POUR APHRODITE J’AI DEDAIGNE EROS.

voir l'image en taille réelle

Un jour pour Aphrodite j’ai dédaigné Eros,

D’une beauté fugitive elle m’a aussitôt captivée,

Et soudain je n’ai eu de joie et d’angoisse qu’avec elle…

Car tu as su enchaîner mon coeur, captiver mon esprit ô ma belle,

Lorsqu’une flamme inattendue a couru dans mes veines,

Alors j’ai su goûter de ton corps les merveilles,

J’ai joui du plaisir de te voir sourire et t’entendre parler,

Et aucun dieu dans mon bonheur ne pouvait t’égaler,

Un frisson m’a saisi et tu as emporté mon coeur,

Seulement cette nuit où naquit ce bonheur,

Puis comme tu le voulais je t’ai offert mes charmes,

Et mon corps fut vaincu ce soir là par tes armes,

Dans de doux transports mon âme s’est égarée,

Et dans tes bras amoureuse alors je me suis pâmée,

Nous nous sommes quittées heureuses de cette rencontre,

Qui m’a fait découvrir ingénue tout ton monde,

Et toutes mes pensées volent vers toi ô sublime,

Pour tous ces émois échangés si intimes,

L’ombre de ta silhouette souvent j’invoque,

Car depuis longtemps j’ai quitté le seuil de ta porte,

Tu étais follement amoureuse divine,

Mais je n’étais pas faite pour partager ta vie…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 05 Mai 2010.image74 


Archive pour 5 mai, 2010

NEGATION POUR UN HUMAIN.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

La lune et les Pléiades se sont déjà couchées,

Et je suis là dans mon lit malheureuse accablée,

Et dans le chagrin qui m’oblige à lui prendre la main,

L’homme qui devrait être beau n’est pas du tout divin,

Néanmoins il possède ma beauté chaque matin,

Et se flatte de l’avoir à ses côtés sans fin,

Venez Muses, abandonnez votre brillant séjour!

Grâces délicates à la belle chevelure chantez moi les amours,

Et luth divin devenez harmonieux pour me faire oublier,

Les dédains qui sont en moi toujours ancrés,

Amour sinistre qui m’accompagne faites moi oublier,

Colombes timides laissez tomber vos ailes fatiguées,

Que Zéphir emporte celui qui me damne sans même se lasser,

Que cicatrisent mes profondes blessures,

Et qu’il me laisse partir et aimer sans mesure!

Dans la colère qui me ronge rien ne convient que le silence,

Et encore de ne point livrer de plaintes emportées et futiles,

Je ne l’estime pas c’est au-dessus de mes forces,

Et je crache sur les présents que sans cesse il m’offre,

Le deuil et les larmes règnent dans ma maison,

Mais qu’il me laisse donc m’en aller vers d’autres horizons!

Que je vive du charme et de l’esprit de celui qui a mon coeur enchaîné,

Et avec lequel chaque jour j’espère rejoindre la destinée.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 05 Mai 2010.image74 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...