ECHO ET NARCISSE.

Narcisse, par Le Caravage (v. 1595)   

Narcisse, par Le Caravage. (v 1595 ).

  Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Echo et Narcisse – John William Waterhouse, 1903.

Bienvenue_sur_le_blog

Un joli garçon nommé Narcisse était d’une si grande beauté que toutes les filles rêvaient de lui et d’être sa femme. Mais Narcisse ne les regardait car aucune ne l’intéressait. Le chagrin de la nymphe Echo qui l’aimait sans retour ne l’émût pas davantage.

Echo était une favorite d’Artémis, la déesse des bois et des créatures sauvages. La déesse Héra qui était jalouse des escapades amoureuses de Zeus, son époux, cherchait à savoir avec quelle nymphe Zeus avait une intrigue amoureuse et menait une enquête. A cause du gai bavardage d’Echo, qu’Héra dû écouter par politesse, elle fut obligée de renoncer ce jour là, à découvrir sur quelle Muse s’était portée la fantaisie amoureuse du seigneur de l’Olympe, Zeus. Avec son injustice habituelle, elle tourna sa fureur contre Echo.

Héra condamna Echo à ne se servir de sa langue que pour répèter ce qui lui était dit :   » Tu auras toujours le dernier mot mais jamais tu ne parleras la première. »  Le châtiment était dur et rendu plus cruel encore à cause de l’ amour d’Echo pour Narcisse.

Echo suivait Narcisse partout mais elle ne pouvait lui parler. Comment ainsi attirer l’attention du jeune homme ?

Un jour Narcisse appelait ses compagnons de jeux :  » L’un de vous est il ici ?  » Echo répondit enchantée :  » Ici, Ici. » Elle était cachée par les arbres et il ne pouvait la voir, et il cria :  » Viens!  » Echo répèta joyeusement :  » Viens !  » Le mot qu’elle avait toujours désiré lui dire. Alors, elle sortit du bois et lui tendit les bras. Narcisse la regarda avec dégoût :  » Pas celà, je mourrai avant que je te donne pouvoir sur moi. ». Elle ne put que répèter malheureuse :  » Je te donne pouvoir sur moi. » Narcisse partit. Echo cacha son désarroi et honteuse se terra dans une antre et ne se consola jamais.

Depuis Echo vit dans les antres et les creux des rochers. Son chagrin l’a tant fait maigrir et dépérir que seule sa voix lui reste.

Narcisse dédaignait toujours l’amour. L’une de celles qu’il avait blessée adressa une prière aux dieux :  » Que celui qui n’aime aucune autre s’éprenne de lui-même. » Cette prière fut exaucée. Tandis que Narcisse se penchait pour boire à l’eau claire d’une fontaine, il aperçut sa propre image et s’en éprit aussitôt.  » Je sais maintenant ce que d’autres ont souffert à cause de moi, car je brûle d’amour pour moi-même et comment pourrai-je approcher cette beauté que je vois se reflèter sur l’eau ?  »  » Seule la mort me libérera . » et il en fut ainsi. Narcisse en regardant son image languit et dépérit.  » Echo se tenait à ses côtés mais elle ne pouvait rien pour lui. Il allait mourir.

Narcisse s’adressa en mourant à son image :  » Adieu, adieu ! « Alors Echo répèta ces mots comme une dernière plainte :  » Adieu ! adieu !. »

Une fleur naquit de la mort de ce bel adolescent … le narcisse blanc à corolle rouge.

Article écrit par Claire d’après Ovide, poète latin ( 43 av Jc, 17-18 après JC ).

Claire. background-2008_039.jpg     ECHO ET NARCISSE. dans -Histoires et légendes.

Article écrit et publié par Claire le 31 Août 2008 d’après la mythologie grecque. Claire, en présence de la Beauté, ne pouvait rester indifférente à ces deux Amours impossibles.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Le narcisse.


Archive pour 31 août, 2008

SENSUALITE.

Image Hosted by ImageShack.us

Claire était maintenant seule dans le lit défait de cette chambre d’hôtel. Elle était sous l’emprise de Rémi. Elle sentait encore le contact de sa bouche, de ses lèvres et de sa langue qui la pénétrait.

Claire était troublée et se remémora la façon dont Rémi l’avait étendue délicatement sur le lit. Elle revit ses gestes experts et ses yeux clairs posés sur son corps.  Rémi avait un regard amusé lorsqu’il s’aperçut que Claire n’avait pu retenir des soupirs de plaisir. Elle ne savait plus où elle se trouvait, son esprit voguait dans un horizon irréel.

Claire avait eu du mal à retrouver sa sérénité, sa lucidité. Rémi lui avait fait perdre le sens de la réalité. Lorsque l’étreinte avait cessé, elle méditait plus troublée. Rémi avait gardé une telle maîtrise dans cette situation, qu’elle en était encore plus déstabilisée. Claire sentait  encore l’odeur du corps de Rémi, ses vibrations contre le sien…

Les rayons du soleil dardaient à travers les vitres de la fenêtre de la chambre, caressaient la peau et réchauffaient le corps nu de Claire. Claire était alanguie, féline et comblée. Elle avait l’impression d’avoir avant Rémi laissé échapper sa vie et de revivre intensément chaque moment aujourd’hui.

Claire se regarda dans la glace qui se trouvait accrochée au mur en face d’elle. Elle observa tous les contours de son corps . Elle monta sa jambe et regarda son galbe particulier. Elle rêva… Elle se dit qu’elle était très belle et que ce n’était pas le dernier instant qu’elle passerait ainsi… Claire aimait Rémi, elle le savait. C’était son amour, son unique amour.

Claire se réveilla brusquement… Elle avait rêvé…  Elle chercha la lampe de chevet pour l’allumer. Elle regarda autour d’elle. Elle était à son domicile dans cette chambre qu’elle connaissait si bien….Elle ne se souvenait plus du passé…..

7qok9c4s.gif

” Le rêve est la réalisation d’un désir “.

Sigmund Freud.

Claire.  background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par claire le 31 Août 2008.SENSUALITE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. 210708_153525_PEEL_Tjgmtw

           image74

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...