BIBLIOGRAPHIES HISTOIRES ET LEGENDES DU BLOG.

BIBLIOGRAPHIES UTILISEES POUR L’ECRITURE DES HISTOIRES ET LEGENDES DU BLOG:

 

-Pindare: LES OEUVRES COMPLETES.BIBLIOGRAPHIES HISTOIRES ET LEGENDES DU BLOG. dans -Histoires et légendes. 9782729115128

- Pindare – ODES triomphales.Odes triomphales

- APOLLODORE: LA BIBLIOTHEQUE-UN MANUEL ANCIEN DE MYTHOLOGIE (Traduit du grec sous la direction de Paul Schubert).La bibliothèque d'Apollodore

Les Métamorphoses de Ovide:419MZBN1RXL._SL500_SS100_ dans -Histoires et légendes.

Hymnes HOMERIQUES-René Jacquin.1176006_3105338

L’ART D’AIMER DE Ovide:513G78efiTL._SL500_SS100_

L’ANE D’OR ou Les Métamorphoses d’Apulée:51JWPGEXQBL._SL500_SS100_

Eros et Psyché d’Apulée:Eros et Psyché : Edition bilingue français-latin
L’Enéide de Virgile:51FGSHQWANL._SL500_SS100_

L’ILIADE DE HOMERE.41YKAEDXMXL._SL500_PIsitb-sticker-arrow-big,TopRight,35,-73_OU08_SS100_

L’Odyssée de Homère.51pGYR%2B0EBL._SL500_SS100_

DRAMES DE Eschyle.51XR8K5A3GL._SL500_SS100_

L’Enquête de Hérodote.51110VSHHZL._SL500_SS100_

TRAGEDIES COMPLÈTES D’EURIPIDE:5190YM52ZYL._SL500_SS100_

Tragédies de Sophocle:51TNR1EK9ZL._SL500_SS100_

Antigone de Sophocle, J Bousquet, M Vacquelin, Elsa Marpeau:41rdgJlU3lL._SL75_

LA Théogonie D’Hesiode-LES TRAVAUX ET LES JOURS.La théogonie

Les Bucoliques GRECS-THEOCRITE-Thome 141L%2BEz1H9yL._SL500_SS100_

OEDIPE ET SES MYTHES DE JEAN-PIERRE VERNANT:51XG3TY8CML._SL500_PIsitb-sticker-arrow-big,TopRight,35,-73_OU08_SS100_

La Mythologie d’Edith HAMILTON:La mythologie

OVIDE Les Métamorphoses:Les métamorphoses

Poésies de Heinrich Heine:Poésie de Heinrich Heine

Abélard et d’Héloïse-Correspondance:Correspondance d'Abélard et Héloise

La Reine de Saba, Marek Halter :La Reine de Saba

D’autres histoires ou légendes récentes m’ont Été Contees par des proches et je les ai rédigées, Comme exemple: Les légendes du trèfle, de la coccinelle, du Dahu, la Saint-Valentin et le 14 Juillet.

La Princesse et anaconda A ETE construite D’après la version d’Une légende écrite par Gilberto Antonilez, Publiée dans le journal El Universal en 1945.

Publié le 17 Mars 2010 par Chantal Flury (Claire).background-2008_039.jpg 


Archive pour mars, 2010

LASSITUDE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je suis lasse, mon amour, lasse de dormir sans toi,

Et mon coeur est aujourd’hui plein d’émoi,

Je suis lasse, mon amour, d’avoir voulu trop rêver,

Les jours s’écoulent dans l’attente d’un mot mais rien n’arrive en retour,

Pourtant j’espérais que ce rêve se réaliserait un jour,

Je suis lasse, mon amour, de ne pas avoir trouvé de place à tes côtés,

Et je suis même trop fatiguée pour pouvoir crier et hurler,

J’ai l’impression de n’être qu’un objet que tu déplaces selon ta volonté,

Je suis lasse, mon amour, de tous les tourments occasionnés,

Je m’interroge sur tes sentiments et je ne trouve que peu de répondant,

Sur la froideur que tu manifestes trop souvent,

Je suis lasse, mon amour, des mots qui sans intérêt s’enchaînent,

J’ai envie de vivre et de profiter pleinement des plaisirs,

Et de ne plus dans nos activités pouvoir rien définir,

Je suis lasse, mon amour, de rêver et encore au réveil de t’imaginer,

Ce n’est pas étonnant!

Car la mer a englouti mon âme et mon ciel s’est perdu,

Ce soir je suis fatiguée et épuisée d’avoir tout essayé…

Et je t’appelle immortelle Vénus, fille de Jupiter ! où es-tu ?

Regardes tous les tourments ressentis par mon coeur !

