LA LORELEI.

 

4ef91c44f3623923508a8b37e2cf194a.jpg   LA LORELEI. dans -Histoires et légendes. u4hv7lxs

Le rocher de la Lorelei. 

La légende parle de la Lorelei comme d’une sirène blonde qui est assise sur le rocher du même nom et que son chant envoûtant entraîne les marins qui passent en bâteau sur le Rhin à la mort. Ce rocher culmine à 132 mètres au-dessus du Rhin près de Saint Goarshausen, en Allemagne. Le courant très violent à cet endroit et les rochers immergés ont causé de nombreux accidents de bâteaux.

La légende veut que ces marins aient entendu le chant harmonieux et mystérieux de la Lorelei et qu’ils en aient oublié les courants du Rhin . Leur bâteau a ainsi chaviré dans le fleuve.

En littérature, La Lorelei est une femme qui symbolise aussi l’amour passion. Son amant infidèle est parti et elle croit voir le bâteau qui l’emmène et qui s’éloigne. Elle se jette alors dans le fleuve et se noie.

Cette légende se perpétue tout au long des 19 ème et 20 ème siècles. On retrouve la Loreley de Guillaume Appolinaire, la Loreley de Gérard de Nerval.

Au début du 19ème siècle, Clémens Brentano (1778-1842), écrivain romantique allemand écrit plusieurs variations sur le thème de la Lorelei. On voit alors apparaître une femme blonde et malheureuse sur un rocher dans un conte rhénan.

Heinrich Heine rédige une poèsie, l’histoire Die LoreLey en 1824 qui sera mise en musique et popularisée par le compositeur Friedrich Silcher :

Die LoreLey.

Mon Cœur, pourquoi ces noirs présages?
Je suis triste à mourir.
Une histoire des anciens âges
Hante mon Souvenir.

Déjà l’air fraîchit, le soir tombe
Sur le Rhin, coulant calmement ;
Seul, un haut rocher qui surplombe
Brille aux feux du couchant.

Là-haut, des nymphes la plus belle,
Assise, rêve encore ;
Sa main, où la bague étincelle,
Peigne ses cheveux d’or.

Le peigne est magique. Elle chante,
Timbre étrange et vainqueur,
Tremblez fuyez ! La voix touchante
Ensorcelle le cœur.

Dans sa barque, le marin qui passe
Pris d’un soudain transport,
Sans le voir, les yeux dans l’espace,
Vient sur l’écueil de mort.

L’écueil brise, le gouffre enserre,
La nacelle est noyée,
Et voila le mal que peut faire
Loreley sur son rocher

Heinrich Heine.

Claire.background-2008_039.jpg 

Légende rapportée et publiée par Claire le 22 Février 2009. Claire ne pouvait rester indifférente à la Lorelei, « petit nom » que lui avait donné son professeur d’allemand lors de son entrée en sixième et qui l’a suivie dans cette matière plusieurs années.


Archive pour février, 2009

LES MUSES.

LES MUSES. dans -Histoires et légendes. 350px-Muses_sarcophagus_Louvre_MR880

Sarcophage des Muses, IIème siècle, musée du Louvre. 

Les Muses étaient les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne, la Mémoire. Au départ on ne les distinguait pas les unes des autres. Leurs coeurs n’aspiraient qu’au chant et leur esprit était dégagé de tout souci.

Plus tard, chacune d’elles eut sa propre attribution : Clio était la Muse de L’Histoire, Uranie celle de l’Astronomie, Melpomène était la Tragédie, Thalie la Comédie, Terpsichore la Danse, Calliope la Poésie épique; Erato s’occupait de la Poésie amoureuse, Polymnie des chants religieux et de la Rhétorique, Euterpe de la Poésie lyrique et de la Musique.

Les Muses sont facilement reconnaissables dans l’art. En effet lorsqu’elles accompagnent Apollon, leurs différents attributs permettent de les distinguer :

- Clio une couronne de lauriers, un cygne, un livre ou un rouleau, une tablette et un stylet.

- Uranie a un compas, une couronne d’étoiles, un globe.

- Thalie a un unstrument de musique souvent une viole, un masque comique et un rouleau.

- Terpsichore a un instrument de musique à cordes comme une viole ou une lyre par exemple.

- Calliope a une couronne de lauriers, un livre, une tablette et un stylet, une trompette.

- Erato a un tambourin, une lyre, une viole, un cygne.

- Euterpe a une Flûte simple ou double et un autre instrument de musique ( Trompette).

- Melpomène a un cor, une couronne, une épée, un masque tragique, un sceptre à ses pieds.

- Polymnie a un intrument de musique, souvent un orgue.

Hésidio, un poète, habitait pas très loin de l’Hélicon, l’une des montagnes des Muses. Les autres lieux étaient le Piérus en Pierie où elles étaient nées, le Pinde, le Parnasse et bien entendu l’Olympe.

Un jour le poète vit les Muses qui lui dirent :  » Nous savons proférer des mensonges qui semblent vrais, mais lorsque nous y consentons, nous pouvons dire aussi la Vérité. »

Elles étaient les compagnes d’Apollon, dieu de la Vérité et celles des Trois Grâces. Pindare nous dit que la lyre étaient leur propriété autant que celle d’Apollon :  » La lyre dorée que le pas de la danseuse écoute, Apollon la possède ainsi que les Muses couronnées de Violettes. « 

Les Muses inspiraient certains hommes qui été alors vénéré bien plus qu’un prêtre.

