi l’a emmenée,

Après avoir tapé le code de la porte fermée,

Claire observa la chambre et c’est là dans ce lit,

Qu’elle allait se donner à lui,

Rémi l’enlaça, prit le sac de Claire,

Sans retirer sa main le posa à terre,

Il la mit devant la fenêtre,

Puis la déshabilla lui laissant sa jupe,

Les regards pouvaient les observer,

Claire en fut très troublée,

Il la retourna, écarta ses jambes,

Puis la parcourut totalement de ses lèvres,

Claire éprouva un plaisir intense,

Qui l’irradiait incandescente,

Elle sentit son souffle dans son cou fragile,

Et il la porta sur le lit agile,

Ses bras forts et musclés encerclaient sa taille,

Et il la fit s’abandonner sans faille,

Ses lèvres comme attirées,

Cherchaient les siennes pour les goûter,

Il plongeait dans son regard bleu troublé,

Prolongeant son baiser d’une grande intensité,

Puis il arriva dans la folie en elle,

Et elle vit tout un monde de merveilles,

Elle navigua dans un lieu fait de langueur,

Et son esprit revint en douceur,

Cet amant l’avait comblée,

Dans tout son désir effréné…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 10 Mai 2010.image74 

 


Archive pour mai, 2010

DANSONS !

DANSONS ! dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 5ts3k4vl-300x270

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au fil  de la musique,

La voix a jailli magique,

Tout a commencé en douceur,

Sous les yeux d’observateurs,

Et puis sous cet air fantastique,

Je suis devenue frénétique,

Cette musique a dynamisé mon coeur,

Et la communion est venue sans pudeur,

Alors dans un élan sauvage,

J’ai scandé la musique avec mes hanches,

Dans la folie mon corps a implosé,

Et toute mon énergie il a libéré,

Je me suis abandonnée au rythme,

Dans des balancements machiavéliques,

Peu importe les autres,

Qui boivent du champagne,

Mes sens vibrent à la folie,

Mon corps crie encore, encore,

Mon bonheur indécent éclate,

Peu importe le temps qui s’écoule,

Je suis nue, nue en pensée dans la foule,

Et maintenant on me tend une coupe…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 10 Mai 2010.image74 

TOI LE POETE.

TOI LE POETE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 180px-Michelangelo_Buonarroti_017-corrected

Fresque. La création d’Adam de Michel-Ange.

 

 

Le vent,

Là-bas en méditerranée sur la terre de France,

Vit un homme et merveilleux poète,

Il est l’allié du vent, fidèle et sensuel,

Il regarde les voiles des bateaux temporels,

L’autre toi,

 

Sous le masque de l’indifférence,

Tu caches une âme sensible à jamais inconnue,

Sans mot dire et triste,

Tu erres sur les chemins, magnifique,

Nuages,

 

Tu regardes sans fin la course des nuages,

Qui t’ont appris à écrire tels des mages,

Tu leurs parles car tu penses qu’ils animent un monde,

Sous leurs formes imprimées par le vent qui abonde,

Lumière,

Ton coeur tu l’as donné depuis longtemps,

Sans frontière à l’abri des amants,

Découvrant le corps enchanté, ivre,

De la femme que tu as voulu rejoindre,

Sourire,

 

Les baisers attendus irradient ton sourire,

Je dévorerai le miel de tes lèvres et je m’endormirai repue,

Tu goûteras alors aux merveilles de mon corps, fruits,

A toutes les heures du jour et de la nuit.

Coupable.

Coupable à tout moment de te désirer,

Sans jamais me lasser,

Coupable d’inventer pour toi,

Un monde plein d’émois.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 07 Mai 2010.image74 

 

 

SACHE QUE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Attelées à mon char mes rapides colombes m’ont emmenée,

