VINCENT VAN GOGH.

Vincent van Gogh, Autoportrait au chapeau de feutre, 1887

Vincent van Gogh – Autoportrait au chapeau de feutre – 1888.

La vie et l’oeuvre de Vincent van Gogh.  

Van Gogh est né le 30 Mars 1853 à Groot-Zundert aux Pays Bas et est mort le 29 Juillet 1890 à Auvers sur Oise en France où il est enterré à côté de son frère Théo.

Vincent van Gogh est le fils de Théodore, pasteur calviniste et de Anna-Cornélia Carbentus. Il est l’aîné de 6 enfants. Il porte le même prénom que son frère mort un an avant lui.

Sa vie fut un échec total sur les plans de l’amour et de la famille. Néanmoins son frère cadet de 4 ans Théodore dit Théo l’aida moralement et financièrement sans jamais se lasser et lui permis ainsi d’accomplir son oeuvre.

En Juillet 1869, à 15 ans, il obtient un poste de marchand d’art après avoir fait une formation. Il est envoyé dans une succursale à Londres. Il y gagne bien sa vie. Mais il est choqué par la façon dont on traite les artiste et le dit. Il est renvoyé.

Il passe une périose mystique. Il voit la misère humaine envoyé près de mineurs , lors d’une mission évangéliste, en Belgique. Trop engagé, on le traite de meneur.

Il s’inscrit à l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles le 15 Novembre 1880 pour les cours de base. Van Gogh dessine des aquarelles mais très peu de ces travaux ont survécus. Au printemps 1882, son oncle Cornélis Marinus, propriétaire d’une célèbre galerie d’art à Amsterdam lui demande des dessins de La Haye. Il est déçu mais lui fait une deuxième commande mais Van Gogh le déçoit à nouveau.

- Van Gogh travaille l’éclairage de son atelier et à des compositions simples. A partir de 1883, il s’intéresse à des compositions plus élaborées, basées sur le dessin.  Théo lui dit un jour que ses dessins manquent de nervosité et de fraîcheur. Van Gogh les détruits aussitôt et se tourne vers la peinture à l’huile. Il s’interesse aux artistes renommé de l’école de La Haye.

Période 1882-1883 La Haye. Il entre en conflit avec son père et quitte le domicile familial. C’est au cours de l’été 1882 qu’il commence la peinture à l’huile.

1883, Van Gogh est dans la Province de Drenthe de Septembre à Décembre 1883, solitaire,  au Nord des Pays Bas. Il décide de rejoindre sa famille installée depuis peu à Nuenen.

Période 1884-1885 Nuénen. C’est là que le talent de Van Gogh  va définitivement se révèler. L’ensemble de ses oeuvres de cette période aboutit aux  » Mangeurs de Pommes de terre. » Il rentre dans la chaumière de la famille Groot qu’il connait bien  groupée autour d’un plat de pommes de terre et est saisi par l’obscurité et la lumière diffuse de la lampe à huile au-dessus de la table.

Periode 1885-1886, Van Gogh habite Arles la Maison Jaune et rêve d’une communauté d’artistes avec Paul Gauguin qu’il a fait venir. Il travaille sur la décoration de la Maison Jaune, sur des vergers fleurissants, sur des portraits. Le 24 Décembre 1888 après une violente dispute Van Gogh tente de tuer ce dernier et s’auto-puni en se mutilant l’oreille.

Période 1886-1888, Van Gogh arrive à Paris en mars 1886. Il participe à la 8ème et dernière exposition des impressionnistes. Il se régènère dans les sources de la modernité parisienne avec des Peintres comme Signac, Pissaro, Toulouse-Lautrec. Mais l’absinthe le fatigue et aggrave son état mental.

Période 1888-1889, Van Gogh est à Arles et prend ses distances avec les impressionistes. Théo va se marier et Vincent a l’impression d’être abandonné.

-Van Gogh accentue à Arles, avec le choc des lumières méridionales, ses tendances expressionnistes. Il a aussi une influence sur les Peintres Fauves en montrant, pendant sa période Arlésienne, une grande palette de couleurs chatoyantes.

Période 1889-1890, Van Gogh arrive à Saint Rémy de Provence le 08 Mai 1889. Il commence à sortir de son anonymat et Anna Bloch lui achète un de ses tableaux  » La Vigne Rouge » pour la somme de 400 F.

- Van Gogh a sa peinture qui est caractérisée à St Rémy par des remous et des spirales. Il peignait ce qu’il voyait de sa fenêtre comme les champs de blé.

