SAPPHO.

SAPPHO. dans -Hommes célèbres. 300px-Sappho_and_Alcaeus

Sappho et Alcée par Laurence Alma-Tadema ( 1881).

SAPPHO ou SAPHO.

 Afficher l'image en taille réelleLa vie de Sappho.

Sappho est une poètesse grecque qui a vécu sur l’île de Lesbos au VII ème siècle avant JC  à Eresos, petite ville, puis serait arrivée enfant à Mytilène, la capitale avec sa famille.

Son père se nommait Slamandronyme et sa mère Cléïs. Ils sont issus de l’aristocratie. Elle eut trois frères qui seraient : Erigyios, Larichos et haraxos.

La terre de Lesbos était volcanique et fertile. Elle produisait des fruits, de quoi faire de l’huile, du vin. Ce vin était d’ailleurs très renommé en Grèce et aux alentours.

Sappho était petite de taille. Elle avait les cheveux et les yeux noirs. Elle était très brillante et d’une nature passionnée ce qui la rendait attirante. Son affection prenait les tons les plus chauds. Plutarque dira d’elle :  » Ses paroles étaient de feu. »

Le poète Alcée, son concitoyen,  en était amoureux. Elle dut comme lui s’exiler en Sicile pour avoir soutenu le parti aristocratique contre le tyran Pittacos. En effet, Sappho eut des périodes d’exil liées à des engagements politiques.

Elle fut  mariée peu de temps, son mari étant mort, lui laissant une grande fortune après trois ans de mariage. Elle eut avec lui une fille, Cléïs qui portait le même nom que sa propre mère. Néanmoins son amour pour les femmes apparaît très vite dans ses poèsies. Elle était une très grande poètesse. Platon la qualifie de  « dixième muse. »Elle diversifia les rythmes lyriques.

Sappho fonde une institution lors de son retour à Mytilène qui rassemblait une communauté ayant les mêmes aspirations. On y enseignait l’écriture, la lecture, le théâtre, la poèsie, la musique et la danse. Aphrodite déesse de l’Amour est choisie comme protectrice de cette institution qui étaient  prénommées des Thiases : soit,  » la maison des servantes des muses. » Sappho tomba amoureuse de certaines des jeunes filles de cette institution, comme Atthis,  dont les hymnes sont cités ci-dessous. Sappho était follement amoureuse de sa belle disciple comme le prouve aussi un fragment de lettre.

Sappho serait morte à l’âge de 30 ans. Certains disent qu’elle se serait tuée en se jetant du rocher de Leucate par chagrin d’Amour pour Phaon qui l’aurait éconduite. En effet, on disait, que ce rocher situé à 200 mètres au-dessus du niveau de la mer, guérissait du mal d’amour. Mais ce n’est peut-être qu’une légende.

Sappho fut la première femme dans le monde à chanter les joies et les souffrances que causent l’amour.

Des neufs livres qu’elle composa ne subsistent aujourd’hui, comme étant connu, que six cents cinquantes vers consacrés à la passion amoureuse, à la beauté, à la nature, à Aphrodite…

Au 11ème siècle de notre ère des poèmes de Sappho furent brûlés à Rome sur la place Saint Pierre. Néanmoins elle écrivit des vers qui restèrent immortels.

Un seul poème nous est parvenu en entier.

Afficher l'image en taille réelle l’Hymne à Aphrodite.

Royale et immortelle Aphrodite,
fille de Zeus, pleine de ruses, je t’en supplie,
ne soumets pas mon âme aux dédains
ni aux chagrins.

Viens ! Jadis, entendant ma voix au loin,
tu m’avais écoutée
et laissant là le palais doré de ton père,
tu étais venue.

Battant des ailes et fendant le ciel,
les rapides colombes attelées à ton char
te menaient autour
de la sombre terre.

Et déjà tu étais là, ma déesse, le visage
souriant, soucieuse de la pensée et du désir
de l’âme insensée
qui t ‘avait appelée.

Qui dois-je persuader de t’aimer encore,
ma Sappho? Qui t’a blessée?

Si elle te fuit, elle courra bientôt toi.
Si elle refuse tes cadeaux, elle t’en offrira bientôt.
Si elle ne t’aime pas; elle t’aimera bientôt,
même sans l’avoir voulu.

Cette fois encore, viens à moi, délivre-moi de mes peines,
exauce les souhaits de mon cœur.
Sois mon alliée.

A partir de fragments retrouvés :

 Afficher l'image en taille réelleA l’aimée.

Heureux! qui près de toi, pour toi seule soupire,
Qui jouit du plaisir de t’entendre parler,
Qui te voit quelquefois doucement lui sourire.
Les Dieux dans son bonheur peuvent-ils l’égaler ?

Je sens de veine en veine une subtile flamme
Courir par tout mon corps, sitôt que je te vois :
Et dans les doux transports où s’égare mon âme.
Je ne saurais trouver de langue ni de voix.

Un nuage confus se répand sur ma vue.
Je n’entends plus : je tombe en de douces langueurs;
Et pâle, sans haleine, interdite, éperdue,
Un frisson me saisit, je tremble, je me meurs.

Afficher l'image en taille réelle On a tout lieu de penser que ce poème fut écrit lorsque Atthis, une jeune élève de la « thiase » en fut retirée par ses parents pour la marier à un jeune homme de Mytilène. Sappho était follement amoureuse de sa belle disciple comme le prouve ce fragment de lettre :
« Je ne reverrai plus jamais Atthis ; autant vaudrait être morte ! « 

  Afficher l'image en taille réelle Jeunes filles.

« Envers vous, belles, ma pensée n’est point changeante.
Je ne change point, ô vierges de Lesbos !
Lorsque je poursuis la Beauté fugitive,
Tel le Dieu chassant une vierge au peplos
Très blanc sur la rive.
Je n’ai point trahi l’invariable amour.
Mon coeur identique et mon âme pareille
Savent retrouver, dans le baiser d’un jour,
Celui de la veille.
Et j’étreins Atthis sur les seins de Dika.
J’appelle en pleurant, sur le seuil de sa porte,
L’ombre, que longtemps ma douleur invoque,
De Timas la morte.
Pour l’Aphrodite j’ai dédaigné l’Eros,
Et je n’ai de joie et d’angoisse qu’en elle :
Je ne change point, ô vierges de Lesbos,
Je suis éternelle. »

Afficher l'image en taille réelle A une amante .

 » Je t’aimais, Atthis, depuis longtemps…

Tu semblais une enfant petite et non formée… »

Afficher l'image en taille réelle Jalousie.

Atthis, je te suis maintenant odieuse,

Tandis que toutes tes pensées volent vers Andromène.

Comment cette femme grossière et sans art

Peut-elle enchaîner ton esprit

Et captiver ton coeur ?

Elle ne sait même pas relever avec grâce

Sa robe sur ses chevilles…

Afficher l'image en taille réelle Il est à noter que Mme de Scudery (1607-1701) publiait en partie sous le pseudonyme de Sappho.

Sapho est aussi le titre d’un roman d’Alphonse Daudet.

 

Claire.  background-2008_039.jpgSapho dans -Hommes célèbres.


 Article écrit et publié par Claire le 15 Novembre 2008. Claire ne pouvait rester indifférente à Sappho qui créa une institution mise sous la protection d’Aphrodite, déesse de l’Amour et  écrivit de nombreux hymnes à l’ Amour.

 


Autres articles

2 commentaires

  1. marseilles dit :

    ces vers sont magnifiques, et l’histoire de sappho aussi, bien que torturée quand meme, merci de faire revivre tout çà…

  2. nelly dit :

    elle est magnifique

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...