ORION ET LES PLEIADES.

 ORION ET LES PLEIADES. dans -Histoires et légendes. 300px-Pleiades_large

Les Pléiades vues par Hubble.

Les Pleiades était les sept filles d’Atlas et de Pleione. Elles se nommaient Electre, Maïa, Taygète, Astérope, Mérope, Alcyone et Célaéno (Sélène).

Orion les poursuivait toutes mais elles s’enfuyaient  et il ne pouvait pas les atteindre. Mais il n’y renonçait jamais.

Cependant un jour, Zeus eut enfin pitié d’elles. Il les transforma en étoiles et les plaça dans le firmament. Néanmoins, même là Orion les pourchassait encore avec la même obstination mais heureusement aussi avec le même insuccés.

Quand elles vivaient sur terre, Maïa devint mère d’Hermès. Quant à Electre, elle eût comme enfant Dardanos, le fondateur de la race Troyenne.

Bien qu’au nombre de sept, seulement six d’entres elles sont clairement visibles. En effet, pour apercevoir la septième, l’homme doit avoir une vue particulièrement perçante. Cette septième est Mérope pour certains car elle a eu un amant mortel, pour d’autres c’est Electre depuis la mort de son fils Dardanos et la chute de Troie.

Les neuf étoiles les plus brillantes de l’amas tirent leur nom des sept soeurs et de leurs parents. Elles se trouvent dans la constellation du taureau.

Claire.background-2008_039.jpg 

Conte écrit par Claire le 04 juillet 2009, d’après une légende d’Hésiode ( VIII ème siècle Av J C), qui nous montre la Beauté.


Archive pour juillet, 2009

AHMED BENCHERIF.

AHMED BENCHERIF. dans -Hommes célèbres. 29482_122350931133883_3860297_n-300x168La grande ode                         Marguerite

 livre5.gifAhmed Bencherif est un écrivain et poète algérien, né en 1946 à Ain-Sefra, ville fondée au 16ème siècle. C’est dans une vallée, arrosée par un Oued et dominée par deux montagnes, le Mekhter et Aissa, et longée dans sa partie Sud par une longue dune de sable fin, qu’il grandit.

Ahmed Bencherif étudie à l’Institution Lavigerie, lycée de renom des Pères Blancs de toute l’Oranie. C’est ici que se montrent ses penchants pour la littérature et pour la poésie. Il fait ensuite des études supérieures de droit administratif. Il rentre dans la vie professionnelle comme instituteur puis comme administrateur.

Il écrit des essais littéraires non publiés, un recueil de poèsies sur la nature et les passions de jeunesse ainsi qu’un roman sur la décolonisation de l’Afrique. Ahmed Bencherif se consacre actuellement entièrement à l’écriture.

coeur_073.gif 

Il publie aux Editions Publibook :

1) – La Grande ode de 54 pages : Dante avait Béatrice, Ahmed Bencherif a Jocelyne. Il m’a ecrit le 28 Juin 2009, après avoir regardé le texte de Dante et Béatrice :

 » Six siècles après Béatrice, figure inspiratrice de Dante, Jocelyne, dans la Grande ode de Ahmed Bencherif, tient la même place d’amour courtois et de mysticisme, telle que vue par la critique de l’éditeur Publibook. « 

Jocelyne ou l’amour Fou :

Jocelyne, figure inspiratrice habite chacun des vers de La Grande ode. Jocelyne fut aimée d’un amour infini et sublimé. Cet amour nait de la beauté de l’âme. C’est un amour profond et véritable. Jocelyn est idéalisée et spiritualisée selon les règles de l’Amour courtois ou Fin’Amor qui est aussi source de douleur. Ainsi, Jocelyne suscite les plaintes et les élans lyriques du poète. L’héroïne n’est pas une femme libre car elle vit un amour interdit qui s’oppose à la société, celui de deux êtres qui naissent dans un monde opposé en lutte. Néanmoins  » le chevalier «  lui propose d’immigrer avec lui par la mer, quitte à en périr.