En mai 1890,  il rejoint Théo à Auvers sur Oise où il loge à l’auberge Ravoux. Le Docteur Gachet y reçoit des artistes et l’accueille dans sa maison, Théo lui ayant recommandé son frère. Cette période est très prolifique. Il produit, entouré par le Docteur Gachet, 60 tableaux. MaisThéo lui fait part de son désir de retourner en Hollande.  Vincent se sent pour lui une charge et se tire le 27 Juillet 1890 un coup de révolver dans la poitrine. Il meurt, à l’âge de 37 ans, deux jours plus tard soutenu par Théo.

 

Vincent Van Gogh souffre toute sa vie de problèmes mentaux. Pendant ces périodes de maladie, il lui est défendu de peindre.

Son oeuvre pleine de naturalisme, inspirée par l’impressionnisme, le divisionnisme et le pointillisme annonce le fauvisme, l’expressionnisme et même le cubisme.

Van Gogh est un des Peintres les plus connus du monde entier. Il reste un maître dans l’art bien que de son vivant, il n’ait vendu qu’un seul tableau !…

 

Claire.background-2008_039.jpg 

J’ai eu le plaisir de voir les tableaux de Vincent van Gogh au musée d’Orsay à Paris où je me suis rendue à plusieurs reprises dont une fois accompagnée de Rémi. Ce Peintre fait partie de mes Peintres préférés car il nous a transmis l’Amour et la Beauté.


Archive pour mars, 2009

ZEUS (Jupiter).

ZEUS (Jupiter). dans -Histoires et légendes. 180px-Zeus_Louvre_G204

Zeus tenant le foudre et un aigle, amphore du Peintre de Berlin (480-470 av JC -Musée du Louvre).

Zeus est le fils du Titan Cronos et de la Titanide Rhéa. Il est marié à sa soeur Héra. Il est le père de plusieurs dieux et de nombreux héros.

Emmené en Crète, il fut élevé par les nymphes du Mont Ida dans une grotte secrète de Lyctos. Il fut nourri au lait de chèvres.

Zeus et ses frères se répartirent l’univers. Cette répartition se fit par tirage au sort. Le domaine de la mer fut attribué à Poséidon. L’empire souterrain et l’empire des morts à Hades. Zeus fut le dieu souverain, le dieu du ciel, le dieu de la pluie, celui qui rassemblait les nuages et manipulait la foudre terrifiante.

Zeus est un grand amoureux. Bien que marié à Héra , on le décrit passant d’une aventure amoureuse à une autre et utilisant toutes sortes de ruses pour dissimuler ses escapades à Héra. Les infidélités de Zeus sont la cause de fréquentes disputes divines. Héra poursuit sa vengeance contre ses maîtresses et les enfants qu’il engendre ainsi.

Cette situation s’explique par le fait que lorsque le culte de Zeus s’introduisait dans une cité, déjà pourvue d’un protecteur divin, une fusion s’opérait et la femme du dieu ancien était transférée à Zeus. Par la suite les Grecs en vinrent à désapprouver ces multiples complications sentimentales. Mais les dieux grecs ont la particularité d’être à l’image de l’homme…

Cependant  Zeus exigeait des hommes non seulement des sacrifices mais aussi une bonne conduite. Il était le protecteur des liens du mariage, du foyer domestique, de la propriété familiale, de la sécurité de la cité et de la famille.

L’égide, sa cuirasse en peau de chèvre, recouverte d’écailles et bordée de serpents était affreuse à voir. L’aigle était son oiseau favori. Son arbre préféré était le chêne. Son oracle parlait à Dodone, le pays des chênes. La volonté du dieu était entendue dans le bruissement des feuilles de ces chênes et les prêtres et prêtresses devaient les interprêter…

Claire.  background-2008_039.jpg 

Histoire écrite et publiée par Claire le 27 mars 2009 qui admire la Beauté de Zeus  et s’amuse de tous les Désirs que Zeus assouvit.            

LES MENADES OU LES BACCHANTES.

LES MENADES OU LES BACCHANTES. dans -Histoires et légendes. 280px-Mainade_Staatliche_Antikensammlungen_2645 

Ménade vers 480 av JC.

Les premières qui portent ce nom furent les nymphes nourrices de Bacchus, nymphes du mont Nysa, auxquelles Hermès avait confié le nourrison Dionysos.