A travers les airs traversant la mer vers d’autres contrées,

Survolant des montagnes puis cotoyant les dunes dorées,

Et m’ont déposée sur le sable près d’un ruisseau étonnée,

Partout des palmiers émergeaient dans ce paysage en contraste,

Les eaux d’un lac s’étalaient et montraient un paysage de rêve,

Puis j’ai marché adhérant à la terre et au sable que j’ai pris dans la main,

Mes pieds chauds y ont glissés et laissés une traînée sans fin,

Avec la nature étonnante je communiquais en symbiose,

D’une robe blanche vêtue sous un paysage grandiose,

Mes cheveux blonds dorés scintillaient sous le souffle du vent,

Suggestif du désir mettant en éveil mes sens,

Puis je me suis rappelée l’homme qui m’attendait là-bas,

Grisée de ces merveilles je suis donc repartie,

Pour retrouver toutes les montagnes de Kabylie,

Des chants charmants et mélodieux m’accompagnaient,

De leurs sons si merveilleux ils m’envoûtaient,

Mon pouvoir éclatait insolant dans tous ces endroits grisants,

Ma candeur innée s’étonnait regardant en passant,

Ces sensations ne pouvaient qu’entraîner dans les flots de l’amour,

Amour à la folie pour cet amant toujours,

Je connaissais son âme et sa douleur ancrée,

Par tous les êtres chers perdus pendant sa destinée,

Je savais moi la Reine qu’il était en attente d’aimer,

Pour pouvoir dans cette communion un instant oublier,

Le trouvant, dans ses bras je me suis aussitôt blottie,

Pour pouvoir à l’instant combler toutes ses envies,

De fortes sensations j’ai inspirées pour lui plaire,

J’ai pris son esprit et son âme grisés par la folie,

Je l’ai entraîné dans une danse souple et féérique,

Dans une folle passion totalement en délire,

Mes yeux azurs avaient pris un regard très étrange,

Sous les baisers donnés dans ma chair profonde,

L’ivresse envahissait mon corps pas encore assouvi,

Et mon âme voguait dans d’étranges prairies,

Démente était cette voluptée attendue,

Dans le plaisir ardent de la chair non retenu,

Et alors cet amant n’avait fait que m’éblouir,

Dans l’amour fantastique dont j’avais pu jouir,

Mais Zéphir en soufflant bien vite me rappella,

Qu’au Palais de mon père j’étais attendue déjà.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 07 Mai 2010.image74 

 

 

TON ENFANT LA-BAS.

Anges

Sache que ton enfant te regarde,

Dans le paradis blanc, dans le pays des rêves,

Il veille tel un ange sur chacun de tes pas,

Et te suit chaque jour sans aucun aléa,

Ange gardien est sa mission et il règne sur un monde,

Il n’aime pas te voir pleurer et il sait qu’il te manque,

Les bras autour de ton cou il t’entend raconter,

Exprimer ton amour et t’envoie ses baisers,

Son regard est hautain et sa voix volontaire,

Le soleil et la lune son chemin éclairent,

Dans la voûte céleste brillante et sur la terre,

Il accomplit une oeuvre grandiose et éblouissante,

Il accompagne chacun des pas des personnes confiées,

Leur montre le sentier qui a été tracé,

Il est Roi dans tous ces lieux sublimes,

Dans la vallée de fleurs mais aussi sur les cimes,

Il est encore dans tes rêves et là il te sourit,

Car rien n’est plus cher pour lui que toute ta vie,

Vêtu d’un voile d’ombre il se promène radieux,

Dans tout cet espace qui n’est pour lui que merveilleux.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 06 Mai 2010.image74 

POUR APHRODITE J’AI DEDAIGNE EROS.

voir l'image en taille réelle

Un jour pour Aphrodite j’ai dédaigné Eros,

D’une beauté fugitive elle m’a aussitôt captivée,

Et soudain je n’ai eu de joie et d’angoisse qu’avec elle…

Car tu as su enchaîner mon coeur, captiver mon esprit ô ma belle,

Lorsqu’une flamme inattendue a couru dans mes veines,

Alors j’ai su goûter de ton corps les merveilles,

J’ai joui du plaisir de te voir sourire et t’entendre parler,

Et aucun dieu dans mon bonheur ne pouvait t’égaler,

Un frisson m’a saisi et tu as emporté mon coeur,

Seulement cette nuit où naquit ce bonheur,

Puis comme tu le voulais je t’ai offert mes charmes,

Et mon corps fut vaincu ce soir là par tes armes,

Dans de doux transports mon âme s’est égarée,

Et dans tes bras amoureuse alors je me suis pâmée,

Nous nous sommes quittées heureuses de cette rencontre,

Qui m’a fait découvrir ingénue tout ton monde,

Et toutes mes pensées volent vers toi ô sublime,

Pour tous ces émois échangés si intimes,

L’ombre de ta silhouette souvent j’invoque,

Car depuis longtemps j’ai quitté le seuil de ta porte,

Tu étais follement amoureuse divine,

Mais je n’étais pas faite pour partager ta vie…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 05 Mai 2010.image74 