La Grande ode est une élégie de près de 1500 vers en alexandrins et a été publiée par Ahmed Bencherif en 2008. Les mots conduisent à la tristesse d’un amour condamné à l’avance qui rapproche dans ce conflit, un Algérien à une Française et qui place entre eux une barrière infranchissable. Ici la puissance du lyrisme subjugue par la couleur des images merveilleuses qui sont créées par ces mots.

2) - Marguerite est une oeuvre originale de 448 pages, élaborée sur une enquête minutieuse et une analyse objective des données historiques. Ahmed Bencherif raconte, sous la colonisation algérienne, le quotidien en Algérie, la situation conflictuelle de 3 communautés : les colons, les juifs et ceux que l’on appelait honteusement les indigènes.

Ahmed Bencherif y décrit les sources de la révolte de Marguerite, petite ville coloniale d’Algérie. Cette ville, située à 3 heures de Miliana, pour une première fois, se soulève et s’insurge contre l’oppression française et met au jour le drame de la colonisation. La révolte du peuple algérien alors opprimé est inévitable. En effet, la dictature coloniale a été présente depuis 1830 et suivie de violences, physique et morale, qui découlaient sur un sentiment d’injustice et de révolte chez les Algériens. Marguerite a un riche patrimoine forestier préservé de génération en génération. Mais l’administration coloniale doit agrandir les domaines et les verser dans le domaine public pour ensuite satisfaire les besoins croissants et avides de la colonisation.

Ahmed Bencherif replace les événements de ces 130 années d’occupation étrangère dans le contexte historique et nous montre les moments marquants de la vie algérienne. Mais aussi il fait le portrait d’une Algérie qui semblant soumise est déjà prête à défendre son indépendance et à repousser le joug des colonisateurs. Il nous décrit un peuple fier, insoumis et prêt à la rebellion.

Pour lui, les partis coloniaux racistes, recherchant le gain s’apprêtaient à l’épuration et à nettoyer le pays, des hommes arabes et Kabyles à qui il appartenait, pour pouvoir règner en maître absolu. Mais ils n’avaient pas prévu que ce peuple algérien alors conquis refuserait de se soumettre en militant et en revendiquant.

Pour l’auteur, ce peuple était étouffé par la domination française, son administration, ses impôts, sa froideur et sa toute puissance. Il était dépossédé de ses biens. On l’avait fait devenir pauvre et on l’avait humilié. Par sequestre, on le dépossédait des terres agricoles, on établissait un impôt exhorbitant qui le paupérisait et il subissait des internements administratifs abusifs.

Dans le livre, Hamza, fils de Moqadem, incarne le personnage du combat pour l’indépendance. C’est un adolescent courageux, idéaliste et désireux de faire changer ce qu’il vit. Il s’éveille peu à peu au seul sort que lui fait subir l’administration coloniale. Ses camarades le craigne et son courage égale sa combativité. Il est beau, intelligent, assidu dans les cours coraniques. C’est un adolescent idéaliste dans lequel va germer une idée de révolte…

coeur_073.gif 

Ahmed Bencherif  a été invité au Salon du Livre à Paris du 13 au 18 mars 2009, pour une vente-dédicace de La Grande ode et de Marguerite, tome 1. 

Il a présenté, le 06 mai 2009, ces deux livres au Palais de la Culture de sa ville natale. Il y a alors eu une intervention suivie d’un débat et d’une vente-dédicasse. Trois échanges ont eu lieu avec la radio locale dont l’un a été rediffusé à la radio nationale.

Ahmed Benchérif a également écrit :

– Marguerite tome 2
– L’Odyssée

coeur_073.gif 

Claire.background-2008_039.jpg

Article écrit et publié par Claire le 04 Juillet 2009, à la demande de Ahmed Benchérif, pour faire sa présentation de romancier. Claire a eu le plaisir de lire des écrits qui par l’intermédiaire de la plume et des convictions d’Ahmed Benchérif, nous transmettent Amour et Beauté.

ecrire dans -Hommes célèbres.

Je précise que le livre de Marguerite tome 2 vient de paraître  :

Marguerite tome 2 – Edition Edilivre, 56 rue de Londres – 75008 Paris

Claire le 16 Octobre 2009.

