LES DIEUX ROMAINS.

LES DIEUX ROMAINS. dans -Histoires et légendes. 250px-Suovetaurile_Louvre

Suovétaurile à Mars. Musée du Louvre. 

La religion romaine est d’abord une religion polythéiste.

Sous l’influence de l’art et de la littérature grecs, les anciennes divinités romaines furent assimilées aux dieux grecs correspondants puis confondues avec ces derniers. Néanmoins pour la plupart, ils gardèrent leur nom romain.

Ainsi Zeus devint Jupiter, Héra : Junon, Poseidon : Neptune, Hestia : Vesta, Arès : Mars, Athéna : Minerve, Aphrodite : Vénus, Hermés : Mercure, Artémis : Diane, Héphaïstos : Vulcain ou Mulciber, Déméter : Cérès.

Deux d’entre eux conservèrent leur nom grec : Apollon et Pluton. Mais ce dernier n’était jamais appelé Hadès et Bacchus jamais Dionysos qui répondait encore à Liber (nom latin).

Cette adoption des dieux Grecs par les Romains se fit sans difficulté. Leurs dieux avant qu’ils ne reprissent ceux des Grecs étaient vagues. On les désignait d’un terme général : les Numina c’est à dire les puissances. On ne savait pas si ces puissances étaient mâles ou femelles.

Les Romains avant l’arrivée de l’art et de la littérature des Grecs en Italie n’éprouvaient pas le besoin de dieu pourvu de poèsie comme Apollon composant des mélodies harmonieuses sur sa lyre. Ils voulaient des dieux utiles comme celui qui protège les enfants. Tous les actes les plus simples de la vie quotidienne étaient associés aux Numina et leur donnaient de la dignité.

Entre tous, les Lares et les Pénates étaient les plus vénérés. Toute famille romaine avait ses dieux Lares domestiques ou esprit de ses ancêtres et ses Pénates, dieux gardiens du foyer. Selon la légende les Pénates originels proviendraient de Troie car Enée qui s’enfuyait avec son père Anchise sur son dos et son fils Lule à la main les aurait emportés. Particuliers à chaque famille, les Lares et les Pénates protégeaient et défendaient la maison. Ils n’étaient pas priés dans les Temples mais chaque habitation leur réservait une place devant laquelle à chaque repas, un peu de nourriture était offerte.

Il existait aussi des Lares et Pénates publics qui se chargeaient de protéger la cité. D’autres Numina comme le dieu Terme était le gardien des bornes des champs, Priape : cause de fertilité, Palès : gardien des troupeaux, Sylvain : protecteur des laboureurs et bûcherons etc… Tout était placé sous la sauvegarde d’un pouvoir bénéfique mais ils n’avaient pas de formes définies.

Saturne était à l’origine un Numina. Il patronnait les semeurs et sa femme Ops favorisait les moissons. Plus tard on le confondit avec le dieu grec Cronos et il devint ainsi le père de Jupiter (Zeus). Un grand nombre de récits lui sont alors consacrés. En mémoire du temps où il règna sur l’Italie, on célébrait à Rome les fêtes des Saturnales (17 au 21 décembre puis 17 au 24 décembre). Cette fête de la liberté inversait l’ordre des choses, les esclaves devenaient les maîtres et les maîtres des esclaves. Des banquets donnaient lieu à de véritables ripailles. On y invitait famille et amis. Les vestales (prêtresses) apportaient un gâteau spécial fait de miel et de farine salée qu’elles posaient sur l’autel. Un taureau était sacrifié puis partagé entre les participants. Des cadeaux étaient offerts. L’Age d’Or (vivre sans travailler, sans guerre, en harmonie avec les dieux et la nature) revenait sur terre tant que durait les cérémonies.

Janus était une des seules divinités, des premiers Romains,  ayant subsisté. Il fit aussi d’abord partie des Numina. Janus serait le roi latin ayant accueilli Saturne et l’associa à son règne sur terre. Janus était le dieu des « entreprises propices ». Il fut plus tard pourvu d’une personnalité distincte. Il était profondèment lié au mythe de l’Age d’Or. Parmi les nombreux Temples qui lui furent dédiés le plus important se trouvait à Rome. Il était orienté d’Est en Ouest, du levant au couchant. Deux portes donnaient accés au Temple, entre lesquelles s’élevait une statue de Janus à deux visages, l’un jeune et l’autre âgé. On ne fermait ces portes que lorsque Rome était en paix. Elles ne furent closes que trois fois pendant les 7 premiers siècles qui suivirent la fondation de la cité : la première pendant le règne de Numa Pompilius, la seconde après la première guerre punique en 241 avant JC lorsque Carthage fut défaite et la dernière sous le règne d’Auguste.