C’est Platon ( dans Ion) vers 401 avant JC, puis les néo-platoniciens, qui firent des neuf Muses les médiatrices entre le dieu et le poète ou tout créateur.

Claire.background-2008_039.jpg 

Histoire écrite et publiée par Claire le 21 Février 2009 d’après les légendes grecques. Comment Claire pouvait-elle résister aux Muses qui inspirent les poètes, les écrivains, les chanteurs, les peintres et …tous les artistes.

 

LE BLEU DE TES YEUX.

 LE BLEU DE TES YEUX. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. iwo65hiv

J’aime me promener dans le bleu de tes yeux. J’accroche mon regard et je découvre alors un paysage merveilleux. Dans le bleu de tes yeux, je peux voir la mer et les vagues turquoises, d’une beauté sans pareil.

Mon amour,

Dans le bleu de tes yeux, j’aime aller me perdre. Je vois alors le ciel sans nuage éclatant et j’aperçois cet iris souligné d’un turquoise plus foncé et de jaune où le soleil se mêle.

La nuit dans la pénombre à la lumière des phares, je ne vois encore qu’eux qui brillent de mille éclats. Ils se sont parés d’un bleu turquoise foncé et j’aime me fondre toujours dans ce regard si lumineux .

Mon amour,

Dans le bleu de tes yeux, je vois le plus radieux des mondes, un monde fait de bleu comme un grand lac limpide, je nage par la pensée dans cette étendue d’eau si claire et transparente et j’aime y flotter encore des heures durant.

Grâce au bleu de tes yeux, je suis devenu très  » fleur bleue » et surtout amoureux. Plus bleu que le bleu de tes yeux je ne vois rien de mieux.

Mon amour,

Plus blond que tes cheveux dorés  comme les champs de blé, il n’y a rien de pareil. Ils ressemblent à l’éclat du soleil et réchauffent mon coeur.

Comment ne pas t’aimer ma superbe déesse. Aphrodite t’a donné la beauté et l’amour auxquels aucun homme ne pouvait résister.

Claire.background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 15 Février 2009.

ecrire dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

CITATION D’HOMME CELEBRE.

Tes yeux sont si profonds que j’y perd la mémoire.

Louis Aragon

Extrait du poème les yeux d’Elsa.

ABELARD ET HELOISE.

ABELARD ET HELOISE. dans -Histoires et légendes. 200px-Edmund_Blair_Leighton_-_Abaelard_Und_Seine_Sch%C3%BClerin_Heloisa 

Pierre Abélard et Héloïse selon Edmund Blair Leighton.

Abélard.

Pierre Abélard ( 1079-1142) est né en Bretagne, au Pallet, près de Nantes en 1079 dans une famille noble. Sa mère se prénommait Lucie et son père Béranger. Il eut 3 frères et une soeur. Après l’éducation que lui apporta son père, il suivit l’enseignement de Roscelin de Compiègne à Loches, puis à Angers et à Tours avec d’autres Maîtres. Il vint à Paris vers 1100 pour y suivre avec l’enseignement de Guillaume de Champeaux, archidiacre à Notre-Dame. Mais ayant des idées contraires, ils deviennent vite rivaux et ennemis.

A Paris comme à Laon, il étudie auprès d’Anselme et se fait remarquer. C’est un théologien, philosophe et compositeur français. Il a été l’un des fondateurs de la méthode scolastique avec Alexandre de Hales.

Vers 1102 il revient à Paris. Il est devenu maître. Il s’installe aux environs de Paris.  Il fonde sur la montagne Sainte-Geneviève en 1108 une école de rhétorique et de théologie. Il y enseigne aussi la philosophie scolastique. Il devient vite l’un des philosophes les plus importants de sa génération.

Cette école est fréquentée par 3000 auditeurs de toutes nations. Il débute plus tardivement ses études de théologie mais son succés est aussi grand dans l’enseignement de cette matière.

Abélard est un spécialiste du langage. Chez lui la dialectique s’apparente à la logique. Les mots sont conventionnels mais ils ont une valeur significative par la pensée. L’esprit opère sur l’individuel un travail d’abstraction qui le dépouille de ses particularités pour ne considérer que les éléments communs. Mais Abélard reste proche de la théorie néo-platonnienne des idées divines malgré sa position proche du nominalisme.

Nous lui devons de nombreuses oeuvres de logique, un traité intitulé  » Scito te ipsum » (connais toi toi-même). Abélard cherche aussi à résoudre les oppositions sur des questions où les Pères de l’Eglise font des affirmations qui s’opposent entre elles.

En ce XIIème siècle où les civilisations se rejoignent, Abélard est précurseur du dialogue interculturel. Il écrit le Dialogue entre un philosophe, un juif et un chrétien (1142) qui restera inachevé.

Abélard fut également un compositeur renommé de son temps. Ses chansons ne furent toutefois pas retrouvées. Cependant, on possède de nombreux hymnes et planctus qu’il composa pour les moniales du Paraclet.( Monastère près de Troyes, non loin de Provins).