LE CHATEAU DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYE, MUSEE ARCHEOLOGIQUE.

Vue de la façade sur le jardin de Lenôtre.

Vue de la façade sur le jardin de Le Nôtre.

livre5.gif

Le Musée de Saint-Germain-en-Laye a été créé dans le château de Saint-Germain-en- Laye qui se trouve à l’Ouest de Paris dans les Yvelines (78), à environ 30 kms de Paris. Le château fut la résidence des Rois de France jusqu’à Louis XIV qui le quitta en 1682, pour s’installer à Versailles. Sa forêt a été l’ancien domaine de chasse des Rois. Ce Musée est situé Place Charles de Gaulle, 78105 Saint-Germain-en-Laye.

 

HISTOIRE DU CHATEAU.

Le château de Saint-Germain-en-Laye est appelé château-Vieux par opposition au château-Neuf aujourd’hui disparu. Le château actuel, qui englobe un donjon construit par Louis VI Le Gros et la Sainte Chapelle construite sous Saint-Louis, a été érigé en 1539 sous François 1er. Il a été agrandi et restauré et restera résidence royale. Il a vu la naissance de 3 souverains : Henri II en 1519, Charles IX en 1550 et Louis XIV en 1638.

C’est en 1122 que Louis VI Le Gros fit construire ce château. Louis IX, dit Saint-Louis agrandit le château féodal. Entre 1230 et 1238, il ajouta la chapelle à l’écart des autres constructions avec une rosace de 10 m2 autrefois garnie de verres peints. Les fenêtres de cette chapelle sont rectangulaires au lieu d’être ogivales dans la partie supérieure. En 1337, la guerre est déclarée avec l’Angleterre qui revendique le trône de Philippe VI de Valois. Le village est incendié par le Prince noir, fils du roi d’Angleterre. Le château est alors détruit par le feu, en 1346, mais la chapelle est épargnée.

Charles V Le Sage fait raser les bâtiments incendiés et reconstruit, entre 1364 et 1367, le château à l’emplacement des murs de protection de Saint-Louis. La chapelle est raccordée alors au bâtiment.

François 1er habite le château tel qu’il est au départ. Puis en 1539, il fait abattre la vieille bâtisse et reconstruire un château à l’emplacement des fondations de Charles V. Après sa mort, en 1537, son fils continue les travaux, en l’état des plans prévus.

Puis le château-Vieux est abandonné sous Henri II, qui fait construire à l’extrémité de l’actuelle terrasse, le Château-Neuf terminé par Henri IV et qui a aujourd’hui disparu.

Sous Henri IV et Louis XIII, le château-Vieux est abandonné aux enfants royaux et à leurs domestiques.

En 1660, Louis XIV déserte le château-Neuf qui s’abimait et s’installe au château-Vieux qu’il aménage mais la Cour est à l’étroit. Il confie un projet d’agrandissement à Mansart qui construit 5 pavillons d’angle, heureusement aujourd’hui disparus car ils enlaidissaient le bâtiment.

Il est à noter que l’Affaire des poisons s’est déroulée en grande partie à Saint-Germain- en-Laye.

Le 20 avril 1682, Louis XIV quitte définitivement le château. En 1689 il offre l’hospitalité à son cousin Jacques II Stuart, roi d’Angleterre, exilé ainsi qu’à sa famille.

La Révolution y installe une prison pour suspect, puis un hôpital pour traiter les maladies contagieuses, une Ecole de cavalerie sous Napoléon Ier, une caserne et enfin un pénitentier militaire sous Louis Philippe.

En 1862, Napoléon III décide d’y installer un Musée.

 

LE MUSEE DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYE.

Le Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines est mis en place par décret du 08 mars 1862 et regroupe des collections archéologiques dont certaines sont parmi les plus riches du Monde. Elles retracent l’histoire de l’homme de la préhistoire au début du Moyen Age.

Le château, en très mauvais état, est alors classé au titre des monuments historiques le 08 avril 1863. Les travaux de rénovation sont confiés à l »architecte Eugène Millet.

