JULES CESAR, FILS DE VENUS.

 Caius Iulius Caesar IV

JULES CESAR 

Caius Iulius Caesar (-100 -44 av JC) est un homme politique romain. Il est né le 12 ou 13 juillet -100  à Rome dans le quartier de Subure, quartier plébéien de la Rome républicaine. Il n’avait pas d’ancêtre ayant atteint le Consulat ce qui lui fermait normalement l’accés au cercle des Sénateurs.

Néanmoins, César revendique côté maternel, une filiation glorieuse avec l’un des premiers roi de Rome, Ancus Marcius. En effet, son grand-père avait épousé une Marcia, membre de cette lignée. Côté paternel il se réclame des origines divines. La gens Iulia se dit remonter à Iule, descendant des dieux immortels, nom latin d’Ascagne, fils du prince troyen Enée venu sur ordre des dieux s’installer en Italie et y fonder une nouvelle Troie, après la destruction de sa patrie. Romulus et Rémus (fondateur de Rome) sont ses descendants en ligne directe. Cependant Enée est un héros, né des amours d’un mortel, le Troyen Anchise et la déesse Vénus.

Jules César est grand. Il a les yeux noirs et vifs. Il a une chevelure noire et abondante qu’il parfume d’huiles rares. Il se fait raser et épiler. Devenu plus âgé, il ramène avec soin ses mèches en avant pour cacher sa calvitie. Il porte une ceinture négligemment serrée. Il s’adonne aux plaisirs dans les banquets. Devenu homme politique, les festins très connus qu’il offre, par leurs échanges, accroissent son influence politique. Il a l’art des relations en société. Il n’hésite pas à combler tous ses désirs. Il collectionne les pierres précieuses, les vases ciselés, les statues, les tableaux de maîtres etc… Il achète pour l’entourer des esclaves beaux et cultivés.

César est un grand intellectuel aussi. Il a étudié les grands auteurs, surtout Homère dont il peut citer des tirades entières. Il a étudié la grammaire, la syntaxe, le style, l’histoire, la philosophie et la morale. Ciceron jugeait sa culture comme égale à la sienne. Il prend part aux débats intellectuels de l’époque. César voulait faire de Rome un grand centre intellectuel. Il se propose également d’intervenir en droit civil et de choisir, les lois les meilleures et celles indispensables, pour les rassembler dans un petit nombre de livres.César écrit de nombreux commentaires notamment sur  » La Guerre des Gaulois »,  » La Guerre civile  » contre Pompée.

Il se marie jeune avec Cornelia, fille de Cinna, rival malheureux de Sylla alors maître de Rome qui veut qu’il la répudie. César refuse. En conséquent, ses biens sont saisis, sa tête est mise à prix. Il doit errer et ne doit son salut qu’à des personnes influantes. Une enfant unique, Julie, nait du couple. Ce mariage se termine avec la mort de Cornelia. Il se remarie avec Pompeia, petite fille de Sylla, noble et riche. Cinq ans après, il rompt. Puis il a de nombreuses aventures dont Servilia, demi-soeur de Caton, mère de Brutus, son futur assassin. Il épouse Calpurnia, fille de Calpurnius Pison. 

LA CONQUETE DES GAULES. 

En – 58 avant JC, César se fait nommer Proconsul des Gaules. A 40 ans, son endurance le fait admirer de ses soldats. Il connaît ses hommes, les appelle par leur nom. En tant que Proconsul il est investi de la puissance civile et militaire.

Il conquiert La Gaule. Il constitue ainsi un trésor : il pille chapelles et temples. Il détruit les villes pour se faire des butins. Avec ses hommes au combat, il sait se montrer homme de discipline. Il est sévère et n’hésite pas à punir ses hommes. Exigeant, il sait aussi se montrer indulgent et généreux après la victoire. Il accorde des promotions, répartit des parts de butin.

César développe le renseignement, interroge les prisonniers, s’informe auprès des marchands et des voyageurs de la position de ses ennemis.

Il prend en gage de fidélité après la conquête des otages des familles dirigeantes gauloises. Il se renseigne sur les moeurs, les religions, les coutumes des vaincus.

César attaque par surprise, par tout temps. Il montre une telle supériorité dans les combats que les Gaulois préfèrent la guerrilla.

Il est fin diplomate et il ne rompt jamais le contact avec Rome. Il conquiert la Gaulle.

LA PRISE DE POUVOIR DE CESAR CONTRE POMPEE. 

