COMBATTANT.

 Image prise à partir du village d'Ait-Daoud en Kabylie (Algérie)

 

Tu portais ton masque de l’indifférence,

Pour grimper au sommet des montagnes,

Tu étais là dans l’ombre aux aguets,

A scruter du regard et sentir le vent muet,

La sueur perlait sur tes tempes,

Dans cette montagne aride de Kabylie,

La bravoure coulait dans tes veines,

Et ton coeur ne songeait que vaincre,

Entouré des tiens qui défendaient leur pays, leur cité,

Alors c’était ta seule raison d’exister,

Ton regard épiait l’horizon,

Pour pouvoir accomplir parfaitement ta mission,

Tu étais la lumière et l’espoir attendus,

Par toute une génération qui était perdue,

Dans cette lutte, cette violence,

Qui étaient chaque jour ta référence,

T’empoignait la colère,

T’aidaient les forces des ténèbres,

Pour que ton peuple pose le soubassement,

D’un avenir meilleur et transcendant,

Et aujourd’hui arrive le temps du pardon et de l’espérance,

Car dans ton coeur pur et fier résonne le chant de l’indépendance.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 15 Avril 2010.image74 


Archive pour 15 avril, 2010

TU N’ES NI RIMBAUD NI VERLAINE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Tu n’es ni Rimbaud ni Verlaine,

Mais comme eux tu embaumes les mots qui s’enchaînent,

Tu recherches sans cesse le beau, le parfait,

Dans tout ce qui vit et qui a pour toi un attrait,

Tu as aussi souvent des obsessions,

Qui te font perdre totalement la raison,

Et tu pars vers toutes sortes de sentiments,

Bonheur, ardeur, stupeur que tu sèmes à tout vent,

Et je suis là subjuguée par tes mots magiques,

Qui me font saisir la bouffée d’air de la vie,

Imparfait tu peux l’être mais je m’accroche à ton âme,

Et je te laisse aussi seul en train d’aiguiser tes armes,

De guerrier, de dieu antique et d’unique,

Allié fidèle du vent qui tes parfums sensuels charrient,

Souvent tu apparais dans la lumière de mes songes,

Nu, tel Cupidon et tu en prends l’habitude,

Je suis allongée alors sur le dos le regard perdu dans le firmament,

A attendre toutes les caresses que prodique un amant,

Baroudeur fou tu es entouré d’éclairs flambloyants,

Qui accompagnent ton corps incandescent.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié le 15 Avril 2010.image74 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...