LA PYRAMIDE DE SAQQARA, DJESER, IMHOTEP.

LA PYRAMIDE DE SAQQARA, DJESER, IMHOTEP. dans -l'Egypte ancienne 13v6dggb

Lors du règne de Djéser, l’Egypte vit une grande période de prospérité économique grâce à une stabilité du pays. Cette période est marquée par le développement de l’écriture, de la médecine. La première pyramide d’Egypte est érigée grâce à l’architecte Imhotep. La première utilisation de la pierre permet de conserver les monuments, encore de nos jours. De plus, l’Egypte est marquée par une révolution religieuse qui se fait sans heurt.

13v6dggb dans -l'Egypte ancienne

Pyramide à degrés de Djéser

 La pyramide à degrés de Djeser.

PREMIERE PARTIE.

LA PYRAMIDE DE SAQQARA (OU SAQQARAH OU SAKKARA).

La première pyramide, à degrés,  de Saqqara a été construite par le roi Djeser  de la IIIème dynastie qui vécut vers -2770 à -2730 avant JC. Elle est composée de six gradins. Elle mesurait environ 60 à 64 mètres. Aujourd’hui elle ne mesure plus que 59 mètres. Le socle de cette pyramide de forme rectangulaire avait à l’origine une surface de 123 mètres sur 107 mètres.  Un revêtement de plaques calcaires blanches, ayant disparu, la recouvrait. Son sommet se terminait par une terrasse. Elle représentait un escalier qui devait permettre de conduire l’âme du roi au ciel pour qu’elle puisse ainsi se transformer en lumière. Mais elle montrait aussi la puissance de pharaon, d’essence divine, aux égyptiens. Le pharaon avait une destinée funéraire radicalement différente de celles des autres hommes et il le faisait savoir par la spécificité de sa tombe. Cette pyramide était destinée à accueillir le pharaon à sa mort pour l’éternité.

Un architecte de génie, Imhotep, a conçu pour la première fois la forme pyramidale pour le tombeau du pharaon et l’utilisation de pierres de taille en assises ainsi que pour la construction des temples. Jusqu’à présent on utilisait comme tombes,  les mastabas faits de briques de terre séchée au soleil . Il a signé son oeuvre sur le socle d’une statue dans la zone d’accés de la pyramide. Il a su mobiliser une main d’oeuvre nombreuse et de qualité.

Jean Philippe Lauer affirme qu’ Imhotep, pour la construction de la pyramide, serait parti du plan d’un simple mastaba. L’architecte y aurait rajouté trois niveaux supplémentaires, puis la surélévera de deux nouveaux degrés en agrandissant par un des côtés en s’appuyant sur la pyramide déjà existante.

La pyramide est entourée d’un vaste complexe qui mesure 550 m sur 280 m. Une enceinte de calcaire haute de 20 coudées (10,50 m) fermait le site avec 14 simulacres de portes fermées et une porte d’entrée unique qui donne, par un couloir étroit composé de 20 colonnes supportant une lourde toiture, accés à l’interieur de ce complexe. Les colonnes sont enserrées dans un mur car on ne savait pas encore faire à  ce moment là de l’Histoire des colonnes qui tenaient toutes seules.

En sortie se trouvent des édifices cultuels, temples et chapelles. Au Sud est construite une petite salle rectangulaire . Au fond, on voit  le mur aux multiples cobras qui évoque la déesse Ouadjet. Ensuite on trouve une grande cour, puis le pavillon du roi ou temple. Il y a des chapelles aux murs pleins qui sont fictives. On peut voir des statues cariatides qui sont à l’image du pharaon Djeser. Dans la maison du Nord sur trois colonnes figurent le papyrus,  la plante emblème de l’Egypte du Nord. Le serdad, chambre entièrement close adossée à la face Nord de la pyramide, contient une statue de Djeser, dont l’original est au Musée du Caire. L’enceinte, autour de la pyramide, reproduit sans doute l’image de celle en briques rouges du palais royal à Memphis.

Dans les deux tombeaux, se trouvaient des carreaux de couleur bleu vert rappelant le lapis-lazuli, la déesse Hathor et les idées de régénération et de renouvellement y figuraient. Ces carrelages sont maintenant en partie dans différents musées.

Les appartements royaux du défunt sont situés à 28 mètres et le caveau de granit à 33 mètres de profondeur.

Ensuite, l’Egypte va voir jaillir  sur un cycle de cinq ou six cents ans, sur une bande de 100 kms à l’ouest du Nil, de magnifiques tombeaux ou demeures d’éternité qui font partie des  merveilles du Monde et ont su vaincre le temps.

DEUXIEME PARTIE.

DJESER ( OU DJOSER ).

Sakkara_001

LE PHARAON DJESER, pharaon de la IIIème dynastie.