Les Ménades ou les Bacchantes étaient des femmes rendues délirantes par le vin. Elles se précipitaient à travers bois, dans les collines et les dévalaient en poussant des cris discordants, la tête couronnée de lierre et en agitant des thyrses, verges surmontées de pommes de pin. Elles mettaient en pièces les animaux sauvages qu’elles croisaient sur leur passage et en dévoraient les lambeaux de chairs.

Ces nymphes n’avaient pas de Temple, la nature inculte, les montagnes sauvages, les forêts denses étaient leur domaine. Là Dionysos (Bacchus) les nourissait et les abreuvait d’herbes, de baies et du lait des chèvres sauvages.

Les Ménades  dormaient sur la mousse tendre, sous les branches couvertes d’épais feuillages, sur le sol couvert d’aiguilles de pins.

Elles se réveillaient dans la fraîcheur et la paix et se baignaient dans l’eau claire des ruisseaux. Elles étaient les accompagnatrices de Dionysos. Elles l’escortaient en jouant du tambourin. Leur mois de prédilection était le mois d’octobre, mois des vendanges.

Les Ménades consommaient du vin mais aussi de la bière additionnée de baies de lierre toxiques mais psychodysleptiques à faible dose et mangeaient des champignons hallicinogènes, comme l’amanite-tue-mouche

Le culte réservé à Dionysos étaient centré sur la liberté, l’extase par la joie mais aussi la brutalité sauvage, deux sentiments opposés. A ses adorateurs, il pouvait donner l’un et l’autre. Il pouvait être une bénédiction pour l’homme ou la cause de sa ruine.

Un jour Dionysos se rendit à Thèbes, sous les traits d’un mortel, ville d’où était issue sa mère Sémelé, pour y instaurer son culte. Il se faisait passer pour un étranger venu de Lydie. Il était suivi d’un groupe de femmes à moitié nues, revêtues de dépouilles de faon sur leurs robes. Elles chantaient et dansaient avec leurs thyrses (verges). Elles étaient ivres, hagardes et hurlantes.

Penthée, roi de Thèbes vit ces danseuses échevelées et hurlantes qui se conduisaient de façon répréhensible par la loi. Il fallait mettre fin à ces comportements! Il ordonna à ses gardes de se saisir des visiteurs et de les emprisonner, Dionysos surtout leur meneur, empourpré par le vin.

La voix d’un vieux devin aveugle, nommé Tirésias, lui jeta alors un avertissement : « cet homme que tu rejette est un dieu et le fils de Sémélé que Zeus a sauvé. Il est très puissant. »

En se retournant, Penthée vit qu’une couronne de lierre ceignait les cheveux blancs de Tirésias, ses vieilles épaules étaient recouvertes d’une peau de faon et il tenait dans sa main une verge étrange surmontée d’une pomme de pin. A cette vue, Penthée avec mépris ordonna au vieillard de se retirer. Penthée avait donc refusé d’écouter la parole des dieux…

Dionysos fut emmené par des soldats devant Penthée. Les gardes déclarèrent que le prisonnier ne s’était ni enfuit, ni n’avait résisté. Mais les jeunes femmes qu’ils avaient capturées s’étaient toutes enfuies dans la montagne. Les liens qu’ils leur avaient mis s’étaient aussitôt dénoués et les portes de la prison s’étaient ouvertes.

Penthée n’écoutait rien, il était envahi par la colère et le mépris. Il s’adressa méchamment à Dionysos qui lui répondit avec une grande douceur. Dionysos avertit le roi que personne ne pourrait le retenir prisonnier. Il dit aussi à Penthée qu’il ne pouvait voir le dieu qu’il était car il n’était pas pur.

Avec colère, Penthée ordonna à ses soldats d’enchaîner Dionysos et de le mettre en prison. Dionysos lui dit :  » les torts que tu me fais, c’est au dieu que tu les fais. »

Le cachot ne pouvait retenir Dionysos. Il sortit et revint encore une fois trouver Penthée, le suppliant à nouveau de cèder et de le laisser partir. Mais Penthée le reçut en l’accablant d’insultes et de menaces. Dionysos l’abandonna donc à son destin…

Penthée fit poursuivre les Ménades dans les montagnes où elles s’étaient réfugiées. Elles y avaient été rejointes par un grand nombre de Thébaines dont Agavé, la propre mère de Penthée. Dionysos frappa, à l’arrivée de Penthée,  toutes ces femmes de démence. Elles prirent Penthée pour un animal sauvage et se jetèrent sur lui, sa propre mère la première. Penthée comprit enfin qu’il avait lutté contre un dieu et qu’il devait payer ce crime de sa vie.