Ce Musée est le 1er consacré entièrement à l’archéologie du Territoire National. Les 7 premières salles sont inaugurées par l’Empereur le 12 mai 1867. Et 44 salles sont déjà ouvertes au public en 1898.

La préhistoire a connu un essor grâce au travail de Gabriel de Mortillet, inventeur de la chronologie historique actuelle. On doit également à Edouard Piette la plus part des pièces d’Art Paolitique qui sont exposées au Musée.

Vous y trouvez des collections :-

- Paolitique des origines à 8000 av JC,

- Néolithique VI millénaire  III millénaire,

- L’âge du Bronze de 2000 - 750 av JC,

- L’âge de Fer de 750 - début de notre ère,

- La Gaule mérovingienne Vème  VIII ème siècle apr JC,

- La Gaule romaine du Ier siècle av JC  V ème siècle apr JC.

 

Dans la Chapelle royale qui mesure 24 mètres de long et 10 mètres de large, eurent lieu les baptèmes des enfants royaux légitimes et illégitimes et des enfants princiers. Louis XIV y fut baptisé. François 1er y a épousé Claude de France en 1514.

 

Rémi a fait à Claire la surprise de la visite de ce Musée. Elle a été très impressionnée par la richesse des collections et par l’évolution de l’homme à travers les objets qu’il façonnait et leur beauté. Ce Musée est très riche et mérite d’être visité.

Claire.background-2008_039.jpg 

Article écrit et publié par Claire le 01 Juillet 2009, qui a été impressionnée par les objets créés par l’homme et leurs beautés. De plus, en compagnie de Rémi, elle ne pouvait qu’être enchantée.

LES DANAIDES.

 LES DANAIDES. dans -Histoires et légendes. 180px-Danaides_Waterhouse_1903

Les Danaïdes par John William, Waterhouse, 1903.

Ces jeunes filles  sont célèbres car elles sont souvent citées par les poètes. Elles sont, parmi les affligées, les plus en vue de l’enfer mythologique où elles doivent à jamais remplir d’eau un tonneau percé. Cependant à l’exception d’Hypermnestre, elles ne firent pas plus que les femmes de Lemnos découvertes par les Argonautes : Elles tuèrent leurs maris…

Elles étaient au nombre de cinquante, toutes filles de Danaos, descendantes de Io, qui règnait non loin du Nil. Leurs 50 cousins, fils du frère de Danaos, voulaient les épouser afin d’éviter les guerres de succession. Mais les Danaïdes se refusaient à ce mariage contre nature.

Pour leur échapper, avec leur père, elles montèrent à bord d’un navire et débarquèrent à Argos. Elles y trouvèrent refuge. Danaos, avec l’aide d’Athéna, devint roi d’Argos. Par un vote unanime, les Argiens décidèrent d’accepter la requête des suppliantes et lorsque les fils d’Aegyptos arrivèrent, prêts à lutter pour la conquête de leurs épouses, la cité les repoussa. Cette cité déclara aux nouveaux venus qu’elle s’opposait à ce qu’une femme fut mariée contre son gré.

Néanmoins, les 50 cousins parvinrent à leur fin après avoir menacé la cité d’un siège. Les jeunes filles allaient les épouser et le père présiderait les noces. Mais l’opinion de Danaos et de ses filles n’avait pas changé. Au festin, il arma donc chacune d’une dague. Elles reçurent des instructions de leur père et promirent de les suivre.

Elles se couchèrent pour la fatale nuit de noce. Chacune d’elles, après ce mariage, au coeur de la nuit, poignarda son mari, sauf Hypermnestre. Elle seule fut prise de pitié. Elle regarda le jeune homme si fort étendu à ses côtés et dormant profondément. Elle ne put transformer en mort la vigueur triomphante. Elle oublia la promesse qu’elle avait faite à son père et à ses soeurs. Elle réveilla le jeune homme, Lyncée, et elle lui révéla la vérité. Ensuite, elle l’aida à prendre la fuite.

Pour la punir de l’avoir trahi son père la fit jeter en prison. Néanmoins, elle réussit à s’en échapper et à rejoindre Lyncée.