Djeser est le pharaon le plus célèbre de la IIIème dynastie ( il a vécu vers -2770 à -2730 avant JC ). De son vivant le pharaon était connu sous le nom de Netjerykhet  » divin de corps « , Djeser ( le Saint) est apparu plus tard.

Il est le fils de Nimaâthâpy épouse de Khâsékhemoui fils ou frère de son prédécesseur Menka. Il a eu deux épouses  royales connues, Inetkaous et Hetephernebti.

Sa première action fut de créer une nouvelle capitale à Memphis en remplacement de This alors ancienne capitale de l’Egypte et d’ Abydos nécropole royale lors des deux premières dynasties, en Haute Egypte.

Le roi abandonna son mastaba  à moitié construit fait de briques cuites et de bois à Abydos et fit construire à Saqqara la première pyramide de pierres , (citée ci-dessus). Imhotep en est le Grand Architecte.

Djeser est considéré comme un grand pharaon, un roi sage et juste. Il assure la paix et la sérénité au peuple égyptien. Ses autres actions importantes sont :

- la mise en culture de terres fertiles. En l’an XVIII du règne de Djeser ( les années repartaient à zéro à chaque règne de pharaon ) les crues annuelles du Nil, indispensables pour faire germer les céréales, ne furent pas abondantes. Les récoltes en souffrirent et une famine s’installa et dura 7 ans. Le pharaon fera appel à Imhotep alors Grand Prêtre. Imhotep lui enseigna que le Nil prenait naissance à Eléphantine sur le territoire consacré au dieu Khnoum. Djeser pria et lui fit des offrandes. Khnoum lui apparut en songe et lui promit des crues plus abondantes. Ce fait est relaté sur une stèle trouvée dans l’île de Séhel (près d’Elephantine). Djeser publiera un décret qui rendra le culte de ce dieu obligatoire sur les terres entourant le Nil à partir d’Eléphantine.

- l’instauration d’une religion avec l’aide d’Imothep.  Memphis est le centre du culte du dieu Ptah, dieu protecteur des arts et de l’artisanat qui devait s’étendre du palais à l’ancien fleuve. Ptah était un dieu éternel aux manifestations multiples. A Héliopolis ( la cité du soleil ) on adore le dieu Atoum (une des formes de Ré). Par ailleurs, le roi est garant de l’ordre du monde et doit en conséquence organiser un culte aux dieux en fondant des sanctuaires, en veillant à leur fonctionnement et en les entretenant sous peine de chaos. A cette époque l’autorité du pharaon et la religion était une seule et même chose. Djeser établit la religion d’ un dieu unique mais il accepta les autres dieux qui étaient ses représentations. De plus, il introduit le mythe d’Osiris avec une vie après la mort par la résurrection.

-  la mise en place d’une langue et d’une écriture unique. En effet, on voit sous le règne de Djeser l’apparition des premiers hiéroglyphes, liée au développement du milieu de l’écrit,  aidé par les scribes.

-  la consolidation des frontières sur un territoire étendu et unifié sous l’autorité de pharaon. En effet Djeser mènera plusieurs campagnes contre les asiatiaques (syriens, phéniciens et cananéens de l’époque) ainsi que contre les nomades du Sinaï afin de protéger l’accés aux mines. 

Djeser saura développer un pouvoir fort et centralisé sur les nomes ( provinces) dirigées par des nomarques étroitement contrôlés par ses soins.

TROISIEME PARTIE.

IMHOTEP.

Statuette d'Imhotep au Musée du Louvre

Statuette d’Imhotep, musée du Louvre.

Imhotep ( celui qui vient en paix), l’architecte sage et écrivain  est un des premiers personnages du règne de Djeser. Les principaux titres retrouvés d’Imhotep sont : » Grand chancelier du roi de la Basse Egypte, noble héritier, Grand prêtre d’Héliopolis, Médecin royal, Architecte et Chef des principaux corps de construction des grands chantiers (sculpteurs et charpentiers) « .

Imhotep serait peut être né dans la banlieue de Memphis. On ne connait pas très bien son origine. Il est peut être le fils d’un architecte.

Vizir et architecte du pharaon Djeser, on le dit également prêtre, poète, astrologue, philosophe, médecin et ministre du roi.

Les actions importantes d’Imhotep sont :

- La construction de la pyramide de Saqqara qui est la plus ancienne pyramide à degré et a une hauteur de 62 mètres ( 59 aujourd’hui ) et du complexe et des murs l’entourant et la protégeant. On a retrouvé sa signature en tant qu’architecte, sur le socle d’une statue à Saqqara. Imhotep eut l’idée de surélever les anciens tombeaux par différents empilements de taille de plus en plus réduite. De plus l’architecte de la pyramide de Chéops, qui reste toujours inconnu, serait peut être Imhotep.