Les femmes le mirent en pièces et seulement après Dionysos leur rendit la raison. La mère de Penthée, Agavé, vit alors ce qu’elle avait fait…

La morale de cette histoire c’est que le vin peut être bon tout autant que mauvais. Il réjouit et réchauffe le coeur des hommes mais il les enivre aussi. Le peuple grec était trop lucide pour méconnaître ces deux effets, l’un dégradant et laid, l’autre au contraire délicieux.  De tels actes pouvaient se passer dans la réalité lorsque les hommes étaient rendus fous  par l’effet du vin. Mais ils savaient aussi que le vin est une source de joie qui rend le coeur des hommes plus lèger en leur procurant gaieté et insouciance.

Dionysos a donc une double nature il est le bienfaiteur de l’homme mais aussi son destructeur.

La fête des Bacchantes était appelées les Bacchanales et se célèbraient autrefois en Grèce, en Egypte et principalement à Rome. Par ailleurs, les Dionysies étaient des célèbrations religieuses athéniennes en l’honneur du dieu Dionysos.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée par Claire le 21 Mars 2009, d’après les Ecrits d’Euripide, poète grec (480 – 406 av JC).

OEDIPE.

OEDIPE. dans -Histoires et légendes. 180px-Oedipus_sphinx_Louvre_G417_n2

Oedipe et le Sphinx, Peintre de Ménélas (-440 avant JC, Musée du Louvre).

Le mythe d’Oedipe.coeur_073.gif

Laïos et Jocaste , roi et reine de Thèbes, eurent un fils Oedipe mais un oracle prédit que ce dernier tuerait son père et épouserait sa mère.

Laïos et Jocaste, pour que la malédiction  ne se réalise pas, décidèrent d’abandonner ce fils. Ils lui avaient au préalable attaché les pieds.

Mais un berger le trouve et l’emporte au roi de Corinthe qui l’élève comme son propre fils. Oedipe grandit et apprend qu’il n’est pas né en Corinthe et que le roi n’est pas son père biologique.

Adulte Oedipe décide de retrouver ses parents biologiques. Sur son chemin, il rencontre un homme et des serviteurs. Il le tue pensant qu’il est le chef d’une bande de voleurs. Cet homme qui se trouvait sur son chemin, est Laïos. La prophétie commence à se réaliser…

Eedipe arrive à Thèbes. La ville est assiègée par un Sphinx. Ce Sphinx est un monstre ailé pourvu d’une tête de femme et d’un corps de lion. Il guette ses victimes pour leur poser des énigmes. Si leur réponse est fausse, ils sont dévorés. Le Sphinx voyant Oedipe lui  demande :  » Qu’est-ce qui marche à quatre pattes le matin, à deux le midi et à trois le soir ? » Oedipe lui répond que c’est l’homme : l’homme, au matin de sa vie, marche à quatre pattes, à midi adulte il marche sur deux pattes et le soir il s’aide d’un bâton pour marcher.

Le Sphinx lui pose une deuxième énigme : » Quelles sont les deux soeurs dont l’une engendre l’autre et dont la seconde engendre à son tour la première ?  » Le jour et la nuit répond Oedipe.

Le Sphinx dépité se jette dans un abîme et débarasse Thèbes de sa présence. Les habitants fêtent sa mort et font d’Oedipe le roi de Thèbes. Ils lui donnent la reine, Jocaste, qui est veuve comme épouse. Le présage s’est donc réalisé… Ils vivent heureux des années durant, ignorant qu’ils sont mère et fils.

Puis une épidémie de peste tue les habitants de Thèbes. L’oracle de Delphes consulté, répond que cette épidémie durera tant que l’assassin de Laïos ne se sera pas dénoncé. Oedipe pour sauver le peuple fait rechercher le coupable mais il apprend qu’il est le meurtrier de son père. Jocaste l’entend aussi et se pend. Oedipe comprend qu’Etéocle, Polynice, Antigone et Ismène, ses enfants, sont maudits à jamais.

Oedipe pour se punir se crève les yeux et renonce à être roi. Il est chassé de Thèbes. Il erre, avec Antigone sa fille, qui lui sert de guide. Il arrive près d’Athènes. Il y meurt juste après qu’Apollon lui ait dit que sa sépulture serait sacrée et bénéfique pour Athènes.