Il entre en lutte contre Pompée et le Sénat. Pompée avait épousé Julie, la fille de César qui est morte en -54 av JC. Pompée s’est allié avec le parti conservateur et isole donc César. César marche alors sur Rome en franchissant le Rubicon, sans y avoir été autorisé par le Sénat. C’était déclarer la guerre aux conservateurs.  César dit  » Le sort en est jeté !  » ( Alea, jacta, est). Il progresse rapidement vers Rome. Ses adversaires ne s’y attendaient pas !…

Fin -49 av JC, il est nommé dictateur pour quelques jours avec mission de veiller sur le bon déroulement des élections des magistrats. A l’issue des élections, il est élu Consul, magistrature la plus importante de la Rome républicaine.

César arrive à Alexandrie en octobre -48 av JC, il trouve le corps de Pompée, où il s’est réfugié, assassiné sur l’ordre du jeune Ptolémée XIII. Il se bat contre le pharaon, gagne et le détrône au profit de Cléopâtre VII et de son jeune frère. Puis, il règle l’affrontement de Cléopâtre et de son frère. Il a, avec Cléopâtre, un fils illégitime, Césarion qui sera plus tard tué pour l’empêcher d’accéder au trône de Rome. Cléopâtre a 20 ans, lui 50 ans lorsqu’ils se rencontrent. Il est à noter que César se rapproche aussi de L’Egypte, car c’est une place stratégique et un grenier à blé et il y porte intérêt.

En -47, il se fait élire à la fois Consul et Dictateur par les Comices, Assemblée de citoyens romains. Le Consulat lui est accordé pour 5 ans ( il était limité jusque là à 1 an), la dictature pour 10 ans ( jusque là, elle était donnée qu’après un péril grave encouru par la république et pour 6 mois seulement). Ce qui lui confère des pouvoirs redoutables. De plus, il est devenu immensément riche, grâce au butin acquis pendant la conquête de la Gaulle.

En juillet -46 av JC, il fête ses victoires sur la Gaulle, l’Egypte, le Pont (Asie mineure) et l’Afrique pendant 4 jours (ces fêtes duraient jusque là 1 journée).

César accorde son pardon à de nombreux partisants de Pompée. Il met en valeur son ascendance divine. C’est Vénus qui protège son descendant. Il fait de nombreuses offrandes à Vénus et lui inaugure un temple. La déesse et son héritier trônent au coeur de Rome. En effet une statue équestre de César, qu’il a fait ériger, domine la place. César s’emploie alors à affirmer son pouvoir et à museler les oppositions.

Le 14 février -44 av JC, le Sénat lui confère la dictature perpétuelle. Son pouvoir est désormais sans limite. En -44 av JC, César a donc accumulé tous les pouvoir et vaincu son adversaire Pompée ( 101-48 av JC). Il prend le nom de  » Divin Jules ».

Cette ascension suscite beaucoup de mécontentement dans la noblesse romaine, parmi les anciens partisans de Pompée et les défenseurs des traditions républicaines.

L’ASSASSINAT DE CESAR. 

Marcus Junius Brutus est né en octobre -85 av JC. A 40 ans, il assure les fonctions de prêteur urbain qui le mettent au rang de 2 ème personnage de l’état. Jusqu’en -48 av JC, Brutus appartient au parti de Pompée qui soutient le libre jeu des institutions. Il se rallie à César et se compromet auprès de ses anciens amis. Mais il n’aime pas César…

En février -44 av JC, Brutus rejoint les conjurés. Ils sont 24 à préparer l’assassinat de César. Il prend la direction du complot contre lui. Le 15 mars -44 av JC, aux ides de Mars, César doit rencontrer les Sénateurs qui vont lui donner le titre de Roi dans la Curie de Pompée. César se présentera sans garde militaire, les Sénateurs ne porteront pas d’armes. Les conjurés pourront prendre des poignards, cachés dans leur Scrinia ( étuis cylindriques) servant à emporter des documents.

Des signes divins néfastes, pour ce jour, sont apparus à l’examen des entrailles des bêtes sacrifiées et Calpurnia, sa femme, dans la nuit du 14 au 15 a rêvé que son mari s’écroulait assassiné. De plus César, la veille, a trop mangé et trop bu chez son ami Lépide et ne se sent pas bien. Il hésite à se rendre à la Curie. Il est 11 heures et les Sénateurs sont réunis dans la Curie depuis 7 heures. Un des conjurés, Decimus Brutus vient trouver César et lui demande le motif de son retard. Ce dernier lui indique que s’il renvoie les Sénateurs, ils se vexeront. César le suit donc. De plus Artemidoros de Cnide, un célèbre intellectuel, lui tend un billet comportant la liste des conjurés. Il ne le lit pas.

