SOUS LA DOUCHE.

Femme sous la douche

Nue sous la douche,

Je savoure l’eau qui m’éclabousse,

Je pense à l’homme de mes rêves,

Des gouttelettes roulent sur ma bouche,

Je frissonne et je m’effarouche,

Puis au-delà des mers je t’imagine,

Je savonne mes jambes fuselées avec douceur,

Ma main glisse avec beaucoup de candeur,

Et près d’un citronnier je vois son image,

Avec un savon liquide parfumé,

Qui sous ma main bouge téléguidé,

A travers lui je sens les fleurs aromatisées,

Alors je me tourne émancipée,

Pour imaginer tous ses baisers,

Avec beaucoup de bonheur,

Je sens les rayons du soleil à travers la vitre,

Qui se promènent et me réchauffent magnifique,

Je lui offre mon coeur,

L’eau ondule sur mon corps saveur,

Et l’envahit avec ardeur,

Toi pourras-tu te rendre compte que,

D’un seul coup le plaisir m’envahit,

Sous mes désirs et mes envies,

Pour moi s’ouvre tout un monde,

Je plane de longs instants,

Après cette évasion enivrante,

Que je découvre troublée,

Je continue et le savon je passe,

Le long de ma colonne vertèbrale,

Dans tes bras je me représente serrée,

Comblée je suis la courbe de mes reins,

Et suis prête à recommencer chaque matin.

 

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 29 Mars 2010.image74 

 


Archive pour 29 mars, 2010

SOUS LA DOUCHE.

Femme sous la douche

Nue sous la douche,

Je savoure l’eau qui m’éclabousse,

Je pense à l’homme de mes rêves,

Des gouttelettes roulent sur ma bouche,

Je frissonne et je m’effarouche,

Puis au-delà des mers je t’imagine,

Je savonne mes jambes fuselées avec douceur,

Ma main glisse avec beaucoup de candeur,

Et près d’un citronnier je vois son image,

Avec un savon liquide parfumé,

Qui sous ma main bouge téléguidé,

A travers lui je sens les fleurs aromatisées,

Alors je me tourne émancipée,

Pour imaginer tous ses baisers,

Avec beaucoup de bonheur,

Je sens les rayons du soleil à travers la vitre,

Qui se promènent et me réchauffent magnifique,

Je lui offre mon coeur,

L’eau ondule sur mon corps saveur,

Et l’envahit avec ardeur,

Toi pourras-tu te rendre compte que,

D’un seul coup le plaisir m’envahit,

Sous mes désirs et mes envies,

Pour moi s’ouvre tout un monde,

Je plane de longs instants,

Après cette évasion enivrante,

Que je découvre troublée,

Je continue et le savon je passe,

Le long de ma colonne vertèbrale,

Dans tes bras je me représente serrée,

Comblée je suis la courbe de mes reins,

Et suis prête à recommencer chaque matin.

 

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 29 Mars 2010.image74 

 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...