Cette légende grecque a été reprise par Sophocle (-496-406 avant JC) qui en a fait une pièce de théâtre « Oedipe-Roi »

Le complexe d’Oedipe.coeur_073.gif

Le complexe d’Oedipe est un ensemble organisé de désirs amoureux et hostiles que l’enfant éprouve à l’égard de ses parents. Il est vécu entre 3 et 5 ans.

Le complexe d’Oedipe est l’une des découverte principale de Sigmund Freud. Il se définit comme une période de l’enfance au cours de laquelle l’enfant est plus attiré par le parent de sexe opposé.

Freud se remèmore l’histoire du héros grec Oedipe, tel que la raconte Sophocle. On voit en 1910 dans son texte intitulé Contribution à la psychologie de la vie amoureuse apparaître le terme « complexe d’Oedipe ».

La mère pour le petit garçon est perçue pendant le premier stade de développement comme la nourricière qui procure du plaisir à l’enfant en lui donnant le sein. Il veut s’ approprier la mère. Il rentre en rivalité avec son père avec lequel la mère échange un amour que l’enfant jalouse. Il désire inconsciemment la mort de ce rival qui est le personnage du même sexe et désire sexuellement inconsciemment le personnage de sexe opposé : amour du parent de sexe opposé et jalousie pour le parent de même sexe.

Le père s’oppose au désir de l’enfant, c’est la castration symbolique. L’enfant s’imagine la castration par le père comme punition. Il peut s’identifie à la mère et veut alors séduire le père (Oedipe inversé = ambivalence). Les pulsions sont refoulées jusqu’à l’adolescence. A L’adolescence, l’enfant sort du complexe d’Oedipe, il construit désormais sa propre personnalité et se dirige vers d’autres femmes en empruntant des éléments au père et à la mère.

Pour la petite fille, la mère se présente aussi comme nourricière dans les premiers stades du développement. Contrairement au garçon chez qui la castration vient clore l’oedipe, la fille entame son Oedipe par la castration et l’envie du pénis ce qui la pousse inconsciemment à avoir envie d’un enfant du père.

Le complexe d’Oedipe a un rôle fondamental dans la structuration de la personnalité et dans l’orientation du désir humain.

En 1953, Jacques Lacan dépassera le déséquilibre de la théorie oedipienne pour les filles en interprétant l’oedipe comme fonction : le père intervient en tant que loi venant rompre la fusion entre la mère et son enfant, fille ou garçon.

Toute cette théorie  de Freud a fait l’objet au XXIème siècle de débats et a été contreversée quand à la vérité de l’Oedipe. La question du complexe d’Oedipe continue de nourrir des débats dans le contexte social actuel. Aujourd’hui de nombreux psychanalystes amènagent le complexe d’Oedipe aux cas de figure où l’autorité paternelle est absente, intermittente, ou partagée entre plusieurs pères.

Claire.background-2008_039.jpg 

Texte écrit et publié par Claire le 12 Mars 2009. Claire a été attirée par l’histoire grecque d’Oedipe, racontant un inceste et par Freud et Lacan qui ont marqué, en découvrant le complexe d’Oedipe, un pas important en psychanalyse.

ZEUS ET SEMELE.

ZEUS ET SEMELE. dans -Histoires et légendes. 180px-Gustave_Moreau_004 

Zeus et Sémélé par Moreau (1894-1895).

Sémélé est la fille du fondateur de Thèbes Cadmos et d’Harmonie. Sémélé fut l’une des amantes de Zeus (Jupiter).

Zeus aima Sémélé. Mais le malheur de Sémélé vint de la Jalousie d’Héra qui emprunta les traits de Béroé la nourrice de Sémélé pour lui faire avouer le nom de son amant et lui insuffla le souhait qu’elle devait lui faire…

En effet, follement amoureux d’elle, Zeus un jour annonça à Sémélé qu’il lui accorderait tout ce qu’elle demanderait. Il jura par le Styx et ce serment, il ne pouvait le rompre.

La réponse de Sémélé fut qu’elle souhaitait par dessus tout le voir dans sa splendeur de Souverain des Cieux et de Maître de la Foudre : le voeux qui lui avait été inspiré par la perfide Héra.

Zeus savait que nul mortel ne pouvait le voir ainsi et y survivre. Mais ayant juré par le Styx, il n’avait plus de choix. Il apparut donc devant Sémélé comme elle l’avait demandé au milieu de la foudre et des éclairs. Devant cet embrasement Sémélé mourut foudroyée.