Prends-moi par la main et délivre-moi de ces cruels moments !

Rends-toi aux désirs de mon coeur !

Et ne me refuse pas ton secours si puissant !

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 16 Mars 2010.image74 

PENSEE D’APHRODITE.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Alors doux amant, enivrons nous maintenant !

Claire se remémore les folies partagées avec son amant…

Elle pense à celui qui capte sa vie, calme ses angoisses,

Et assouvit toutes ses passions sans faille,

Regard charnel qui jette des éclairs enflammés,

Aphrodite est bien là dans une posture sculptée,

Claire rêve de son amant !

Dans son sanctuaire de déesse, la passion l’a emportée,

Elle n’a fait qu’attiser ses envies pour pouvoir l’entraîner,

Dans le pays lointain de l’ivresse,

Où tout n’est qu’harmonie d’un monde d’enchanteresse,

Allongée sur le ventre devant son miroir,

Elle pense à ce nouvel espoir,

Claire pense à son amant !

Elle voit la douceur de ses lèvres, son désir jamais assouvi,

Ses gestes troublants tout au long de la nuit,

Onde de jouissance, étreinte passionnée,

Vibrations qui réchauffent cette déesse troublée,

Elle se représente aussi la perte de sa sérénité,

Et elle médite l’esprit embué,

Claire imagine son amant !

Les formes de son corps à peine masquées,

Elle pense à cette étreinte qui va la déstabiliser,

Elle rêve de ses gestes experts, de son regard mi-trouble, mi-amusé,

De ses yeux scrutant son corps agité,

Et de ses caresses exquises,

Que depuis des nuits elle désire…

Aphrodite capte son amant !

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 15 Mars 2010.image74 

Les caresses du temps pour toujours captivent les inconscients qui du levé au couchant polissent leurs drames comme des diamants.

Natsu.

http://natsu.unblog.fr

SALMONEE.

SALMONEE. dans -Histoires et légendes. 180px-Zeus_Louvre_G204

Zeus tenant le foudre et l’aigle-amphore du Peintre de Berlin-480-470 av JC-Musée du Louvre.

Salmonée est le fils d’Eole et d’Enarété. Il passe sa jeunesse en Thélassie puis part en Elide où il fonde la ville de Salmoné et il y devient roi. Il est marié d’abord à Alcidicé dont il a une fille Tyro puis cette dernière décédée, il épouse Sidéro qui est méchante avec Tyro.

Son histoire nous montre encore une fois combien il est fatal aux mortels de vouloir rivaliser avec les dieux. Il était pris de folie et prétendait être Zeus. Il avait fait construire une route pavée de bronze, et son char avec des roues de fer et de cuivre pour qu’un grand bruit le suive à chaque tour de roue.

Le jour du festival de Zeus, il conduisait son attelage à travers la ville et jetait depuis ce dernier des torches et des tisons qui figuraient les éclairs. Il criait aussi à la foule de l’adorer car il était Zeus, le dieu du Tonnerre.

Cet acte d’impiété fut puni… Un grand coup de tonnerre se fit entendre, accompagné d’un éclair aveuglant. Et Salmonée tomba de son char foudroyé. Zeus l’avait anéanti en utilisant le véritable foudre. Il détruisit aussi la cité qu’il venait de fonder.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 15 Mars 2010, d’après la mythologie grecque.image74

TOI, SOPHIE.

 

TOI, SOPHIE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 167

Sophie, en promenade dans les rues piétonnes de Sanary-sur-Mer (83)- été 2009.

Prenez un peu de marron clair,

Pour permettre qu’ils s’éclairent,

Et  dessinez ses yeux,

Puis mettez au-milieu des paillettes,

Afin qu’ils brillent de multiples étincelles et facettes,

Ajoutez sur ses lèvres du rouge ou du rose,

Pour que son sourire ne soit pas morose,

Colorez sa peau de soleil,

Qui lui donne la couleur du miel,

Mettez-lui un chapeau,

Car elle les adopte et les trouve beaux,

Juste un tout petit morceau de tissus fera l’affaire,

Pour couvrir son buste et qu’elle plaise,

Ensuite un sarouel car elle les adore,

Et souvent elle les arbore,

Et donnez lui un sac,

Où elle déposera ses affaires tout en vrac,

Puis colorez l’avenir de vert,

Qui marque l’espoir qui renait,

Et pas trop de noir,

Signe de désespoir,

Puis illuminez là d’or et d’argent,

Car elle est toujours pétillante,

Et sachez qu’elle est là à tout moment pour moi,

Lorsque je ressens de la tristesse et des émois.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 13 Mars 2009.image74 

 

EFFEUILLONS LA MARGUERITE.