Faunus (second nom Lupérus) était le protecteur des troupeaux contre les loups. Il fut honoré durant les fêtes Lupercales, qui avaient lieu du 13 au 15 février, jusqu’en 496. Un bouc était sacrifié dans la grotte du Lupercal, au pied du mont Palatin. Deux jeunes hommes vêtus d’un pagne en peau de bouc assistaient à la cérémonie. Ces derniers couraient ensuite dans la ville munis de lanières de cuir taillées dans la peau du bouc sacrifié et fouettaient les femmes désirant avoir des enfants afin de les rendre fécondes. Plus tard Faunus devint le fils de Saturne.  Puis on l’assimila au dieu rustique et prophète Pan qui parlait aux hommes dans leurs rêves.

Les Faunes étaient l’équivalent Romain des Satyres.

Quirinus était un dieu archaïque protecteur des agriculteurs et associé à Jupiter et Mars. Il fait partie de la Triade primitive des dieux romains. Plus tard Quirinus, fut assimilé à Romulus. On honorait Romulus le fondateur de la cité de Rome, déifié. .

En effet, Rome possède ses propres mythes et son histoire. Elle assimilera ensuite les mythes grecs mais gardera les mythes fondateurs au centre de sa culture. Un des plus important est celui de Romulus et Rémus, deux jumeaux. Romulus tua sont frère Rémus avec lequel il avait été élevé par une louve et fondera Rome. Il en fut le premier roi. Cette légende nous montre la dominance de la Patrie sur les liens du sang. Elle donne aussi une origine divine à Rome.

Les Mânes étaient les âmes des justes passées dans le Hadès. On les considérait comme divines et elles étaient honorées.

Au contraire, les Lémures ou Larves, âmes des méchants étaient craintes.

Les Carmènes étaient des divinités utiles qui protègeaient les sources et les puits qui guérissaient les maux et prédisaient l’avenir. Mais lorsque les dieux grecs arrivèrent à Rome, les Carmènes furent assimilées aux Muses qui pensaient aux arts et à la science.

Lucine était parfois prise comme l’équivalent Romain d’Ilythie, déesse des accouchements.

Pomone et Vertumne furent d’abord des Numina et prenaient soin des vergers et des jardins. Plus tard un récit (voir la légende sur ce blog) est consacré à leurs amours.

Claire.background-2008_039.jpg 

Texte écrit et publié par Claire le 11 Mai 2009 pour vous parler des dieux Romains qui furent assimilés ensuite aux dieux grecs.

 dans -Histoires et légendes.

Janus. Musée du Vatican.


Archive pour 11 mai, 2009

LES DIEUX ROMAINS.

LES DIEUX ROMAINS. dans -Histoires et légendes. 250px-Suovetaurile_Louvre

Suovétaurile à Mars. Musée du Louvre. 

La religion romaine est d’abord une religion polythéiste.

Sous l’influence de l’art et de la littérature grecs, les anciennes divinités romaines furent assimilées aux dieux grecs correspondants puis confondues avec ces derniers. Néanmoins pour la plupart, ils gardèrent leur nom romain.

Ainsi Zeus devint Jupiter, Héra : Junon, Poseidon : Neptune, Hestia : Vesta, Arès : Mars, Athéna : Minerve, Aphrodite : Vénus, Hermés : Mercure, Artémis : Diane, Héphaïstos : Vulcain ou Mulciber, Déméter : Cérès.

Deux d’entre eux conservèrent leur nom grec : Apollon et Pluton. Mais ce dernier n’était jamais appelé Hadès et Bacchus jamais Dionysos qui répondait encore à Liber (nom latin).

Cette adoption des dieux Grecs par les Romains se fit sans difficulté. Leurs dieux avant qu’ils ne reprissent ceux des Grecs étaient vagues. On les désignait d’un terme général : les Numina c’est à dire les puissances. On ne savait pas si ces puissances étaient mâles ou femelles.

Les Romains avant l’arrivée de l’art et de la littérature des Grecs en Italie n’éprouvaient pas le besoin de dieu pourvu de poèsie comme Apollon composant des mélodies harmonieuses sur sa lyre. Ils voulaient des dieux utiles comme celui qui protège les enfants. Tous les actes les plus simples de la vie quotidienne étaient associés aux Numina et leur donnaient de la dignité.

Entre tous, les Lares et les Pénates étaient les plus vénérés. Toute famille romaine avait ses dieux Lares domestiques ou esprit de ses ancêtres et ses Pénates, dieux gardiens du foyer. Selon la légende les Pénates originels proviendraient de Troie car Enée qui s’enfuyait avec son père Anchise sur son dos et son fils Lule à la main les aurait emportés. Particuliers à chaque famille, les Lares et les Pénates protégeaient et défendaient la maison. Ils n’étaient pas priés dans les Temples mais chaque habitation leur réservait une place devant laquelle à chaque repas, un peu de nourriture était offerte.