César pénètre dans la Curie avec les 900 Sénateurs. Il s’assoit sur un fauteuil plaqué d’or. Marc Antoine est attiré à l’écart par des faux solliciteurs car les conjurés craignent sa force. Les conjurés entourent de toute part le siège de César et l’assassine. César tombe sous 23 coups de poignards. Les Sénateurs fuient sans le secourir. Les conjurés montent au Capitole et appelle le peuple romain à la liberté.

Il est à noter qu’aucune parenté n’existait entre César et Brutus. La bonne traduction de la phrase dite par César lors de sa mort serait :  » Et toi aussi mon petit !  » Brutus reste cependant devant la postérité, l’incarnation de l’ingratitude et le fils assassin de son père.

Brutus refuse que le cadavre du dictateur soit jeté à la voirie et privé de sépulture. Le soir venu, 3 esclaves de César emportent le corps de leur maître chez lui.

Le surlendemain, les Sénateurs statuent sur le sort des conjurés. Ils votent l’amnistie des assassins et aussi qu’on rendra à César les honneurs. Le cadavre de César est exposé sur le forum, sur un lit d’ivoire couvert de pourpre et d’or, à la tête duquel est exposé le vêtement éclaboussé de sang de César. Les Romains défilent devant le catafalque et y dépose des cadeaux. Des comédiens miment les épisodes glorieux de sa vie, comme celà était la coutume. Puis la litière, portée par des Magistrats, traverse le forum pour prendre la direction du champ de Mars. Le feu est mis à la litière. Dans les flemmes des présents sont jetés par la foule en deuil, bijoux, armes etc…

 

Marc Antoine reprend le contrôle de Rome et obtient l’exil des conjurés. Le 24 octobre -42 av JC, vaincu devant Philippes par les lègions d’Antoine et d’Octave le futur Auguste, Brutus se tue en s’enfonçant son glaive.

 

Claire.background-2008_039.jpg

Article écrit par claire le 01 octobre 2009 . Claire a été fascinée par Jules César , homme volontaire, grand conquérant et empereur des Romains.


Archive pour 1 octobre, 2009

JULES CESAR, FILS DE VENUS.

 Caius Iulius Caesar IV

JULES CESAR 

Caius Iulius Caesar (-100 -44 av JC) est un homme politique romain. Il est né le 12 ou 13 juillet -100  à Rome dans le quartier de Subure, quartier plébéien de la Rome républicaine. Il n’avait pas d’ancêtre ayant atteint le Consulat ce qui lui fermait normalement l’accés au cercle des Sénateurs.

Néanmoins, César revendique côté maternel, une filiation glorieuse avec l’un des premiers roi de Rome, Ancus Marcius. En effet, son grand-père avait épousé une Marcia, membre de cette lignée. Côté paternel il se réclame des origines divines. La gens Iulia se dit remonter à Iule, descendant des dieux immortels, nom latin d’Ascagne, fils du prince troyen Enée venu sur ordre des dieux s’installer en Italie et y fonder une nouvelle Troie, après la destruction de sa patrie. Romulus et Rémus (fondateur de Rome) sont ses descendants en ligne directe. Cependant Enée est un héros, né des amours d’un mortel, le Troyen Anchise et la déesse Vénus.

Jules César est grand. Il a les yeux noirs et vifs. Il a une chevelure noire et abondante qu’il parfume d’huiles rares. Il se fait raser et épiler. Devenu plus âgé, il ramène avec soin ses mèches en avant pour cacher sa calvitie. Il porte une ceinture négligemment serrée. Il s’adonne aux plaisirs dans les banquets. Devenu homme politique, les festins très connus qu’il offre, par leurs échanges, accroissent son influence politique. Il a l’art des relations en société. Il n’hésite pas à combler tous ses désirs. Il collectionne les pierres précieuses, les vases ciselés, les statues, les tableaux de maîtres etc… Il achète pour l’entourer des esclaves beaux et cultivés.

César est un grand intellectuel aussi. Il a étudié les grands auteurs, surtout Homère dont il peut citer des tirades entières. Il a étudié la grammaire, la syntaxe, le style, l’histoire, la philosophie et la morale. Ciceron jugeait sa culture comme égale à la sienne. Il prend part aux débats intellectuels de l’époque. César voulait faire de Rome un grand centre intellectuel. Il se propose également d’intervenir en droit civil et de choisir, les lois les meilleures et celles indispensables, pour les rassembler dans un petit nombre de livres.César écrit de nombreux commentaires notamment sur  » La Guerre des Gaulois »,  » La Guerre civile  » contre Pompée.