Il est considéré par certains comme un hérétique vu ses positions théologiques et doctrinaires.  Il disait :  » La foi est l’opinion qu’on se fait des réalités cachées, non évidentes. » Or la foi est un don une grâce de dieu que nous pouvons soit accepter, soit refuser. Il est condamné en 1140 par le consul de Sens et se soumet.

Héloïse.

Héloïse ( 1101-1164) est une savante et religieuse française du moyen âge. Elle était probablement de la famille Garlande qui avait de l’argent et des membres influents. Elle était d’un niveau social inférieur à Abélard qui était noble.

Héloïse a passé son enfance au monastère d’Argenteuil sous la garde de son oncle le chanoine Fulbert à Paris.

Elle  fut une des élèves d’Abélard. Elle se fit remarquer par son esprit, ses connaissances et sa beauté qui lui valurent une renommée dans Paris à l’âge de 16 ans.

Abélard et Héloïse.

Dans la perspective de diriger les études d’Héloïse, Abélard fut accepté pour sa renommée et pris en pension chez le chamoine Fulbert, oncle d’Héloïse. Abélard est alors l’un des plus imminents professeurs de son époque, mais ce dernier chercha à devenir le professeur d’Héloïse aussi pour la séduire.

Héloïse tomba enceinte. Abélard expédia Héloïse en Bretagne dans sa famille où elle mit au monde un fils, nommé Astrolabe. Ce fils fut confié à la garde de la soeur d’Abélard.

Abélard et Héloïse se marièrent en secret sur l’insistence de Fulbert. Abélard veut le garder secret pour ne pas nuire à sa carrière universitaire. Mais Fulbert révèle ce mariage et crie au scandale. Abélard a placé Héloïse au couvent d’Argenteuil.

Le chanoine veut la répudiation et il prend des hommes de mains pour aller mutiler Abélard. Ils le châtrent de force. Désespéré Abélard se fait moine.

Le scandale est énorme car cette punition est réservée aux adultères. Comme punition, les deux malfrats qui ont suivi Fulbert subissent le même sort que la victime. Ils ont de plus les yeux crevés et Fulbert est suspendu. Mais sa disgrâce ne durera pas. Il fut réintégré parmi les chanoines de Notre-Dame.

Héloïse reste au couvent et prend le voile au Monastère d’Argenteuil où elle a passé son adolescence. Elle continue à entretenir une correspondance avec son mari et ses lettres sont les plus connues et les plus anciennes de l’amour romantique (Lettres célèbres d’Abélard et d’Héloïse écrites dans leur monastère respectif). Eloîse à Abélard :  » Tu sais, mon très cher, tout le monde le sait, j’ai été éprouvée par la perte, combien, dans cette misérable circonstance, une monstrueuse trahison, qui a fait le tour du monde, m’a ravie de moi-même en t’enlevant à moi. »( Nelle version des lettres I-VI, par Roland Oberson, Editions l’Age d’Homme, Lausanne, 2002, p175-176).

Elle soutint toujours Abélard. Elle a dominé son temps par sa sagesse, sa force et son habileté. Chassée d’Argenteuil , elle devint l’abbesse d’un prieuré qui avait appartenu à Abélard (le Paraclet).

Abélard mourut à 63 ans dans le prieuré clunisien de Saint Marcel, près de Châlon-sur- Saône le 21 Avril 1142. Son corps est transporté au Paraclet et Héloïse morte en 1164 est enterrée à ses côtés. En 1817, la ville de Paris, organise le transfert des dépouilles d’Abélard et d’Héloïse, dans un Mausaulée, couvert de deux gisants, au cimetière du Père-Lachaise ( division 7). Il est devenu un lieu de pélérinage pour les amants.

Claire.background-2008_039.jpg 

Histoire écrite et publiée par Claire le 14 Février 2009. Lors d’une promenade avec Rémi au cimetière du Père Lachaise à Paris, Claire a découvert le Mausolée des deux amants légendaires.

LA SAINT-VALENTIN.

 

Doisneau Robert - Le Baiser De lHotel De Ville Paris 1950LA SAINT-VALENTIN. dans -Histoires et légendes. ange_cupidon

Le Baiser de l’Hôtel De Ville de Robert Doisneau – Paris 1950.

Dans la Rome antique, les lupercales ( fêtes annuelles) du nom du dieu des troupeaux et des bergers Faunus Lupercus que l’on représente vêtu de peaux de chèvre, célèbraient l’amour et la fécondité, les 14 et 15 février. C’est depuis l’antiquité que chaque année l’amour a été célèbré à cette date.

Au Moyen Age, le cavalier d’une jeune fille était appelé  » Valentin  » et devait offrir un cadeau à la  » Belle  » qu’il avait choisie. Le 14 février les jeunes filles qui n’avaient pas encore de cavalier observaient les oiseaux pour connaître la condition de leur futur prétendant : si elles apercevaient un rouge-gorge, le Futur serait marin, un moineau elles seraient heureuses en mariage mais l’homme ne serait pas fortuné, un chardonneret  l’homme serait riche.

A partir du XIXème siècle, des lettres sont adressées le jour de la Saint-Valentin. Les hommes envoyaient des mots doux à leurs Belles. Des cartes fabriquées, illustrées d’un coeur ou d’un Cupidon ailé par exemple, étaient vendues à cette occasion dans les boutiques.