Mais avant qu’elle ne succombât et disparût dans le brasier, Zeus lui arracha de son sein son enfant près de naître. Il le mit dans sa propre cuisse afin de le dissimuler à Héra et le garda le temps qu’il fallait avant sa venue au monde.

Lorsque cet enfant naquit deux mois plus tard Hermès l’emporta et le confia aux nymphes de Nysa, la plus jolie de toutes les vallées terrestres mais qu’aucun homme n’a jamais vue et ne sait où elle se trouve.

Les uns disent que les nymphes étaient les Hyades, que Zeus plaça ensuite dans le ciel après les avoir transformées en étoiles, ces étoiles qui amènent la pluie lorsqu’elles s’approchent de l’horizon.

Et le dieu du vin Dionysos (Bacchus) naquit ainsi du feu et fut élevé par la pluie, la chaleur brûlante qui mûrit la grappe de raisin et l’eau qui empêche le plant de mourir. Dionysos est aussi le dieu de l’agriculture et le protecteur du théâtre.

Devenu adulte Dyonisos vagabonda dans des contrées lointaines. Partout il enseigna aux hommes l’art de cultiver la vigne. Il fut reçu à chaque fois comme un dieu sauf quand il revint dans son propre pays. 

Un jour, un bâteau de pirates s’en vint voguer sur la mer, non loin des côtes de Grèce. Les cheveux de Dyonisos étaient abondants, bouclés et ses yeux de couleur sombre. Il semblait être un fils de Roi. Il serait racheté cher par ses parents, pensèrent les pirates qui le virent. Les marins sautèrent alors sur le rivage et se saisirent de lui. Ils voulurent l’attacher avec des cordages mais à leur stupéfaction, ils ne purent y parvenir.

Les cordages ne pouvaient pas être noués. Ils tombaient dès qu’ils touchaient les mains ou les pieds du bel adolescent. Lui assis les regardaient avec un sourire. Seul, parmi les pirates, le timonier comprit et cria aux autres que ce dernier devait être un dieu.

Mais la capitaine se moqua du timonier qu’il traita de sot. Il ordonna à l’équipage de hisser la voile rapidement. Le vent gonfla la voile mais le navire ne bougea pas.

Alors on vit un vin parfumé couler sur le pont comme un ruisseau. Une vigne aux grappes abondantes se déploya sur la voile. Un lierre aux feuilles verts sombres s’enroula autour du mât.

Frappés de terreur les marins ordonnèrent au timonier de virer vers la terre. Trop tard car pendant qu’ils parlaient leur captif s’était transformé en un lion rugissant et terrible. A cette vue les pirates sautèrent par dessus bord et furent transformés en dauphins, tous sauf le timonier. Le dieu eut pitié de lui et lui accorda sa faveur. Et Dionysos continua son voyage….

Au cours de ses errances Dyonisos rencontra l’inconsolable Ariane, princesse de Crête qui avait été abandonnée sur le rivage de l’île Naxos par Thésée, le Prince Athénien qu’elle avait sauvé. Dionysos la prit en compassion. Il lui vint en aide, devint amoureux d’elle et l’épousa. Quand elle mourut, il prit la couronne d’or qu’elle lui avait un jour donnée et la plaça parmi les étoiles.

Dionysos pensait toujours à sa mère qu’il n’avait jamais connue. Il désirait ardemment la voir. Il décida d’entreprendre la terrible descente dans le monde souterrain afin d’aller la chercher. Quand il l’eut trouvée, il défia le pouvoir de la Mort qui refusait de le lui rendre et la Mort cèda. Dionysos emmena sa mère et la fit pénètrer dans l’Olympe où les dieux consentirent à accepter parmi eux une mortelle….

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende écrite et publiée le 07 Mars 2009 d’après le récit d’Hésiode, Poète Grec ( VIIIème siècle avant JC).

MICHEL TOURNIER.

Michel Tournier lors d'une rencontre avec des élèves de lycée en 2005.

Michel Tournier. 

La vie de Michel Tournier.coeur_073.gif

Michel Tournier, écrivain français, est né à Paris le 19 décembre 1924 et décédé  à Choisel (Yvelines) le 18 janvier 2016. Son père est Gascon et sa mère Bourguignone. Il habite d’abord avec sa famille à Saint Germain en Laye puis à Neuilly sur Seine.