Il existait aussi des Lares et Pénates publics qui se chargeaient de protéger la cité. D’autres Numina comme le dieu Terme était le gardien des bornes des champs, Priape : cause de fertilité, Palès : gardien des troupeaux, Sylvain : protecteur des laboureurs et bûcherons etc… Tout était placé sous la sauvegarde d’un pouvoir bénéfique mais ils n’avaient pas de formes définies.

Saturne était à l’origine un Numina. Il patronnait les semeurs et sa femme Ops favorisait les moissons. Plus tard on le confondit avec le dieu grec Cronos et il devint ainsi le père de Jupiter (Zeus). Un grand nombre de récits lui sont alors consacrés. En mémoire du temps où il règna sur l’Italie, on célébrait à Rome les fêtes des Saturnales (17 au 21 décembre puis 17 au 24 décembre). Cette fête de la liberté inversait l’ordre des choses, les esclaves devenaient les maîtres et les maîtres des esclaves. Des banquets donnaient lieu à de véritables ripailles. On y invitait famille et amis. Les vestales (prêtresses) apportaient un gâteau spécial fait de miel et de farine salée qu’elles posaient sur l’autel. Un taureau était sacrifié puis partagé entre les participants. Des cadeaux étaient offerts. L’Age d’Or (vivre sans travailler, sans guerre, en harmonie avec les dieux et la nature) revenait sur terre tant que durait les cérémonies.

Janus était une des seules divinités, des premiers Romains,  ayant subsisté. Il fit aussi d’abord partie des Numina. Janus serait le roi latin ayant accueilli Saturne et l’associa à son règne sur terre. Janus était le dieu des « entreprises propices ». Il fut plus tard pourvu d’une personnalité distincte. Il était profondèment lié au mythe de l’Age d’Or. Parmi les nombreux Temples qui lui furent dédiés le plus important se trouvait à Rome. Il était orienté d’Est en Ouest, du levant au couchant. Deux portes donnaient accés au Temple, entre lesquelles s’élevait une statue de Janus à deux visages, l’un jeune et l’autre âgé. On ne fermait ces portes que lorsque Rome était en paix. Elles ne furent closes que trois fois pendant les 7 premiers siècles qui suivirent la fondation de la cité : la première pendant le règne de Numa Pompilius, la seconde après la première guerre punique en 241 avant JC lorsque Carthage fut défaite et la dernière sous le règne d’Auguste.

Faunus (second nom Lupérus) était le protecteur des troupeaux contre les loups. Il fut honoré durant les fêtes Lupercales, qui avaient lieu du 13 au 15 février, jusqu’en 496. Un bouc était sacrifié dans la grotte du Lupercal, au pied du mont Palatin. Deux jeunes hommes vêtus d’un pagne en peau de bouc assistaient à la cérémonie. Ces derniers couraient ensuite dans la ville munis de lanières de cuir taillées dans la peau du bouc sacrifié et fouettaient les femmes désirant avoir des enfants afin de les rendre fécondes. Plus tard Faunus devint le fils de Saturne.  Puis on l’assimila au dieu rustique et prophète Pan qui parlait aux hommes dans leurs rêves.

Les Faunes étaient l’équivalent Romain des Satyres.

Quirinus était un dieu archaïque protecteur des agriculteurs et associé à Jupiter et Mars. Il fait partie de la Triade primitive des dieux romains. Plus tard Quirinus, fut assimilé à Romulus. On honorait Romulus le fondateur de la cité de Rome, déifié. .

En effet, Rome possède ses propres mythes et son histoire. Elle assimilera ensuite les mythes grecs mais gardera les mythes fondateurs au centre de sa culture. Un des plus important est celui de Romulus et Rémus, deux jumeaux. Romulus tua sont frère Rémus avec lequel il avait été élevé par une louve et fondera Rome. Il en fut le premier roi. Cette légende nous montre la dominance de la Patrie sur les liens du sang. Elle donne aussi une origine divine à Rome.

Les Mânes étaient les âmes des justes passées dans le Hadès. On les considérait comme divines et elles étaient honorées.

Au contraire, les Lémures ou Larves, âmes des méchants étaient craintes.

Les Carmènes étaient des divinités utiles qui protègeaient les sources et les puits qui guérissaient les maux et prédisaient l’avenir. Mais lorsque les dieux grecs arrivèrent à Rome, les Carmènes furent assimilées aux Muses qui pensaient aux arts et à la science.

Lucine était parfois prise comme l’équivalent Romain d’Ilythie, déesse des accouchements.

Pomone et Vertumne furent d’abord des Numina et prenaient soin des vergers et des jardins. Plus tard un récit (voir la légende sur ce blog) est consacré à leurs amours.

Claire.background-2008_039.jpg 

Texte écrit et publié par Claire le 11 Mai 2009 pour vous parler des dieux Romains qui furent assimilés ensuite aux dieux grecs.

 dans -Histoires et légendes.

Janus. Musée du Vatican.

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...