DANS LES BRAS DE MORPHEE.

TRES BELLE IMAGE D ANGES 152 

Après avoir dessiné de rose mes lèvres pulpeuses qui s’entrouvent, je t’imagine après un long travail,

La tête sur l’oreiller dans les bras de Morphée…

Que fais-tu étendu sur ta couche ? Je m’envole, je t’observe et te suit par la pensée puis reste là au-dessus de toi, tel un ange à te regarder,

La vie et ses secrets échappent encore à ton empire…

Puis je chemine dans l’éclat de la lune et je te vois d’un coup t’agiter, n’es-tu pas entrain de rêver ? Je plonge aussitôt dans tes pensées…

Alors je te regarde te promenant avec moi, main dans la main, dans des montagnes arides et si belles !

Tu sembles transporté de joie, la fatigue n’a plus d’emprise sur toi, tu ris, tu t’enivres sous un soleil si pur,

Puis tu me laisses soudain pour courir, là bas, vers cet oranger et tu cueilles une branche de ses fleurs parfumées pour me les apporter,

Puis tu plonges à nouveau dans un sommeil profond et je te contemple, immobile, sans m’arrêter… Tu te reposes dans cette nuit parsemée d’une myriade d’étoiles,

Tu penses à l’existence… tu aimerais connaître tous les plaisirs et les rêves que tu ne peux t’accorder,

Demain tu te réveilleras à l’aube,

Et tu oublieras que cette nuit, j’aurai tenu ta main et apaisé ton âme…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 02 Février 2010.image74 


Archive pour 2 février, 2010

DANS LES BRAS DE MORPHEE.

TRES BELLE IMAGE D ANGES 152 

Après avoir dessiné de rose mes lèvres pulpeuses qui s’entrouvent, je t’imagine après un long travail,

La tête sur l’oreiller dans les bras de Morphée…

Que fais-tu étendu sur ta couche ? Je m’envole, je t’observe et te suit par la pensée puis reste là au-dessus de toi, tel un ange à te regarder,

La vie et ses secrets échappent encore à ton empire…

Puis je chemine dans l’éclat de la lune et je te vois d’un coup t’agiter, n’es-tu pas entrain de rêver ? Je plonge aussitôt dans tes pensées…

Alors je te regarde te promenant avec moi, main dans la main, dans des montagnes arides et si belles !

Tu sembles transporté de joie, la fatigue n’a plus d’emprise sur toi, tu ris, tu t’enivres sous un soleil si pur,

Puis tu me laisses soudain pour courir, là bas, vers cet oranger et tu cueilles une branche de ses fleurs parfumées pour me les apporter,

Puis tu plonges à nouveau dans un sommeil profond et je te contemple, immobile, sans m’arrêter… Tu te reposes dans cette nuit parsemée d’une myriade d’étoiles,

Tu penses à l’existence… tu aimerais connaître tous les plaisirs et les rêves que tu ne peux t’accorder,

Demain tu te réveilleras à l’aube,

Et tu oublieras que cette nuit, j’aurai tenu ta main et apaisé ton âme…

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 02 Février 2010.image74 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...