Au lycée Pasteur de Neuilly sur Seine, Michel Tournier fut le condisciple de Roger Nimier qui écrivit son premier roman à l’âge de 18 ans. Il publie son dernier roman à l’âge de 28 ans. Ce dernier se tue à l’âge de 33 ans dans un accident de voiture, le 28 septembre 1962. Michel Tournier dira de lui qu’il avait tout compris, tout dépassé à l’âge de 17 ans.

Il suit des études de droit à la Sorbonne puis des études de philosophie à l’Université de Tübingen. Il souhaite enseigner la philosophie dans les lycées mais il échoue à l’agrégation en 1950. Il se retrouve alors sans emploi et entre à radio France où de 8h à 9h il présente l’heure de la culture française.

En 1954, quand fut créée Europe n°1, il est appelé pour animer cette radio. Il écrit des messages publicitaires. Mais il continue à lire Platon, Aristote, Saint-Thomas, Descartes, Spinoza, Liebniz, Kant.

De 1956 à 1968 Michel Tournier travaille aux éditions Plon à des traductions de l’Allemand et comme Directeur des services littéraires. Il se trouve être le premier lecteur d’écrivains et écrivaines célèbres comme les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Youcenar. Il écrit aussi des articles dans les journaux, le Monde et le Figaro.

En 1968, il participe avec Lucien Clergue à la Création des Rencontres photographiques d’ Arles.

L’oeuvre de Michel Tournier.coeur_073.gif

Michel Tournier se partage dans l’écriture entre le réalisme et le fantastique. Il est très influencé par la poèsie germanique.

Michel Tournier a, lors de l’écriture de son premier roman, pour but de créer une histoire populaire. Il choisit Robinson Crusoé et écrit et publie en 1967, Vendredi et les Limbes du Pacifique, à l’âge de 43 ans. Pour lui,  il y a chez Robinson Crusoé deux sujets philosophiques : la solitude, Robinson étant 20 ans seul sur son île puis le rapport à autrui lorsque Vendredi arrive sur l’île. Il est récompensé pour ce roman par le Grand prix du roman de L’Académie Française.

En 1970, il obtient le Prix Goncourt pour le Roi des Aulnes, histoire inspirée de Moïse, qui a été vendue à 4 millions d’exemplaires. Ce roman est bouleversant car il décrit les effets du nazisme sur un esprit simple… Un film de Volker Schlöndorff, qui est sorti en 1996, a été tiré du  Roi des Aulnes et adapté à l’écran .

En 1971, il publie Vendredi ou la vie sauvage. Ce livre destiné aux adultes et aux enfants devient un classique scolaire. Il s’est vendu  depuis 30 ans à 7 millions d’exemplaires et est traduit en 40 langues. C’est une version simplifiée de Vendredi et les Limbes du Pacifique. L’histoire : Robinson, parti faire fortune en Amérique du Sud échoue, au gré d’un naufrage, sur une île déserte, que nulle carte ne signale…

En 1972, Michel Tournier devient membre de l’Académie Goncourt.

En 1975, il publie son 3ème roman les Météores. Il fait vivre deux jumeaux Jean et Paul qui étaient si unis qu’on les appelaient Jean-Paul. Ces jumeaux sont semblables et unis au départ de leur vie, mais bientôt le couple fraternel donne des signes de désunion…Pour écrire ce livre, il fait le tour du Monde du Japon à l’Islande. Il passe une nuit dans un dépôt d’ordures de Marseille.

En  1993, Michel Tournier reçoit la médaille Goethe et en 1997, il devient Docteur Honoris Causa de l’Université de Londres.

Le Miroir des idées est un essai publié en 1994. Il est basé sur le principe que ‘les idées s’éclairent en s’opposant deux à deux’ . A partir de 114 catégories ( symboliques, emblématiques, philosophiques), concepts-clefs, etc…. Michel Tournier vise à éclairer le fonctionnement de la pensée. Parmi les ‘couples’ confrontés-assortis, citons : la peur et l’angoisse, l’âme et le corps, l’absolu et le relatif, l’homme et la femme… : une démarche binaire. Une citation clôt chaque rubrique.

Dans les Vertes lectures, essai publié en 2006 , Michel Tournier marque sa reconnaissance à l’égard des écrivains qui l’ont marqué et ce livre est aussi une incitation à la lecture pour les enfants et les parents.