Il se marie jeune avec Cornelia, fille de Cinna, rival malheureux de Sylla alors maître de Rome qui veut qu’il la répudie. César refuse. En conséquent, ses biens sont saisis, sa tête est mise à prix. Il doit errer et ne doit son salut qu’à des personnes influantes. Une enfant unique, Julie, nait du couple. Ce mariage se termine avec la mort de Cornelia. Il se remarie avec Pompeia, petite fille de Sylla, noble et riche. Cinq ans après, il rompt. Puis il a de nombreuses aventures dont Servilia, demi-soeur de Caton, mère de Brutus, son futur assassin. Il épouse Calpurnia, fille de Calpurnius Pison. 

LA CONQUETE DES GAULES. 

En – 58 avant JC, César se fait nommer Proconsul des Gaules. A 40 ans, son endurance le fait admirer de ses soldats. Il connaît ses hommes, les appelle par leur nom. En tant que Proconsul il est investi de la puissance civile et militaire.

Il conquiert La Gaule. Il constitue ainsi un trésor : il pille chapelles et temples. Il détruit les villes pour se faire des butins. Avec ses hommes au combat, il sait se montrer homme de discipline. Il est sévère et n’hésite pas à punir ses hommes. Exigeant, il sait aussi se montrer indulgent et généreux après la victoire. Il accorde des promotions, répartit des parts de butin.

César développe le renseignement, interroge les prisonniers, s’informe auprès des marchands et des voyageurs de la position de ses ennemis.

Il prend en gage de fidélité après la conquête des otages des familles dirigeantes gauloises. Il se renseigne sur les moeurs, les religions, les coutumes des vaincus.

César attaque par surprise, par tout temps. Il montre une telle supériorité dans les combats que les Gaulois préfèrent la guerrilla.

Il est fin diplomate et il ne rompt jamais le contact avec Rome. Il conquiert la Gaulle.

LA PRISE DE POUVOIR DE CESAR CONTRE POMPEE. 

Il entre en lutte contre Pompée et le Sénat. Pompée avait épousé Julie, la fille de César qui est morte en -54 av JC. Pompée s’est allié avec le parti conservateur et isole donc César. César marche alors sur Rome en franchissant le Rubicon, sans y avoir été autorisé par le Sénat. C’était déclarer la guerre aux conservateurs.  César dit  » Le sort en est jeté !  » ( Alea, jacta, est). Il progresse rapidement vers Rome. Ses adversaires ne s’y attendaient pas !…

Fin -49 av JC, il est nommé dictateur pour quelques jours avec mission de veiller sur le bon déroulement des élections des magistrats. A l’issue des élections, il est élu Consul, magistrature la plus importante de la Rome républicaine.

César arrive à Alexandrie en octobre -48 av JC, il trouve le corps de Pompée, où il s’est réfugié, assassiné sur l’ordre du jeune Ptolémée XIII. Il se bat contre le pharaon, gagne et le détrône au profit de Cléopâtre VII et de son jeune frère. Puis, il règle l’affrontement de Cléopâtre et de son frère. Il a, avec Cléopâtre, un fils illégitime, Césarion qui sera plus tard tué pour l’empêcher d’accéder au trône de Rome. Cléopâtre a 20 ans, lui 50 ans lorsqu’ils se rencontrent. Il est à noter que César se rapproche aussi de L’Egypte, car c’est une place stratégique et un grenier à blé et il y porte intérêt.

En -47, il se fait élire à la fois Consul et Dictateur par les Comices, Assemblée de citoyens romains. Le Consulat lui est accordé pour 5 ans ( il était limité jusque là à 1 an), la dictature pour 10 ans ( jusque là, elle était donnée qu’après un péril grave encouru par la république et pour 6 mois seulement). Ce qui lui confère des pouvoirs redoutables. De plus, il est devenu immensément riche, grâce au butin acquis pendant la conquête de la Gaulle.

En juillet -46 av JC, il fête ses victoires sur la Gaulle, l’Egypte, le Pont (Asie mineure) et l’Afrique pendant 4 jours (ces fêtes duraient jusque là 1 journée).