Les 49 Danaïdes, coupables d’avoir égorgé leurs maris, sur la berge du fleuve, doivent, en guise de punition, remplir à jamais des tonneaux criblés de trous et l’eau s’en échappe au fur et à mesure qu’elles les remplissent. Puis toujours et toujours, encore et encore, elles retournent puiser une eau qui s’enfuit de ce tonneau.

Par la suite, Lyncée revint et tua les coupables dont Danaos. Puis Lyncée et Hypermnestre régnèrent sur Argos.Tous deux vécurent heureux et ils eurent un fils, Abas, l’arrière grand-père de Persée.

Claire. background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 01 Juillet 2009 d’après une pièce d’Eschyle, poète grec ( vers 525 – 456 av JC) qui nous montre l’amour du récit.

 

ORION ET MEROPE.

ORION ET MEROPE. dans -Histoires et légendes. 200px-Uranometria_orion

Image d’Orion représenté dans le ciel.

Orion était un jeune homme de grande stature et de grande beauté. C’était aussi un chasseur adroit. Un jour, il s’éprit de la fille du Roi de Chios et par amour pour elle, il débarassa l’île de tous les animaux sauvages.

Il rapportait toujours les dépouilles de ses victimes à sa bien aimée, nommée Mérope ( pour certains Ero). Le père de cette dernière, Oenopion, consentit à lui donner la main de sa fille. Mais il différait sans cesse le mariage.

Un jour Orion s’enivra et insulta la jeune fille. Oenopion s’en remis à Dionysos pour le punir. Le Dieu fit sombrer Orion dans un profond sommeil et Oenopion en profita pour lui crever les yeux.

Néanmoins un oracle dit à Orion qu’il recouvrerait la vue s’il se rendait à l’est, toujours à l’est, à la rencontre des rayons du soleil levant. Orion se mit donc en route vers l’Orient. Il parvint à Lemnos où il recouvra par miracle la vue.

Puis, il repartit vers Chios, décidé à se venger du Roi. Mais ce dernier avait pris la fuite et Orion ne put le trouver. Abandonnant sa vengeance, Orion partit pour la Crête. Il y vécut désormais et devint le chasseur d’Artémis.

Cependant, Artémis fut cause de sa mort. Les uns disent qu’Aurore s’éprit d’Orion et qu’Artémis, jalouse, le tua. D’autres affirment qu’il irritait Apollon et que le Dieu amena par la ruse sa soeur à décocher la flèche qui tua le beau jeune homme.

Orion s’éleva au ciel et il devint alors une constellation. Depuis, il y poursuit sa course où il se montre avec sa ceinture, son épée, son pieu et une dépouille de lion.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 01Juillet 2009, d’après un conte d’Homère, poète grec du IXème siècle av JC.

ERYSICHTHON.

ERYSICHTHON. dans -Histoires et légendes. The_tree_of_crows

Une femme possèdait le pouvoir de se donner diverses apparences. Elle en usait pour se procurer de la nourriture pour son père qui était toujours affamé. Son histoire est la seule où Cérès apparaît comme cruelle. Je vais vous la conter…

Un jour, Erysichthon eut l’audace d’abattre un grand chêne d’une forêt consacrée à Cérès. Lorsqu’il donna à ses serviteurs l’ordre d’abattre le chêne, ceux-ci reculèrent devant le sacrilège.

Alors Erysichthon saisit la hache et s’attaqua au tron puissant autour duquel les Dryades avaient coutume de se rassembler pour danser. Quand il donna le premier coup de hache, du sang s’échappa de l’arbre et l’on entendit une voix . Cette voix disait à Erysichthon que Cérès le punirait de son crime. Mais il ne s’arrêta pas. Il leva et abaissa sa hache jusqu’à ce que le grand chêne s’abattit sur le sol.

Les Driades coururent raconter l’affaire à Cérès. La déesse profondèment offensée dit alors que le coupable subirait un châtiment. Dans son char, elle envoya l’une des Driades dans la région habitée par la Faim avec pour mission de la prier de prendre possession d’Erysichthon.  » Qu’elle veille bien à ce que nulle nourriture ne le satisfasse jamais ! Il doit rester affamé !  » dit Cérès.