NEGATION POUR UN HUMAIN.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

La lune et les Pléiades se sont déjà couchées,

Et je suis là dans mon lit malheureuse accablée,

Et dans le chagrin qui m’oblige à lui prendre la main,

L’homme qui devrait être beau n’est pas du tout divin,

Néanmoins il possède ma beauté chaque matin,

Et se flatte de l’avoir à ses côtés sans fin,

Venez Muses, abandonnez votre brillant séjour!

Grâces délicates à la belle chevelure chantez moi les amours,

Et luth divin devenez harmonieux pour me faire oublier,

Les dédains qui sont en moi toujours ancrés,

Amour sinistre qui m’accompagne faites moi oublier,

Colombes timides laissez tomber vos ailes fatiguées,

Que Zéphir emporte celui qui me damne sans même se lasser,

Que cicatrisent mes profondes blessures,

Et qu’il me laisse partir et aimer sans mesure!

Dans la colère qui me ronge rien ne convient que le silence,

Et encore de ne point livrer de plaintes emportées et futiles,

Je ne l’estime pas c’est au-dessus de mes forces,

Et je crache sur les présents que sans cesse il m’offre,

Le deuil et les larmes règnent dans ma maison,

Mais qu’il me laisse donc m’en aller vers d’autres horizons!

Que je vive du charme et de l’esprit de celui qui a mon coeur enchaîné,

Et avec lequel chaque jour j’espère rejoindre la destinée.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 05 Mai 2010.image74 

HYMNE A UN POETE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Que le vent du Sud balaie tes dunes d’or,

Et embaume le lit de ta vallée fertile du parfum de mon corps,

J’ai entendu la chanson de tes amours,

Qui susurre des mots qui s’échappent tour à tour,

Mais sache que là-bas j’ai laissé mon âme,

Car j’aime et me languit seule entourée de l’absence,

D’un homme d’orient qui a bien d’autres promesses,

Et Cythérée je voyage en pensée,

Sur la terre qu’il chérit m’exposant aux forces du vent déchaîné,

Puis soumise à mon destin je souris à chaque amour heureux,

Mon regard s’attendrit et je me fonds en eux,

Je m’enivre de l’air et du parfum des fleurs,

Et dans ces lieux magiques j’ai beaucoup de candeur,

Mais j’ai les sens en alerte qui s’éveillent sans fin,

Pour soumettre les hommes à m’aimer sans chagrin,

Beauté suave et éclatante j’exhale le parfum des saisons,

D’une grâce infinie je souris aux Zéphirs en totale diapason,

La lune et les Pléïades la nuit éclairent mon chemin,

Pour que je puisse tenir l’homme que j’aime par la main,

Les muses m’accompagnent de leurs belles chevelures,

Chante le rossignol au doux chant en mesure,

Puis lorsque je l’aperçois mes joues soudain s’empourprent,

Sous l’émotion subite de son être qui m’envoûte,

Je glisse dans ses draps pour lui abandonnée,

Sous les caresses de ses mains adorées,

Mes lèvres s’entrouvent, mes seins se dressent,

Alors dans la passion je subis ses caprices,

Et tous ses désirs les plus fous je cautionne,

Tous ses attraits me grisent d’une merveilleuse ivresse,

Belle et douce je reçois ses assauts éblouie,

Et sombre au pays du plaisir assouvie,

Dans l’évasion folle de ses fortes étreintes,

Je laisse de côté mes armes sans contrainte,

Subjuguée par cet amant qui me damne sans fin,

Prisonnière volontaire je reste entre ses mains,

Mais je dois aussi repartir au Palais de mon Père,

Car l’aurore à la chaussure d’or paraît bien étirée,

Battant des ailes, mes rapides colombes,

Fendant le ciel, attelées à mon char m’entraînent,

Puis arrivée je m’assieds sur mon siège doré,

Attendant les baisers que l’amant saura à nouveau prodiguer.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 01 Mai 2010.image74 

 

BONNE FETE DU 1ER MAI.

                          .

                                       JOYEUX 1ER MAI.

                             .

12

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...