De nos jours,  la tradition perdure mais l’on utilise aussi internet. La Saint-Valentin permet également de renouer avec les valeurs de l’amour, du don, de la complicité à deux. Vous pouvez offrir des fleurs qui sont le cadeau le plus offert, avec les rouges vous exprimez la passion, avec les blanches un amour pur et raffiné. Avec la couleur rose vous démontrez votre tendresse et avec le orange vous montrez votre désir. Mais encore d’autres choix sont possibles : de la lingerie, des bijoux, des parfums .

Maintenant l’amour gourmand, vous achetez des chocolats cette délicieuse confiserie aurait des vertus aphrodisiaques. Ou vous craquez pour un dîner aux chandelles, avec par exemple un vin Beaujolais Saint-Amour, qui est aussi très apprécié …

Claire.background-2008_039.jpg     0055_3_

Texte écrit  et publié par Claire le 14 Février 2009. Claire est sensible à cette légende et fête des Amoureux…                     9jmng9tw dans -Histoires et légendes.

 

LE CHIFFRE 9 CHEZ DANTE.

 

LE CHIFFRE 9 CHEZ DANTE. dans -Analyse livres d'Amour 9_06

Le 9 chiffre symbolique.

Dans Vie Nouvelle, lorsqu’il rencontre Béatrice, elle a 9 ans, puis il la revoit les 9 années suivantes, un 9ème jour, à la nouvelle de sa mort il souffrit 9 jours etc…

 Dans La Divine Comédie, Dante parle des 9 niveaux de l’enfer qui sont calqués sur les 9 cieux que parcourt Dante où il retrouve Béatrice pour arriver à l’Empyrée.

 Le 9 découle du Chiffre 3 :

 Il est à noter en second lieu que le chiffre neuf est le multiple de 3 (3×3).

Le 3 est un chiffre fondamental. Il résulte de la conjonction de 1 et 2, produit de l’union du ciel et de la terre.

Le 3 représente aussi le père, la mère et l’enfant.

Le 3 est encore dans le signe de croix  » au nom du père, du fils et du saint esprit « . On les retrouve dans le dogme de « la Trinité » ou Dieu trinitaire, l’Evangile selon Matthieu 28:19  » Allez faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. »

Le premier signe qu’apprend le franc-maçon est le baiser de paix et de fraternité qui se pratique sous la forme d’une triple accolade.

Le symbole le plus connu chez les Francs maçons est le chiffre 3 et  » le triangle ».

Le 3 représente chez les Egyptiens « la Triade » : Isis Osiris et leur fils Horus, premier pharaon d’Egypte.

Chez les Grecs, Zeus avait comme royaume le ciel et la terre, Poséidon les Océans, Hades les Enfers.

Chez les Chinois le 3 est le nombre parfait.

Nous pourrions dire aussi :

Pour les Francs maçons, trois grades : Apprentis, Compagnons, Maître.

Trois âges : enfance, maturité, vieillesse.

Trois âmes : végétative, animale, intellective.

Trois dimentions : longueur, largeur, hauteur (profondeur).

Dans la Divine Comédie Dante a trois guides : d’abard Virgile, puis Béatrice et enfin Saint-Bernard.

Le 9, chiffre symbolique :

Les Francs maçons ont fait du chiffre 9 le nombre éternel de l’immortalité humaine. Les 9 maîtres, prévenus par la Reine de Saba, retrouvèrent le corps et la tombe d’Hiram, l’architecte qui a construit le temple de Salomon, avec les tabliers des compagnons meurtriers puis le compas, l’équerre et le maillet, les instruments qui permettre de mettre le temple à l’ordre. Hiram avait été tué par les compagnons qui voulaient se saisir de son mot de passe et auxquels Hiram refusa de le donner, quitte à en perdre la vie. Le 9 est ainsi le chiffre nécessaire pour que la totalité de la connaissance soit retrouvée.

Le 9 et le nombre de mois nécessaires à l’achèvement, à terme, d’un foetus.

Le 9, par sa forme, descend vers la terre. Il est donc un symbole de germination, donc de vie.

En Chine, le 9 est le nombre du Yang, le principe masculin qui est associé au soleil, à la clarté, à la chaleur, au positif et complèmentaire du Yin, principe féminin, associé à la lune, au sombre, au froid, au négatif.

Jésus expire à la 9ème heure, cloué sur la croix ;  » Il était déjà la 6ème heure environ, et il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la 9ème heure. Le soleil s’obscurcit et le voile du temple se déchira par le milieu. Jésus s’écria d’une voix forte : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. » (Luc 23:44-46)

Les 9 périodes de suite, jours, mois, années etc.. de retraite et de prière, à une intention particulière, dans une neuvaine sont sources de grâces divines.

La Constitution apostolique  » Universi Dominici Gregis » sur la  » vacance du siège apostolique et l’élection du pontife romain » est un document rédigé par Jean-Paul II en 1996, réformant un document beaucoup plus ancien. Ce document décrit de façon très précise le déroulement des évènements qui suivent  la mort du Pape. A la mort d’un Pape, il y a 9 jours de deuil et de prières. Chaque jour, les cardinaux célèbrent un service funèbre pour le repos de l’âme du Pape : Novemdiales (en latin : 9 jours).Une oraison ininterrompue, qui dure depuis 2000 ans.

