VOLTAIRE.

VOLTAIRE. dans -Hommes célèbres. 200px-Buste_de_Voltaire 

Le buste de Voltaire , 1778, par Jean Antoine Houdon (1741-1828).

La vie de Voltaire :coeur_073.gif

  Voltaire est un personnage singulier qui a du talent, de la culture mais qui peut sembler aussi dans l’écriture superficiel. Il a de l’esprit assurément, de l’ironie et transpose les images de la société dans ses récits.

  Célèbre de son temps il provoque et sait faire mal. Il nargue le pouvoir mais lui fait aussi des sourires. Un embarras s’installe si l’on demande s’il est philosophe, pourtant toute son époque le nomme philosophe ainsi que l’histoire. Mais on ne lui doit aucune technique d’élaboration de la philosophie. Néanmoins c’est une figure centrale de son siècle nommé ” le siècle des philosophes.” Et il semble impossible d’écarter de la philosophie un homme qui soumet à examen toutes les formes d’autorité, de croyances, de savoir.

  Il est souvent considéré comme un des penseurs précurseurs de la Révolution Française. Néanmoins il fréquente les grands et cultive son dédain pour le peuple.

  François-Marie Arouet est né officiellement le 21 novembre 1694  à Paris dans une famille relativement modeste de la bourgeoisie parisienne. Son père François Arouet est notaire puis Receveur des épices de la Cour des Comptes. Sa mère est Marguerite D’Aumart, proche de la noblesse de robe. Sa mère meurt en 1701 à l’âge de 41 ans. Il a des relations difficiles avec son père. Il se fait remarquer dans la littérature très jeune, vers 10 ou 12 ans. Il multiplie les traductions rimées, les odes. Il veut avant tout briller pour réussir. Toute sa vie Voltaire travaille autant à sa réussite financière qu’à sa gloire littéraire.

  Il commence des études de rhétorique et de philosophie en 1704 au collège Louis Le Grand à Paris dirigé par des jésuites. Il quitte le collège en 1711 pour faire des études de droit à Paris. L’éducation reçue l’initie au plaisir de la conversation et du théâtre. Maladif et hypocondriaque, il brille pour son énergie et sa vivacité d’esprit.

  Il ne cesse de provoquer, de se mettre en péril. Il aime montrer ses talents littéraires et son esprit désinvolte. Quand il prend en 1718, à 24 ans son nom de plume Voltaire, il se moque des autorités, montre son ironie envers les puissants. Les résultats arrivent : Il se retrouve enfermé à la Bastille pendant près d’un an entre 1717 et 1718. Libéré en 1718, il est exilé à Chatenay Malabry. Les années 1719-1724 sont des années de mondanités. En 1726 après une altercation avec le Chevalier de Rohan, il est à nouveau emprisonné à la bastille. Puis il s’exile à Londres de 1726 à 1728. Il découvre alors John Locke et Isaac Newton. 

L’oeuvre de Voltaire.coeur_073.gif

Il montre le contraste entre Londres et Paris à travers l’oeuvre de Descartes. Dans” Les lettres plilosophiques ” écrites en 1734, il provoque un scandale et elles finissent par être interdites.

  En 1750, il se rend à la Cour de Frédérique II. Le roi et le philosophe se lient d’amitié. Mais une brouille arrive. En effet, en 1753 une querelle avec Maupertuis que soutient le roi, précipite la rupture et Voltaire quitte la Prusse.

  Après sa réussite Voltaire va s’intéresser à la justice les dernières années de sa vie. Il a obtenu tout ce qu’il voulait. Il est célèbre dans l’Europe entière, admiré pour son théâtre et ses oeuvres d’historien. Avec sa grande fortune, il acquiert un château à Ferney. Il correspond chaque jour avec l’Europe savante et avec plusieurs princes.