La Faim obéit. Elle pénètra dans la chambre d’Erysichthon pendant qu’il dormait. Elle l’enveloppa de ses bras décharnés et le tenant d’une étreinte abominable, elle s’implanta en lui. Alors, il s’éveilla avec un désir dévorant de nourriture. Il ordonna qu’on lui servit au plus vite un repas. Mais plus il mangeait, plus la faim le gagnait. Il était toujours inassouvi. Il ne se rassasiait jamais et il dépensa toute sa fortune en nourriture. 

Bientôt, il ne lui resta plus que sa fille. Il la vendit aussi. Sur la grève où était ancré le bâteau de son nouveau maître cette dernière implora Poséidon de la sauver de l’esclavage. Le dieu entendit sa prière et la métamorphosa en pêcheur. Son maître, qui la suivait à distance, ne vit alors qu’un homme fort occupé à réparer ses filets. Il lui demanda :  » N’as-tu pas vu où est partie cette jeune fille qui était ici il y a un instant ? Il y a l’emprunte de ses pas et elle cesse brusquement. « 

Le pêcheur répondit :  » Nul homme en dehors de moi n’est venu sur cette plage et nulle femme aussi. J’en jure par le Dieu de la mer !  » Lorsque le maître dépité regagna son bâteau, la jeune fille repris sa forme. Elle revint au côté de son père et lui causa une grande joie.  Elle lui raconta même ce qui s’était passé. Erysichthon y vit une occasion de se créer ainsi des ressources inépuisables. Il vendit et revendit sa fille ! … Et toutes les fois Poséidon la transformait en jument,… en oiseau etc…

Et chaque fois, la jeune fille échappait à celui qui l’avait achetée et revenait à son père. Mais il arriva que l’argent gagné ainsi ne suffit plus aux besoins d’Erysichthon. Il s’en prit à son propre corps et se dévora lui-même.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 01 Juillet 2009, d’après Ovide,  poète latin, 43 av JC et 17 ou 18 apr JC. Claire trouve cette légende un peu triste mais elle nous montre l’amour filial.

LES MYRMIDONS.

  fourmis

Les myrmidons étaient  des hommes issus des fourmis de l’île d’Egine. En effet, sous le règne d’Eaque, grand-père d’Achille, Héra en voulait à Zeus de sa passion pour Egine, la jeune fille dont l’île prit par la suite le nom et dont le fils Eaque devint le roi. Héra pour se venger envoya la peste sur l’île et ses habitants moururent par milliers. Il semblait même qu’aucun ne survivrait à ce fléau.

Eaque accablé par tout ce malheur, monta jusqu’au temple de Zeus et implora le Dieu. Il lui rappela qu’il était le fils de la femme que le dieu avait un jour aimée. En exprimant sa prière, il vit passer une troupe de fourmis et il lui dit : «  O  père, fais de ces créatures le peuple que tu me donneras, en grand nombre comme elles le sont, et repeuple ainsi ma cité vide ! «    

Cette nuit là,  il entendit un coup de tonnerre. Puis il rêva qu’il voyait des fourmis prendre forme humaine.

Dès l’aube, son fils Tétamon le réveilla et lui annonça qu’une armée d’hommes approchaient du palais. Eaque vint à leur rencontre. Il y avait autant d’hommes que les fourmis de la veille ! Et tous ces hommes se prétendaient ses fidèles sujets.

C’est ainsi qu’Egine fut repeuplée. Ses habitants prirent le nom de Myrmidons, du mot grec Murmex qui veut dire fourmi. Ils se montraient économes, industrieux et courageux. Ils étaient aussi féroces, robustes et très loyaux envers leur chef. Puis, ils portaient une armure brune dûe à leurs origines…

Claire.  background-2008_039.jpg 

Conte écrit et publié par Claire le 01Juillet 2009 d’après un mythe d’Ovide, poète latin (43 av JC – 17 ou 18 apr JC) qui nous a transmis la beauté de ses légendes. 

          

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...