En tant que produit de 3×3, il est l’expression de la perfection.

Le 9 est le dernier nombre simple et annonce encore la fin d’une série de nombres et le commencement d’une nouvelle série 10, etc…Il est donc le symbole de la fin et du renouveau.

Le nombre 9 possède une particularité intéressante. Si nous le multiplions par n’importe quel autre nombre et que nous additionnons les chiffres qui composent la réponse, la somme sera toujours égale à 9, excepté pour la multiplication par 0.

9×1 =  9 => 9+0 = 9 – 9 x 2 = 18 => 1+8 = 9 – 4000 x 9 = 36000 => 3+6+0+0+0 = 9

Chez Dante le chiffre 9 semble être le symbole de l'Amour, d'un amour sacré.

Dans La Divine Comédie, je rappelle que Dante parle des 9 niveaux de l’enfer, qui servent métaphoriquement de degrés dans la déchéance humaine. Les cercles de l’enfer, tels qu’il les a appelés, sont calqués sur les 9 cieux que parcourt Dante avant d’arriver à L’Empyrée. 

Dans Vie Nouvelle, le chiffre 9 chez Dante, est symbole de la perfection (3 fois 3) .

Claire.background-2008_039.jpg 

Ecrit et publié par Claire le 09 Février 2009. Ce chiffre 9 a attiré l’attention de Claire dans l’oeuvre de Dante.

DESCARTES ET LA PHILOSOPHIE.

DESCARTES ET LA PHILOSOPHIE. dans -Hommes célèbres. 180px-Descartes2 dove.gif

  Descartes refuse de s’embarasser des citations des anciens en tous domaines.  Il constate que ces pesantes disciplines ne conduisent à aucun chemin balisé vers le vrai.

  Hégel dit à propos de Descartes : ” C’est un héros- il a repris les choses par les commencements, et il a retrouvé de nouveau le sol de la philosophie, auquel elle est revenue après un égarement de mille ans.” Propos malgré tout excessif…

  Dans le Discours de la Méthode il mentionne ses études et la déception qu’elles lui occasionnent. Il se met en scène dans les Médidations métaphysiques.

  Descartes ne se destinait pas à une carrière philosophique. Ce furent la controverse ptoléméo-copercienne et le procès de Galilée (1633) qui orientèrent sa carrière vers la philosophie.

Le “je” chez Descartes. 

  Descartes en effet dit ” je”. Il ne dissocie pas recherche de vérité et de subjectivité. Il ne dissocie pas l’histoire de ses pensées de la construction d’une méthode. Ce ” je” fort rare jusqu’alors dans les textes philosophiques possède un statut très particulier.

  La particularité du ” je” cartésien tient au fait qu’il se situe entre le singulier et l’universel, entre l’individualité particulière et l’énoncé impersonnel et objectif.

  Descartes décrit une histoire personnelle, un itinéraire personnel mais dans le même temps il en fait un levier vers l’universel. Il permet à l’autre d’avancer, à son tour, sur le chemin qui le conduira par ses propres forces à des connaissances vraies. Il indique les règles que l’on suit pour atteindre la vérité.

  En matière de savoir pour Descartes l’essentiel est une meilleure utilisation de la capacité commune, identique en nous tous, et de distinguer le vrai du faux. Avec la raison, chacun possède un instrument similaire. Toutefois certains deviennent savants d’autres non. Quelques uns font des découvertes d’autres pas. Pourquoi ? Uniquement dans la manière dont ils se servent de cet instrument. La méthode est avant tout un mode d’emploi.  Comment sa raison peut-elle devenir efficace ?

  Notre entendement est limité. Nos capacités d’atteindre des connaissances vraies sont faibles. Le pouvoir de la raison et ses limites sont identiques à chacun. Entre l’ignorance et la science, le partage se fait seulement par l’usage de cet outil assez pauvre que nous possèdons tous.

  Descartes commence donc à rédiger les Règles pour la direction de l’esprit, publie pour premier livre le Discours de la Méthode. Il enseigne la façon de se servir des moyens intellectuels dont nous disposons.

  N’accepter pour vrai que ce qui s’impose comme évident, décomposer les difficultés pour les résoudre élément par élément. Il est à noter qu’à l’époque de Descartes, des masses de connaissances étaient enseignées sans examen critique. On tenait compte de l’autorité des auteurs qui les avaient soutenues, du prestige qui les entourait et du soutien de l’église. Descartes rompt avec tout celà.

  L’humilité de Descartes tient au fait qu’il indique que chacun pourra en faire autant , que ses facultés sont les mêmes que les autres individus. La démesure et l’orgueil consiste à dire qu’il est le premier à détenir les clefs d’un savoir concernant toutes choses. 

La vie de Descartes. 

  Descartes est né le 31 mars 1596 à la Haye en Touraine, aujourd’hui dénommée Descartes, dans une famille bourgeoise. Il est le 3ème enfant de Joachim Descartes, conseiller au Parlement de Rennes.

  Il a un an lorsque sa mère meurt. Il est élevé par sa grand-mère et son père.

  Descartes est un enfant maladif et il se fait remarquer par des dons intellectuels précoses. Il ne cesse de poser des questions.