img48/6820/margueriteab8mm.jpg

Je t’aime,

Femme volcanique, tu exalhes le parfum des fleurs de l’amour et tu donnes ton odeur à la terre chaque jour,

Odeur troublante de ta peau, bleu de tes yeux couleur turquoise où je navigue dans un nuage et atteins des myriades d’étoiles qui scintillent, tu es Aphrodite la déesse de l’Amour,

Un peu,

Lorsque je voyage dans mes rêves, entre mes draps je ne vois que toi, puis je parcours obsessionnel tes jambes et les dessine sans détour,

Et si mes yeux essaye de scruter le noir, je n’aperçois encore que ton image qui se démultiplie à l’infini puis tour à tour,

Beaucoup,

Vertige de l’amour, étranges arabesques, je te consume à petit feu dans la magie de l’ivresse,

Souverain de ton corps, j’étanche ma soif et disparais dans le néant sous tes caresses,

Passionnèment,

Le chemin du désir m’entraîne dans tes brumes puis je saisis ton corps aux parfums enivrants et je me niche de façon à goûter ton doux nectar parfumé,

Puis je libère ma sensualité sous le soleil naissant qui t’enflamme tel un feu embrasé,

A la folie,

Chaque nuit tu gémis en caressant de ta bouche mon corps et tu saisis tout ce qui t’obséde pour étayer ce vide qui t’a souvent submergée.

Tu me dévores à petites touches puis dans une folie partagée. Et je jouis noyé dans tes envies toujours inassouvies et innées.

Pas du tout,

Je ne peux réserver ce qualificatif qu’à des moments où, esseulé, je me trouve loin de toi, ma déesse, dont je ne peux serrer le corps vibrant par la passion.

Et où égaré, je suis à ta recherche et je t’appelle avec mon inconscient au-secours, serment d’amour sans restriction.

Et même ici, je ne peux que te dire : effeuillons la marguerite, je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie et… arrêtons nous là !

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 12 Mars 2010.image74 

OBSESSION.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

Il y a des mots, do, ré, mi, fa, sol, la, si, do que je ne peux écouter,

Mais je ne t’ai pas oublié, 

Il y a des silences qui sont parfois malaisés,

Mais je les ai trouvés sacrés,

Il y a des colères que je ne peux réprimer,

Mais je les ai domptées,

Il y a des fatalités que je ne saurais accepter,

Mais je les ai contournées,

Il y a des désirs que je ne peux empêcher,

Mais je les ai cachés,

Il y a des ardeurs que je laisse m’obséder,

Mais je les ai dominées,

Il y a des progressions que j’ai exercé avec difficulté,

Mais je n’ai jamais renoncé,

Il y a des obscures situations qui se sont manifestées,

Mais devenues attractives je les ai accomplies apaisée,

Il y a des buts dont il semblait que j’aurais dû me détourner,

Mais je n’ai fait, à raison, que m’y destiner,

Il y a des âmes que j’ai trouvées compliquées,

Mais je n’ai pu qu’y croire et céder,

Il y a des rebelles que j’aurais eu besoin d’ignorer,

Mais je n’ai su entrevoir que leur coeur fragilisé,

Ebauche du futur, je ne t’ai pas abandonné,

Je te regarde subjuguée, 

Et aujourd’hui triomphante,

Destin je te boycotte !…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 12 Mars 2010.image74OBSESSION. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10

PETITE FILLE DETRUITE.

 

PETITE FILLE DETRUITE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. aa610-300x190 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu cries petite fille mais la violence est là,

Tu as peur, tu trembles, tu cours hors de ses bras,

Et bien vite des bruits sourds se font entendre,

Des larmes plein les yeux tu appelles,

Démence, révolte, lutte,

Mais cet homme est là dans le noir et jamais il ne s’arrête,

Il a fermé derrière toi à clef  la porte,

Maintenant il abuse de ton corps et il l’emporte,

Et tu souffres en silence,

Exploitée, violée, sans résistance,

Tes yeux fixent les siens, l’assassin comblé,

Tu essayes encore de lui résister, 

Mais il continue de frapper en cadence,

La violence l’embrase,

Trahie, salie, gémissante,

Tu te crois morte mais la vie ne t’a pas fui,

Ton corps est indolore sous lui,

Tu le subis pleine de désespoir,

Pleurs, cris, souffrance, noir,

Vide sans pouvoir réagir,

Puis c’est le silence, amour sali,

Tu fermes les yeux fatiguée,

Usée, révoltée, martyrisée,

Tu as besoin de tout oublier,

Corps à jamais souillé par l’infamie,

Tu es sortie trop tôt de l’enfance,

Sous la douche, tu te laves de tes salissures,

Culpabilité, désillusions, blessures,

Solitude et peur t’accompagneront,

Dans toutes les saisons,

Amour détruit pour toute une vie,

Petite fille fragile au coeur meurtri.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 09 Février 2010 pour soutenir la proposition de loi visant à renforcer la prévention et la répression des violences faites aux femmes.image74Paru sur http://algerienetwork.com du 10 Mars 2010. Tribune de Entre nous : dénonçons la violence contre la femme. livro10 dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

ARISTEE.