  Dans son château de Ferney, exilé, à plus de 70 ans, il se bat pour Jean Calas ( affaire Calas 1762), un protestant de Toulouse accusé tort d’avoir tué son fils. Exécuté Calas est une victime d’une justice emportée par les préjugés et aveuglées par les idées de la foule. Après Calas, il lutte pour Sirven ( affaire Sirven 1764),et pour le Chevalier de la Barre (Affaire de la Barre 1766)

  Intellectuel moderne, il intervient directement dans les débats publics comme Socrate. Le rire, la provocation, les sarcasmes sont ses armes.

  Moins connus et plus étranges, sont les textes sur Dieu qu’il écrit les toutes dernières années. On y trouve une conception du “Dieu Horloger”. Voltaire demeure rétif au Christianisme. Il essaye d’écarter les erreurs religieuses pour mieux laisser place à ce qu’il considère être la vérité.  Ses correspondances constituent une partie importante de son oeuvre.  Il correspond avec Madame du Deffand, Catherine de Russie etc…23000 lettres sont recensées.

  En 1778, il revient à Paris. Le peuple de la capitale l’accueille avec un grand enthousiasme.

  Il meurt à Paris le 30 mai 1778 à la tête d’une immense fortune venant de sa plume, de la poche des Princes, de placements, d’investissements  et prêts. Ses cendres sont transférées au Panthéon le 11 juillet 1791.

Claire.  background-2008_039.jpg 

Texte écrit et publié par Claire le 17 Janvier 2009. Claire a trouvé chez Voltaire la Beauté et un Homme à  » deux visages « …

coeur_073.gif

Je vous conseille le livre de Michel J Cuny qui vient de paraître et qui est très percutant, voir ses extraits sur internet.

Tout est si différent de ce qui nous a été appris sur Voltaire jusqu’à présent !…

Claire le 18 Décembre 2009.

15' - Num. Vol.jpg15 - Num. Vol.jpg

Michel J Cuny :  »    « S’agissant d’autant de preuves de ce que le dénommé Voltaire ne peut plus désormais être considéré autrement que comme auteur (par la plume) et complice (par les revenus qu’il en a tiré pendant près de soixante ans) de divers crimes contre l’humanité, les extraits de ses lettres, s’ils sont donnés ici à profusion, sont une invitation pressante à aller voir de près l’ensemble de sa Correspondance : chaque page paraît pouvoir s’offrir comme une piste supplémentaire pour ramener le prétendu grand homme à une petitesse humaine dont la découverte menace de produire en nous une sorte de consternation… Se peut-il qu’on (on?) ait, à  ce point, réussi à nous intoxiquer, toutes et tous?… » (page 9)   »

 


Autres articles

3 commentaires

  1. naguere dit :

    Bonjour Chantal,
    Je saute sur l’article « Voltaire » puisqu’il fait partie de mon siècle des Lumières bien-aimé. Je le préfère à Rousseau, il gagne à être connu. Il a dit, entre autres : « La lecture est un vice impuni. » :-)

    Je te souhaite un bon week-end – Naguère

  2. osee2 dit :

    Bonsoir Chantal
    *
    Voilà un écrivain dont j’apprécie l’oeuvre et la personnalité…
    Cela ne va pas toujours ensemble…
    Critique et tolérant…qualités dont notre époque aurait bien besoin.
    Amicalement

    Dernière publication sur POURQUOI PAS : Décembre ?

  3. naguere dit :

    Bonjour Chantal,
    J’ai regardé hier soir sur ARTE Voltaire et l’affaire Calas, pas mal. Un peu caricatural, tout de même, surtout avec la jeune fille amoureuse… mais bon, je suppose qu’il faut cela pour plaire au public. Des détails vrais tout de même, par exemple Louis XV qui caressait son chat. Le roi adorait les chats mais aussi les chiens. J’en veux un peu à Voltaire d’avoir eu des parts dans la traite négrière, lui qui parle si bien d’égalité ! Bon week-end / Naguère

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...