 Michel Tournier écrit d’autres romans : Gaspard Melchior et Balthazar en 1980, Gilles et Jeanne 1983, La Goutte d’Or 1985, Eléazar ou la Source et le Buisson 1996. Il rédige aussi des Nouvelles : Le Coq de bruyère 1978, la Fugue du Petit Poucet 1979, Pierrot ou les secrets de la nuit 1979, Barbedor 1980, le Médianoche amoureux 1989. Il publie des Essais : le Vent de Paraclef 1978, le Vol du vampire 1981, Vues de dos 1981, des clefs et des serrures 1983, Petites proses 1986, Le Tabor et le Sinaï 1988, le Crépuscule des masques 1992, le Pied de la lettre 1994,  Célèbrations 1999, Journal extime 2002, Allemagne, un conte d’hiver de Henri Heine 2003, le Bonheur en Allemagne ? 2004. Et d’autres encore : Le Vagabond immobile (dessins de JM Toubeau), Pierrot ou les secrets de la nuit (Enfantimages), l’Aire du Muguet (A partir de 13 ans), Que ma joie demeure (Enfantimages), Rêves (Photos d’Arthur Tress).

Citations de Michel Tournier.coeur_073.gif

Dans un interview de François Busnel « Ecrivains, entretien » en juillet/août 2006, Michel Tournier précise que la somme d’argent qu’un livre peut rapporter ne l’intéresse pas , il veut que son livre vive ! Souhait exaucé puisqu’il vend 300 000 exemplaires de ses livres chaque année dont 100 000 pour Vendredi et la vie sauvage.

Michel tournier dit dans l’interview précité : «  Je suis un artisan  qui fabrique des livres;(…) Je ne fais pas celà par plaisir.(…) Si je n’avais pas de lecteurs,croyez moi, je n’écrirais pas. Je lirais. »

Il ajoute :  » Pour les vrais romanciers comme Balzac, Stendhal et Flaubert,(…) ce qu’ils veulent, c’est inventer une histoire pas raconter leur vie.(…) Le roman autobiographique. Je n’aime pas. »

Aussi : «  Parce qu’il est immense! Dévoré par une ambition démesurée, ce qui est très sain quand on est artiste. Moi je préfère Balzac (…), il écrit comme un cochon, il fait n’importe quoi, mais ce n’importe quoi est génial. »

Michel Tournier dit qu’il croit que pour être universel un livre doit toucher à la philosophie.

Encore :  » Ma force c’est ma lenteur. (…) Je peux passer des années sur un sujet.(…) Ce que l’on construit avec lenteur est généralement plus solide que ce qui se fait rapidement… J’ai très peu publié (…). »

En effet, dans un livre, Michel Tournier cherche tout d’abord la valeur littéraire, telle que Kant l’a définie. La beauté, nous dit Kant, est ce qui plait universellement et sans concept, c’est une finalité sans fin et une nécessité subjective. Pour Michel Tournier, le rôle de l’écrivain est de créer de la  valeur littéraire. Rien d’autre.

En parlant des enfants : « Bien sûr que l’on peut leur donner le goût à la lecture ! En faisant la lecture à haute voix, tout d’abord.(…) Je crois que les enfants s’intéressent aux histoires qu’on leur raconte. « 

 

coeur_073.gif

Michel Tournier habite depuis de nombreuses années un presbytère rénové, adossé au cimetière, à Choisel (78460), loin des mondanités. Il se déplace dans les écoles de la région pour présenter son livre Vendredi et la vie sauvage où il initie les enfants à la lecture et à la philosophie. Il fait partie du Comité de lecture chez Gallimard.

coeur_073.gif

Claire.background-2008_039.jpg 

Article écrit et publié par Claire le 04 Mars 2009. Claire a été toujours attirée par la Beauté des livres de Michel Tournier et l’Amour qu’il transmet.

Claire a beaucoup aimé lire « les Météores » roman qui présente, à son avis, le problème de la dualité. Un jour « Rémi », écrivain , a fait pour elle et Michel Tournier une analyse structurale de ce livre qui est aujourd’hui archivée à l’université d’Angers. Elle a beaucoup apprécié aussi la lecture du livre  » Le Miroir des idées « 

Claire a souvent croisé Michel Tournier lors de ses déplacements à Saint-Rémy-les-Chevreuse et à Chevreuse.

 Le miroir des idées

 

 

 

 

« Le désir sexuel est une faim de l’autre, et ressemble par bien des côtés à une pulsion cannibalesque. »

Michel Tournier

Extrait de Le Miroir des idées.

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...