ARISTEE. dans -Histoires et légendes. 210px-Aristaeus_Bosio_Louvre_LL51

Aristée par François-Joseph Bosio (1768-1845) – Musée du Louvre.

Aristée est un héros, fils d’Apollon et d’une néréide Cyrène. Il fut élevé par des nymphes qui lui apprirent à cailler le lait, à cultiver les oliviers et à élever des abeilles.

Amoureux, Aristée fut la cause de la mort de Dryade Eurydice. Le jour de ses noces avec Orphée, il la poursuivit et elle s’enfuit mais elle n’aperçut pas sous ses pieds un serpent caché dans les hautes herbes. Par sa morsure, elle mourut. Pour la venger, les nymphes ses compagnes, firent périr toutes les abeilles d’Aristée.

Aristée chercha secours auprès de sa mère afin de réparer cette perte. Elle lui dit que Protée, le vieux dieu marin, lui indiquerait le moyen de réparer un tel désastre mais il ne le ferait que sous la contrainte. Aristée devait se saisir de lui et l’enchaîner, une tâche difficile ! Car Protée avait le pouvoir de se métamorphoser. Toutefois, celui qui s’emparerait de lui fermement pendant ses divers changements, le ferait cèder et Protée lui accorderait tout ce qu’il demanderait.

Aristée se rendit donc au refuge de Protée, l’île de Pharos ( les Carpathes pour certains) et il tint bon sa prise malgré les aspects terrifiants que se donnait le vieillard. Le dieu fut donc vaincu et il reprit sa forme réelle. Il suggéra une solution à Aristée : offrir un sacrifice aux dieux et laisser les carcasses des animaux immolés. Aristée égorgea donc quatre jeunes taureaux et autant de génisses. Neuf jours plus tard, il devait, selon Protée, y revenir et examiner les restes…

Aristée exécuta ce que Protée lui avait indiqué et le neuvième jour, lorsqu’il s’y rendit, une nuée d’abeilles sortirent de l’une des carcasses et ainsi il put reconstituer ses ruches. Jamais plus ses abeilles ne subirent la moindre maladie ou le moindre fléau.

Aristée épousa Autonoé, fille de Cadmos, qui lui donna un fils Actéon. Mais ce dernier mourut dévoré par des chiens. Il se retira alors à Céo, île de la mer Egée, qui était ravagée par la peste. Il fit cesser le mal en offrant aux dieux des sacrifices. De là, il alla en Sardaigne, en Sicile puis en Thrace. Etabli sur le mont Hémus, il disparut tout à coup à jamais.

Selon certains auteurs, les dieux le placèrent parmi les étoiles et il serait devenu le signe du Verseau.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 09 Février 2010, d’après la mythologie grecque.image74

REGARDES L’HORIZON.

voir l'image en taille réelle

Ailleurs……Rêves,

Ce matin, le ciel pleure tout son chagrin et je pars dans les nuages et les songes,

Je laisse ce passé qui continue à me blesser pour construire à l’horizon cette vie nouvelle tant attendue,

Ce chemin fut imparfait et je suis la route de mes pensées pour retrouver le besoin d’aimer,

Au loin j’aperçois le soleil qui réchauffera mon coeur et lui donnera sa chaleur,

Dans un autre espace, un autre temps, je retrouverai le printemps et ses fleurs,

Car une vie sans bonheur ne peux nourrir mon âme, dame pluie laissez donc briller le soleil !

Rêves……Ailleurs,

L’amour vainqueur de tous les obstacles dans ce nouveau monde enfin saura m’atteindre,

Car le deuil et les larmes ne peuvent règner dans la maison du poète,

Architecte ! donnez plus d’élévation à ces portes car l’homme qui s’avance est semblable au dieu Mars !

Etincelant, il descend de son char victorieux ! 

Je volerai sur le sommet le plus élevé de ses montagnes et l’attendrai pour me jeter entre ses bras,

Je trouverai alors, Aphrodite, sa chaleur et les battements de son coeur,

Dans l’amour, le temps de la gaïeté reviendra,

Et toutes les nuits, j’irai jusqu’à lui,

Pour subir mille caresses entre ses mains offertes,

Et je réinventerai contre son corps les heures d’éternité.

Oui, ce matin j’ai été pendant mon songe dans les bras de Cythérée…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 08 Mars 2010.image74REGARDES L'HORIZON. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10

1234

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...