  A l’âge de 11 ans, Descartes entre au collège royal Henri le Grand à la Flèche ( Sarthe) où enseignait les jésuites et il y reste jusqu’à l’âge de 18 ans. Il reçoit un traitement de faveur en raison de sa mauvaise santé et de ses dons. Descartes apprend la philosophie, la philosophie scolastique et les mathématiques.

  En 1616, il obtient son baccalauréat et sa licence de droit à l’université de Poitiers. Après ses études il part vivre à Paris.

  Il se retire solitaire dans un quartier de la ville pour se consacrer à l’étude, pendant 2 années de vie cachée.

  En 1618, il s’engage en Hollande à l’école de guerre de Maurice Nassau, Prince d’Orange. Il fait la connaissance la même année du mathématicien et physicien Isaac Beeckman en novembre 1618, une rencontre décisive pour lui. Ce savant avait l’habitude de cerner des problèmes non résolus de mathématiques et de physiques. Avec son cercle d’amis, il proposait une récompense à celui qui ajouterait une voie vers une solution valable.

  En 1619, Descartes quitte la Hollande pour le Danemark puis l’Allemagne où la guerre de Trente ans éclate. Il s’engage alors dans l’armée du Duc Maximilien de Bavière. Cette année là il s’interesse à l’ordre de la Rose Croix mais il nie y avoir appartenu.

  Le  10 Novembre 1619, il fait 3 songes qui l’éclairèrent sur sa vocation. Il renonce alors à la vie militaire. De 1620 à 1622, il voyage en Allemagne et en Hollande puis revient en France.

  En 1622, Descartes estime sa fortune suffisante pour ne pas avoir à travailler. Il quitte le métier des armes qui lui était destiné. Il règle ses affaires de famille et recommence à voyager et visite l’Italie.

  De l’été 1625 à l’automne 1627, Descartes est à nouveau en France. Il fréquente le Monde, cherche la compagnie des Savants. Il se bat en duel. A l’automne 1627, chez le nonce du pape, le cardinal Bérulle lui fait obligation de conscience d’étudier la philosophie. Il part alors en Bretagne pendant l’hiver 1627-1628.

  Cherchant la solitude, il décrète de s’installer dans les Provinces-Unies. Il va voir Beeckman mais revient à Paris en 1628 puis s’installe définitivement en Hollande en 1629.

  De 1637 à 1641, il vit une période heureuse. Il publie en Français le Discours de la méthode. Il vit avec Hélène Jans, une servante. En août 1635, il a et reconnait sa fille Francine. Mais cet enfant meurt en septembre 1640 laissant Descartes effondré. Un mois plus tard il perd son père.

  En 1643, il rencontre Elisabeth de Bohême, fille de l’électeur Palatin détrôné en exil en Hollande. Il commence une correspondance abondante avec la jeune femme, pleine d’esprit.

  Descartes n’aime pas être en lumière. Son goût du retrait et de l’anonymat est constant. Il arrive même qu’il loue une demeure et y fasse porter ses malles…et qu’il vive ailleurs.

  Descartes est à Stockholm lorsqu’il meurt d’une pneumonie dans le glacial Palais Royal de Suède le 11 février 1650. La rigueur du climat et les entretiens matinaux avec la Reine avant 5 heures du matin ont eu raison de sa santé…

L’oeuvre de Descartes. 

  Tout au long de son oeuvre la vérité s’impose. L’erreur est la conséquence d’une précipitation. Quelle constatation est suffisamment claire et nette pour que nous la déclarions vraie ? Question cruciale car il pourrait y avoir rien du tout qui soit absolument certain. Dans ce cas nous devrions renoncer à la connaissance, à la vérité, à la philosophie.

  Pour obtenir au moins une vérité incontestable, Descartes s’emploie à amplifier la connaissance du doute. Plus le doute sera puissant, plus ce qui lui résistera sera solide ou bien tout sombre dans l’incertitude. Dans cette quête les étapes sont graduées.

  Le philosophe commence par reprendre les doutes forgés par les sceptiques grecs de l’Antiquité. Même si le carré dont je compte les côtés n’existe pas matériellement, il n’en est pas moins de doute que ce carré auquel je pense a quatre côtés et quatre angles droits. Descartes va plus loin : et si un Dieu, tout puissant et trompeur me faisait trouver quatre quand je les compte alors que la vraie réponse serait différente ?

  Même si ma pensée est manipulée, même si le monde extérieur n’existe pas et que mon propre corps est une illusion, il reste absolument certain que je pense, c’est une certitude absolue. Sur cette pierre Descartes bâtit sa philosophie.

  Elle est d’abord une découverte de la liberté, liée à la joie de penser et de modèliser à partir de l’entité simple, de l’élément connu en usant d’un supposé bon sens partagé par tous.

  Il construit sur le doute et l’observation, la méthode apporte joie et liberté au penseur Descartes.

  Le “Je pense donc je suis” qui en est l’âme est aussi sa définition personnelle de l’âme. Descartes dissocie la matière ou le corps de l’âme ou de la vie de l’esprit.

Discours de la méthode. 

  On découvre un texte inquiet et non pas une pensée sereine et organisée. Un jeune homme doué a reçu une bonne éducation, mais il en garde seulement la frustation de n’y rien avoir trouvé de solide ni d’assuré. Il entame seul pas à pas la construction d’une science nouvelle.

