ERYSICHTHON.

ERYSICHTHON. dans -Histoires et légendes. The_tree_of_crows

Une femme possèdait le pouvoir de se donner diverses apparences. Elle en usait pour se procurer de la nourriture pour son père qui était toujours affamé. Son histoire est la seule où Cérès apparaît comme cruelle. Je vais vous la conter…

Un jour, Erysichthon eut l’audace d’abattre un grand chêne d’une forêt consacrée à Cérès. Lorsqu’il donna à ses serviteurs l’ordre d’abattre le chêne, ceux-ci reculèrent devant le sacrilège.

Alors Erysichthon saisit la hache et s’attaqua au tron puissant autour duquel les Dryades avaient coutume de se rassembler pour danser. Quand il donna le premier coup de hache, du sang s’échappa de l’arbre et l’on entendit une voix . Cette voix disait à Erysichthon que Cérès le punirait de son crime. Mais il ne s’arrêta pas. Il leva et abaissa sa hache jusqu’à ce que le grand chêne s’abattit sur le sol.

Les Driades coururent raconter l’affaire à Cérès. La déesse profondèment offensée dit alors que le coupable subirait un châtiment. Dans son char, elle envoya l’une des Driades dans la région habitée par la Faim avec pour mission de la prier de prendre possession d’Erysichthon.  » Qu’elle veille bien à ce que nulle nourriture ne le satisfasse jamais ! Il doit rester affamé !  » dit Cérès.

La Faim obéit. Elle pénètra dans la chambre d’Erysichthon pendant qu’il dormait. Elle l’enveloppa de ses bras décharnés et le tenant d’une étreinte abominable, elle s’implanta en lui. Alors, il s’éveilla avec un désir dévorant de nourriture. Il ordonna qu’on lui servit au plus vite un repas. Mais plus il mangeait, plus la faim le gagnait. Il était toujours inassouvi. Il ne se rassasiait jamais et il dépensa toute sa fortune en nourriture. 

Bientôt, il ne lui resta plus que sa fille. Il la vendit aussi. Sur la grève où était ancré le bâteau de son nouveau maître cette dernière implora Poséidon de la sauver de l’esclavage. Le dieu entendit sa prière et la métamorphosa en pêcheur. Son maître, qui la suivait à distance, ne vit alors qu’un homme fort occupé à réparer ses filets. Il lui demanda :  » N’as-tu pas vu où est partie cette jeune fille qui était ici il y a un instant ? Il y a l’emprunte de ses pas et elle cesse brusquement. « 

Le pêcheur répondit :  » Nul homme en dehors de moi n’est venu sur cette plage et nulle femme aussi. J’en jure par le Dieu de la mer !  » Lorsque le maître dépité regagna son bâteau, la jeune fille repris sa forme. Elle revint au côté de son père et lui causa une grande joie.  Elle lui raconta même ce qui s’était passé. Erysichthon y vit une occasion de se créer ainsi des ressources inépuisables. Il vendit et revendit sa fille ! … Et toutes les fois Poséidon la transformait en jument,… en oiseau etc…

Et chaque fois, la jeune fille échappait à celui qui l’avait achetée et revenait à son père. Mais il arriva que l’argent gagné ainsi ne suffit plus aux besoins d’Erysichthon. Il s’en prit à son propre corps et se dévora lui-même.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 01 Juillet 2009, d’après Ovide,  poète latin, 43 av JC et 17 ou 18 apr JC. Claire trouve cette légende un peu triste mais elle nous montre l’amour filial.

 


Autres articles

Un commentaire

  1. Coucou,

    intrigué je suis remonté à la source…
    Effectivement, nous avons choisi le même texte d’Ovide ; 2000 ans plus tard ses mots résonnent encore, mais il semble que nous n’en ayons pas encore tiré le bon enseignement : rien ne parait pouvoir arrêter la faim du monde occidental…

    bonne soirée

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...