César accorde son pardon à de nombreux partisants de Pompée. Il met en valeur son ascendance divine. C’est Vénus qui protège son descendant. Il fait de nombreuses offrandes à Vénus et lui inaugure un temple. La déesse et son héritier trônent au coeur de Rome. En effet une statue équestre de César, qu’il a fait ériger, domine la place. César s’emploie alors à affirmer son pouvoir et à museler les oppositions.

Le 14 février -44 av JC, le Sénat lui confère la dictature perpétuelle. Son pouvoir est désormais sans limite. En -44 av JC, César a donc accumulé tous les pouvoir et vaincu son adversaire Pompée ( 101-48 av JC). Il prend le nom de  » Divin Jules ».

Cette ascension suscite beaucoup de mécontentement dans la noblesse romaine, parmi les anciens partisans de Pompée et les défenseurs des traditions républicaines.

L’ASSASSINAT DE CESAR. 

Marcus Junius Brutus est né en octobre -85 av JC. A 40 ans, il assure les fonctions de prêteur urbain qui le mettent au rang de 2 ème personnage de l’état. Jusqu’en -48 av JC, Brutus appartient au parti de Pompée qui soutient le libre jeu des institutions. Il se rallie à César et se compromet auprès de ses anciens amis. Mais il n’aime pas César…

En février -44 av JC, Brutus rejoint les conjurés. Ils sont 24 à préparer l’assassinat de César. Il prend la direction du complot contre lui. Le 15 mars -44 av JC, aux ides de Mars, César doit rencontrer les Sénateurs qui vont lui donner le titre de Roi dans la Curie de Pompée. César se présentera sans garde militaire, les Sénateurs ne porteront pas d’armes. Les conjurés pourront prendre des poignards, cachés dans leur Scrinia ( étuis cylindriques) servant à emporter des documents.

Des signes divins néfastes, pour ce jour, sont apparus à l’examen des entrailles des bêtes sacrifiées et Calpurnia, sa femme, dans la nuit du 14 au 15 a rêvé que son mari s’écroulait assassiné. De plus César, la veille, a trop mangé et trop bu chez son ami Lépide et ne se sent pas bien. Il hésite à se rendre à la Curie. Il est 11 heures et les Sénateurs sont réunis dans la Curie depuis 7 heures. Un des conjurés, Decimus Brutus vient trouver César et lui demande le motif de son retard. Ce dernier lui indique que s’il renvoie les Sénateurs, ils se vexeront. César le suit donc. De plus Artemidoros de Cnide, un célèbre intellectuel, lui tend un billet comportant la liste des conjurés. Il ne le lit pas.

César pénètre dans la Curie avec les 900 Sénateurs. Il s’assoit sur un fauteuil plaqué d’or. Marc Antoine est attiré à l’écart par des faux solliciteurs car les conjurés craignent sa force. Les conjurés entourent de toute part le siège de César et l’assassine. César tombe sous 23 coups de poignards. Les Sénateurs fuient sans le secourir. Les conjurés montent au Capitole et appelle le peuple romain à la liberté.

Il est à noter qu’aucune parenté n’existait entre César et Brutus. La bonne traduction de la phrase dite par César lors de sa mort serait :  » Et toi aussi mon petit !  » Brutus reste cependant devant la postérité, l’incarnation de l’ingratitude et le fils assassin de son père.

Brutus refuse que le cadavre du dictateur soit jeté à la voirie et privé de sépulture. Le soir venu, 3 esclaves de César emportent le corps de leur maître chez lui.

Le surlendemain, les Sénateurs statuent sur le sort des conjurés. Ils votent l’amnistie des assassins et aussi qu’on rendra à César les honneurs. Le cadavre de César est exposé sur le forum, sur un lit d’ivoire couvert de pourpre et d’or, à la tête duquel est exposé le vêtement éclaboussé de sang de César. Les Romains défilent devant le catafalque et y dépose des cadeaux. Des comédiens miment les épisodes glorieux de sa vie, comme celà était la coutume. Puis la litière, portée par des Magistrats, traverse le forum pour prendre la direction du champ de Mars. Le feu est mis à la litière. Dans les flemmes des présents sont jetés par la foule en deuil, bijoux, armes etc…

 

Marc Antoine reprend le contrôle de Rome et obtient l’exil des conjurés. Le 24 octobre -42 av JC, vaincu devant Philippes par les lègions d’Antoine et d’Octave le futur Auguste, Brutus se tue en s’enfonçant son glaive.

 

Claire.background-2008_039.jpg

Article écrit par claire le 01 octobre 2009 . Claire a été fascinée par Jules César , homme volontaire, grand conquérant et empereur des Romains.

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...