  Il élabore une méthode qu’il voulait universelle, aspirant à étendre la certitude mathématique à l’ensemble du savoir. Il affirme que l’univers est susceptible d’une interprètation mathématique.

  Descartes ne cesse de répèter combien ses études lui paraissent incohérentes et impropres à la bonne conduite de la raison.

  C’est à partir de ses intuitions des principes que Descartes propose de raisonner, c’est à dire de nous avancer dans la connaissance au moyen de la déduction. La déduction est aussi un moyen de la pensée, consistant en une série d’intuitions enclavées mises en relation par ce mouvement continu de l’esprit. Par ces séries d’intuitions reliées par le raisonnement nous ramenons ce qui est inconnu aux principes, c’est à dire à ce qui est connu.

  Ainsi en raisonnant sur la base de l’évidence, la pensée étend son domaine de connaissance au-delà des principes.

  De page en page nous sentons l’ardeur qui porte la pensée et la hardiesse qui soutient le style. La pensée change d’époque.

  On trouve dans le Discours de la méthode :

- diverses considérations concernant les sciences.

- les principales règles de la méthode que l’auteur a cherchée.

- quelques règles de celles de la morale qu’il a tirée de cette méthode.

- les raisons pour lesquelles, il prouve l’existence de Dieu et de l’âme humaine qui sont les fondements de la métaphysique.

- l’ordre des questions de physique qu’il a cherchées et particulièrement l’explication du mouvement du coeur et de quelques autres difficultés qui appartiennent à la médecine, et aussi la différence qui est entre notre âme et celle des bêtes.

- Quelles choses, Descartes croit être requises pour aller plus avant en la recherche de la nature qu’il n’a été, et quelles raisons l’on fait écrire.

  En France, le Discours de la méthode est devenu l’ouvrage philosophique le plus étudié.

Claire.background-2008_039.jpg 

Texte écrit et publié par Claire le 07 Février 2009 qui a trouvé dans Descartes la Beauté.

MARIA CALLAS.

Les images d'une vie

Maria Callas est une des cantatrices les plus célèbres du monde. Elle a une voix au timbre particulier, un régistre étendu et un immense talent de comédienne. Elle a une voix puissante avec des aigues exceptionnelles. Cette voix a trois registres. La grave est très sombre, puissante, pratiquement celle d’un baryton. Elle descend plus bas que n’importe quel autre soprano. Son médium est extrèmement particulier et lui est propre; il a un aspect voilé. Le registre aigu est ample et lumineux avec un impressionnant do majeur.

Maria Callas est aussi une comédienne qui rétablit le jeu d’acteur à l’opéra. Elle interprète sur le plan musical les souffrances, la douleur, la nostalgie, le bonheur perdu. Elle sait faire passer à travers son chant, l’espoir et le désespoir, et toute sorte de sentiments extrèmes.

LA VIE DE MARIA CALLAS.

coeur_075.gif

Sophia Cécilia Anna Maria Kaloyeropoulos dite Maria Callas est née le 02 décembre 1923 à New York au Flower Hospital ( quartier de Manhattan). Mary est le prénom que lui conserveront jusqu’à sa mort tous ses intimes.

Son père Georges Kalayeropoulos tient une pharmatie à Maligalas, une bourgade de Messénie. Le couple a d’abord une fille Yakinthi dite Jakie, née en juin 1917 et un garçon Vassilis né en 1920 qui meurt d’une méningite en 1922. Sa mère est Evangélia, dite litsa Dimitriadou.

Les époux décident d’embarquer pour Les Etats Unis en 1923. Georges Kalayeropoulos ouvre la  » Splendid Pharmacy » à Manhattan en 1929. Le commerce prospère puis périclite à cause du Krach boursier de 1929. Etant mal assortis, les époux se disputent, se trompent et rompent. Le commerce est fermé. Le père itinérant fait malgré tout subsister sa famille.

La maison résonnait de variétés musicales mais aussi des grands chanteurs contemporains de l’époque. Les deux soeurs reprennent les mélodies . Elles apprennent le piano.

A partir de 8 ans Maria apprend la musique et le chant à l’école publique de Washington Heights puis Maria Calas participe à des concerts à l’école. Elle est appelée la fille à la voix d’or.

Au cours de l’été 1937, Evangélia conduit sa fille devant Maria Trivella au conservatoire national grec. Maria n’a que 14 ans. Evangélia ment sur son âge car elle n’aurait pu trop jeune y entrer. Maria Trivella l’accepte et lui enseigne le chant. Sa voix est exceptionnelle. Maria travaille dûrement. En 6 mois elle chante les arias les plus difficiles du répertoire.

Evangélia sollicite une nouvelle audition au conservatoire d’Athènes. Maria Calas est admise. Elle intègre à la fin de 1939 la classe d’Elvira de Hidalgo. Hidalgo lui trouve des seconds rôles d’Opéra qui lui permettent de gagner sa vie. Maria Callas était une adolescente grassouillette et très myope disait son professeur.

D’Elvira de Hidalgo : ”Une véritable cascade de sons pas entièrement contrôlés, mais je me suis imaginée la joie que j’aurais à travailler à partir d’un tel métal, à révéler à celle qui les possédait, mais qui n’en avait pas conscience, des ressources dramatiques uniques.”

