EFFEUILLONS LA MARGUERITE.

img48/6820/margueriteab8mm.jpg

Je t’aime,

Femme volcanique, tu exalhes le parfum des fleurs de l’amour et tu donnes ton odeur à la terre chaque jour,

Odeur troublante de ta peau, bleu de tes yeux couleur turquoise où je navigue dans un nuage et atteins des myriades d’étoiles qui scintillent, tu es Aphrodite la déesse de l’Amour,

Un peu,

Lorsque je voyage dans mes rêves, entre mes draps je ne vois que toi, puis je parcours obsessionnel tes jambes et les dessine sans détour,

Et si mes yeux essaye de scruter le noir, je n’aperçois encore que ton image qui se démultiplie à l’infini puis tour à tour,

Beaucoup,

Vertige de l’amour, étranges arabesques, je te consume à petit feu dans la magie de l’ivresse,

Souverain de ton corps, j’étanche ma soif et disparais dans le néant sous tes caresses,

Passionnèment,

Le chemin du désir m’entraîne dans tes brumes puis je saisis ton corps aux parfums enivrants et je me niche de façon à goûter ton doux nectar parfumé,

Puis je libère ma sensualité sous le soleil naissant qui t’enflamme tel un feu embrasé,

A la folie,

Chaque nuit tu gémis en caressant de ta bouche mon corps et tu saisis tout ce qui t’obséde pour étayer ce vide qui t’a souvent submergée.

Tu me dévores à petites touches puis dans une folie partagée. Et je jouis noyé dans tes envies toujours inassouvies et innées.

Pas du tout,

Je ne peux réserver ce qualificatif qu’à des moments où, esseulé, je me trouve loin de toi, ma déesse, dont je ne peux serrer le corps vibrant par la passion.

Et où égaré, je suis à ta recherche et je t’appelle avec mon inconscient au-secours, serment d’amour sans restriction.

Et même ici, je ne peux que te dire : effeuillons la marguerite, je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie et… arrêtons nous là !

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 12 Mars 2010.image74 


Archive pour 12 mars, 2010

OBSESSION.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

Il y a des mots, do, ré, mi, fa, sol, la, si, do que je ne peux écouter,

Mais je ne t’ai pas oublié, 

Il y a des silences qui sont parfois malaisés,

Mais je les ai trouvés sacrés,

Il y a des colères que je ne peux réprimer,

Mais je les ai domptées,

Il y a des fatalités que je ne saurais accepter,

Mais je les ai contournées,

Il y a des désirs que je ne peux empêcher,

Mais je les ai cachés,

Il y a des ardeurs que je laisse m’obséder,

Mais je les ai dominées,

Il y a des progressions que j’ai exercé avec difficulté,

Mais je n’ai jamais renoncé,

Il y a des obscures situations qui se sont manifestées,

Mais devenues attractives je les ai accomplies apaisée,

Il y a des buts dont il semblait que j’aurais dû me détourner,

Mais je n’ai fait, à raison, que m’y destiner,

Il y a des âmes que j’ai trouvées compliquées,

Mais je n’ai pu qu’y croire et céder,

Il y a des rebelles que j’aurais eu besoin d’ignorer,

Mais je n’ai su entrevoir que leur coeur fragilisé,

Ebauche du futur, je ne t’ai pas abandonné,

Je te regarde subjuguée, 

Et aujourd’hui triomphante,

Destin je te boycotte !…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Ecrit et publié par Claire le 12 Mars 2010.image74OBSESSION. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. livro10

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...