MARIA CALLAS.

Les images d'une vie

Maria Callas est une des cantatrices les plus célèbres du monde. Elle a une voix au timbre particulier, un régistre étendu et un immense talent de comédienne. Elle a une voix puissante avec des aigues exceptionnelles. Cette voix a trois registres. La grave est très sombre, puissante, pratiquement celle d’un baryton. Elle descend plus bas que n’importe quel autre soprano. Son médium est extrèmement particulier et lui est propre; il a un aspect voilé. Le registre aigu est ample et lumineux avec un impressionnant do majeur.

Maria Callas est aussi une comédienne qui rétablit le jeu d’acteur à l’opéra. Elle interprète sur le plan musical les souffrances, la douleur, la nostalgie, le bonheur perdu. Elle sait faire passer à travers son chant, l’espoir et le désespoir, et toute sorte de sentiments extrèmes.

LA VIE DE MARIA CALLAS.

coeur_075.gif

Sophia Cécilia Anna Maria Kaloyeropoulos dite Maria Callas est née le 02 décembre 1923 à New York au Flower Hospital ( quartier de Manhattan). Mary est le prénom que lui conserveront jusqu’à sa mort tous ses intimes.

Son père Georges Kalayeropoulos tient une pharmatie à Maligalas, une bourgade de Messénie. Le couple a d’abord une fille Yakinthi dite Jakie, née en juin 1917 et un garçon Vassilis né en 1920 qui meurt d’une méningite en 1922. Sa mère est Evangélia, dite litsa Dimitriadou.

Les époux décident d’embarquer pour Les Etats Unis en 1923. Georges Kalayeropoulos ouvre la  » Splendid Pharmacy » à Manhattan en 1929. Le commerce prospère puis périclite à cause du Krach boursier de 1929. Etant mal assortis, les époux se disputent, se trompent et rompent. Le commerce est fermé. Le père itinérant fait malgré tout subsister sa famille.

La maison résonnait de variétés musicales mais aussi des grands chanteurs contemporains de l’époque. Les deux soeurs reprennent les mélodies . Elles apprennent le piano.

A partir de 8 ans Maria apprend la musique et le chant à l’école publique de Washington Heights puis Maria Calas participe à des concerts à l’école. Elle est appelée la fille à la voix d’or.

Au cours de l’été 1937, Evangélia conduit sa fille devant Maria Trivella au conservatoire national grec. Maria n’a que 14 ans. Evangélia ment sur son âge car elle n’aurait pu trop jeune y entrer. Maria Trivella l’accepte et lui enseigne le chant. Sa voix est exceptionnelle. Maria travaille dûrement. En 6 mois elle chante les arias les plus difficiles du répertoire.

Evangélia sollicite une nouvelle audition au conservatoire d’Athènes. Maria Calas est admise. Elle intègre à la fin de 1939 la classe d’Elvira de Hidalgo. Hidalgo lui trouve des seconds rôles d’Opéra qui lui permettent de gagner sa vie. Maria Callas était une adolescente grassouillette et très myope disait son professeur.

D’Elvira de Hidalgo : ”Une véritable cascade de sons pas entièrement contrôlés, mais je me suis imaginée la joie que j’aurais à travailler à partir d’un tel métal, à révéler à celle qui les possédait, mais qui n’en avait pas conscience, des ressources dramatiques uniques.”

LA CARRIERE DE MARIA CALLAS.

coeur_075.gif

Elle a maintenant une voix de soprano lyrique. Maria commence sa carrière professionnelle à l’âge de 17 ans dans l’opérette Boccacio de Franz Von Suppé.

En 1945, elle passe une audition devant le Directeur du Métropolitan Opéra. Elle est admise.  Cependant, elle n’accepte pas de chanter en anglais un opéra italien.

En 1946, Maria Callas est sous contrat pour la réouverture de l’opéra de chicago. L’établissement malheureusement fait faillite.

Sa carrière prend un tournant décisif lorsqu’elle rencontre le chef d’orchestre Italien Sérafin Tullio qui lui offre la Gioconda de Ponchielli aux arènes de Vérone en 1947.

Maria Callas rencontre le patron d’une entreprise de Briques Giovanni Baptista Meneghini,dit Titta, de 40 son ainé, féru d’opéras. Elle l’épouse le 21 avril 1949 à Vérone. Il sera à la fois son mari, son mentor et son impressario.

Le 14 avril 1947, Maria Callas chante à la Scala de Milan, le rôle titre d’un ouvrage oublié de Donizetti, Anna Bolena. Elle noue dès lors une longue histoire d’Amour avec son public dans un répertoire très large, varié et difficile.

Maria Callas : J’ai eu le privilège de connaître une destinée extraordinaire. Je suis une créature du destin. Il s’est emparé de moi, il a tracé ma voie. Je ne m’appartiens pas mais suis le témoin extérieur de ma propre vie.”
Maria Callas, 1970

LA RENCONTRE DE MARIA CALLAS ET D’ARISTOTE ONASSIS.

coeur_075.gif

Maria Callas rencontre Aristote Onassis, l’armateur grec milliardaire aux multiples conquêtes, au cours d’un bal à Venise en 1957. Ils sont tous deux mariés. Au mois de juillet 1959 au cours d’une croisière sur son yacht, elle devient sa maîtresse. Elle divorcera de M. Meneghini en octobre de la même année.