LA CARRIERE DE MARIA CALLAS.

coeur_075.gif

Elle a maintenant une voix de soprano lyrique. Maria commence sa carrière professionnelle à l’âge de 17 ans dans l’opérette Boccacio de Franz Von Suppé.

En 1945, elle passe une audition devant le Directeur du Métropolitan Opéra. Elle est admise.  Cependant, elle n’accepte pas de chanter en anglais un opéra italien.

En 1946, Maria Callas est sous contrat pour la réouverture de l’opéra de chicago. L’établissement malheureusement fait faillite.

Sa carrière prend un tournant décisif lorsqu’elle rencontre le chef d’orchestre Italien Sérafin Tullio qui lui offre la Gioconda de Ponchielli aux arènes de Vérone en 1947.

Maria Callas rencontre le patron d’une entreprise de Briques Giovanni Baptista Meneghini,dit Titta, de 40 son ainé, féru d’opéras. Elle l’épouse le 21 avril 1949 à Vérone. Il sera à la fois son mari, son mentor et son impressario.

Le 14 avril 1947, Maria Callas chante à la Scala de Milan, le rôle titre d’un ouvrage oublié de Donizetti, Anna Bolena. Elle noue dès lors une longue histoire d’Amour avec son public dans un répertoire très large, varié et difficile.

Maria Callas : J’ai eu le privilège de connaître une destinée extraordinaire. Je suis une créature du destin. Il s’est emparé de moi, il a tracé ma voie. Je ne m’appartiens pas mais suis le témoin extérieur de ma propre vie.”
Maria Callas, 1970

LA RENCONTRE DE MARIA CALLAS ET D’ARISTOTE ONASSIS.

coeur_075.gif

Maria Callas rencontre Aristote Onassis, l’armateur grec milliardaire aux multiples conquêtes, au cours d’un bal à Venise en 1957. Ils sont tous deux mariés. Au mois de juillet 1959 au cours d’une croisière sur son yacht, elle devient sa maîtresse. Elle divorcera de M. Meneghini en octobre de la même année.

Maria Callas abandonne sa carrière pour se consacrer à son amant. Onassis était le double que chacun recherchait, disait elle. Elle a voulu réaliser avec lui sa vie de femme, il a tué la cantatrice. Restant sans travailler sa voix, elle a une baisse considérable de ses possibilités vocales. Elle se retire de la scène en 1965. Officiellement Maria Callas se repose. En vérité, la Diva travaille, en secret. Elle croit toujours au possible retour. En 1969, le cinéaste Pier Paolo Posolini tourne Médée, pour un film non musical, avec Maria Callas dans le rôle titre. Le tournage est éprouvant pour la cantatrice et le film n’est pas un succés.

Elle aura avec Aristote Onassis un enfant Omério Langrini, né prématurément à Milan et qui mourra quelques heures après sa naissance.

En 1966, elle obtient la nationalité grecque ainsi que l’annulation de son mariage. Elle espère officialiser sa liaison avec Aristote Onassis. Mais ce dernier épouse une autre femme, Jackie Kennedy, veuve du Président John F Kennedy, le 20 octobre 1968. Blessée mais profondèment amoureuse, Maria restera attachée jusqu’au bout à son amant.

Lorsqu’Onassis fut hospitalisé pour la pneumonie qui lui sera fatale, Maria Callas se rendra régulièrement à son chevet pour le voir et lui apporter son soutien.

« Je ne fais plus confiance à la gloire ! «  dit-elle lors d’un interview. Jusqu’en 1972 toutes ses tentatives de remonter sur scène avortent.

En 1973, à l’âge de 49 ans c’est le retour en compagnie du Ténor Giuseppe Di Stephano. Sa tournée débute le 25 octobre à Hambourg. Elle se continue de Madrid à Amsterdam, de Paris à New York pour s’achever le 11 Novembre 1974 à Sapporo au Japon.

La voix de Maria Callas n’est plus la même. Malgré un travail acharné, elle ne retrouve pas sa voix initiale.

Maria Callas avoue un soir à sa soeur au téléphone : «  J’ai perdu ma voix, il ne me reste qu’à mourir ».

coeur_075.gif

Le 16 Septembre 1977 à 13h 30 Maria Callas meurt, seule, d’une embolie pulmonaire dans son appartement parisien, à l’âge de 53 ans. Elle est incinérée le 20 Septembre 1977 au cimetière du Père Lachaise. Ses cendres sont dispersées dans la Mer Egée.

Maria Callas a été une grande cantatrice et artiste. Par l’interprètation de ses personnages et à travers sa voix elle sut faire partager à son public, la souffrance, le bonheur, les humiliations, le désespoir. Mais ces sentiments n’ont-ils pas tous fait partie de sa vie ?…

Durant sa carrière artistique, Maria Callas aura interprété, entre autres, maints opéras de Verdi et de Puccini.

Claire.background-2008_039.jpg 

Article écrit et publié par Claire le 01 Février 2009. Claire ne pouvait pas rester insensible à l’Amour que Maria Callas a donné à son public et le bonheur et à la douleur qu’elle a rencontré dans sa relation avec Aristote Onassis dont elle était éperdument amoureuse. Claire adore écouter chanter pendant des heures Maria Callas.

Maria Callas

 

 

 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...