Maria Callas abandonne sa carrière pour se consacrer à son amant. Onassis était le double que chacun recherchait, disait elle. Elle a voulu réaliser avec lui sa vie de femme, il a tué la cantatrice. Restant sans travailler sa voix, elle a une baisse considérable de ses possibilités vocales. Elle se retire de la scène en 1965. Officiellement Maria Callas se repose. En vérité, la Diva travaille, en secret. Elle croit toujours au possible retour. En 1969, le cinéaste Pier Paolo Posolini tourne Médée, pour un film non musical, avec Maria Callas dans le rôle titre. Le tournage est éprouvant pour la cantatrice et le film n’est pas un succés.

Elle aura avec Aristote Onassis un enfant Omério Langrini, né prématurément à Milan et qui mourra quelques heures après sa naissance.

En 1966, elle obtient la nationalité grecque ainsi que l’annulation de son mariage. Elle espère officialiser sa liaison avec Aristote Onassis. Mais ce dernier épouse une autre femme, Jackie Kennedy, veuve du Président John F Kennedy, le 20 octobre 1968. Blessée mais profondèment amoureuse, Maria restera attachée jusqu’au bout à son amant.

Lorsqu’Onassis fut hospitalisé pour la pneumonie qui lui sera fatale, Maria Callas se rendra régulièrement à son chevet pour le voir et lui apporter son soutien.

« Je ne fais plus confiance à la gloire ! «  dit-elle lors d’un interview. Jusqu’en 1972 toutes ses tentatives de remonter sur scène avortent.

En 1973, à l’âge de 49 ans c’est le retour en compagnie du Ténor Giuseppe Di Stephano. Sa tournée débute le 25 octobre à Hambourg. Elle se continue de Madrid à Amsterdam, de Paris à New York pour s’achever le 11 Novembre 1974 à Sapporo au Japon.

La voix de Maria Callas n’est plus la même. Malgré un travail acharné, elle ne retrouve pas sa voix initiale.

Maria Callas avoue un soir à sa soeur au téléphone : «  J’ai perdu ma voix, il ne me reste qu’à mourir ».

coeur_075.gif

Le 16 Septembre 1977 à 13h 30 Maria Callas meurt, seule, d’une embolie pulmonaire dans son appartement parisien, à l’âge de 53 ans. Elle est incinérée le 20 Septembre 1977 au cimetière du Père Lachaise. Ses cendres sont dispersées dans la Mer Egée.

Maria Callas a été une grande cantatrice et artiste. Par l’interprètation de ses personnages et à travers sa voix elle sut faire partager à son public, la souffrance, le bonheur, les humiliations, le désespoir. Mais ces sentiments n’ont-ils pas tous fait partie de sa vie ?…

Durant sa carrière artistique, Maria Callas aura interprété, entre autres, maints opéras de Verdi et de Puccini.

Claire.background-2008_039.jpg 

Article écrit et publié par Claire le 01 Février 2009. Claire ne pouvait pas rester insensible à l’Amour que Maria Callas a donné à son public et le bonheur et à la douleur qu’elle a rencontré dans sa relation avec Aristote Onassis dont elle était éperdument amoureuse. Claire adore écouter chanter pendant des heures Maria Callas.

Maria Callas

 

 

 

 


5 commentaires

  1. naguere dit :

    Je me rappelle avoir lu un article, vers la fin de sa vie (dans Match, avant les magazines people) où elle traînait sa solitude Avenue Foch (où elle habitait) en compagnie de son petit chien. Triste destin. Quant à Jackie Kennedy, j’ai lu pas mal de biographies : elle aimait le fric, point. Du reste la légende dorée du couple Jackie / John s’est lamentablement effritée. Pauvre Marilyn, autre grande amoureuse devant l’éternel…

  2. fleurdelyss dit :

    Coucou Chantal
    J’ai lu un livre sur la vie de MARIA CALLAS ET D’ARISTOTE ONASSIS……Très intéressant….

    Je viens de lire ton message, et je t’ai répondu sur mon blog.
    Bon dimanche
    A bientôt

    Dernière publication sur Le Monde de la Photo et de la Création : zzzzzzz

  3. Marie dit :

    Merci beaucoup pour ce blog où vous prolongez l’aura magnifique de Maria Callas… Que vous dire d’autre que merci ?
    L’opéra a perdu son âme depuis sa mort. Certes, de valeureux chanteurs ont tenté de « relever le gant », mais aucun d’entre eux ne restera dans l’histoire comme la grande Maria.
    Par son courage à être vraie, elle a transcendé les partitions qu’elle a interprétées. Elle a rendu la scène plus vraie que nature.

    Encore merci pour elle.

  4. berneau elisabeth dit :

    bonjour Claire,

    Merveilleuse Maria Callas!Je regrette de ne pas l’avoir écoutée plus tôt.Le soir ,avant de m’endormir,
    J’écoute Maria dans « sanson et Dalila »,ou bien « Notre
    Petite Table »,ou encore « Gigi ».Ce moment est
    toujours précieux et émouvant,merci Maria.
    Elisabeth Berneau

  5. kanga erick dit :

    Bonjour
    Je n’ai certes pas connu la CALLAS,mais de par quelques extraits entendus ça et là, je puis affirmer qu’elle a revolutionné le chant lyrique; mais hélas a fini comme les personnages qu’elle interpretait. Elle a peut etre involaitairement donné envie a beaucoup de jeunes de chanter. Merci pour tout et pourquoi ne formerions nous pas forum des amoureux du chant classique afin de partager nos idées, expériences etc

    ERICKQ un amoureux du chant classique venant de COTE D’IVOIRE
    COUCOU 0 TOUS

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...