Il a mis en place des procédés pour transporter du bâteau jusqu’à la pyramide des énormes blocs de pierres. Il a su obstruer avec de gros blocs de pierres les couloirs d’accès à la chambre funéraire. Il connaît l’astrologie pour orienter les étoiles, il sait d’après les fresques reproduites dans le tombeau placer Sirius (Sothis) qui annonçait les crues du Nil  et la constellation d’Orion. De plus il a orienté les salles en fonction du lever et du coucher du soleil.

Enfin il généralise l’utilisation de pierres pour construire les tombeaux ainsi que pour les temples.

- Il accueillait aussi de nombreux malades. Imhotep pourrait être l’auteur d’un écrit dans lequel plus de 90 termes anatomiques sont retracés et 48 blessés décrits. Imhotep aurait traité plus de 200 maladies et aurait effectué une intervention chirurgicale. Il guérit les malades et est le patron des médecins. A Esna sur le temple d’Horus, dans l’antichambre de la salle au Trésor :  » Imhotep, l’héritier de celui qui est au Sud de son mur (Memphis) qui guérit à sa façon chaque maladie ». A Philaé, sur le pilone de la tour Ouest :  » Paroles d’Imhotep le Grand, fils de Ptah le dieu bienfaisant et secourable (…) Seigneur de la santé qui guérit tous les membres qui animent l’homme qui sont comme étant mort. » Il est dit aussi qu’Imhotep sort les hommes de la misère. Il donna pour mission aux prêtres, scribes et médecins de l’époque de sauver des vies humaines. Il fonde une école de médecine à Memphis.

- Il a été associé à Thot le dieu de la Sagesse, de l’Ecriture et de l’Apprentissage. Des textes anciens y font référence qui sont attribués à Imhotep. Il intervient sous forme de prières, de rêves, de visions. Il est représenté sur des statues en scribe, sans apparat, vêtu d’un simple pagne, un rouleau de papyrus sur ses genoux avec sur sa tête la calotte du dieu Ptah de Memphis. Il apprit les premiers hiéroglyphes aux égyptiens.

 Il possède donc l’écriture, les mathématiques, l’astrologie, l’architecture ( l’art des plans, le calcul des masses), l’art de tailler les pierres et de les déplacer,  la médecine, la connaissance de la momification.

- Il participe à une réforme religieuse importante du pharaon. A Menphis il devient le fils du puissant Ptah.  Puis à sa mort il est déifié. Un temple lui est consacré à Philaé à côté de celui de la déesse Isis. Il a introduit le premier livre religieux.  Avec la création du culte d’Osiris, il donne à l’homme la possibilité de croire qu’il va renaître. On peut voir après la mort du défunt sur les papyrus la pesée de l’âme et l’homme, après avoir satisfait au jugement positif de cette âme par les dieux, il peut entrer comme ces dieux dans la vie éternelle. De plus à Héliopolis (cité du soleil) où l’on vénère Atoum (une des formes de Ré), il prône le pouvoir d’un seul dieu créateur qui est au-dessus de tous les autres dieux. Les prêtres adoptèrent sans violence les changements de conception. Ce dieu éternel, universel est câché, invisible et sans visage. Il a créé le monde.  Au lieu de remplacer les anciennes croyances, il les intégra à son dieu. Imhotep est le serviteur de ce dieu unique. Atoum, Ré, Ptah, Isis et Osiris ne sont que les représentants locaux de ce dieu éternel qui régit l’univers.

Sur ses notions de prêtre  il est cité comme :  » Prêtre de Ptah, Grand prêtre de Memphis, prêtre de l’homme des sycomores, scribe de Bastet, d’Anubis etc… » On n’a jamais retrouvé ni la momie, ni la tombe d’Imhotep.

On pourrait également classer Imhotep comme ancêtre du dieu unique, au même titre qu’Akhénaton et Moïse.

CLAIRE.  background-2008_039.jpg

13v6dggb

Texte écrit et publié par Claire le 26 Mai 2008. En nous laissant une des merveilles du Monde, qui a su vaincre le temps,  Imhotep nous a transmis l’Amour et la Beauté.

De plus , comme Akhénaton et Moïse, il a participé à l’émergence de la croyance au dieu unique et a fait espèrer à l’homme la vie éternelle.

13v6dggb                

 


Archive pour mai, 2008

L’ARTISTE-PEINTRE.

livre5.gif                  Chuut!

                                                               Toile de Marie.  

PREMIERE PARTIE. 

L'ARTISTE-PEINTRE. dans -le processus de création. c1inbrasil.vignette

Toile de Marie.

LE RESSENTI POUR CREER L’OEUVRE.

Lorsque des émotions me submergent à la suite de vécus qui me touchent,  j’éprouve le besoin de vider mon corps et mon âme en exprimant tout ce que je ressens, à travers ma peinture. Ces vécus sont divers, il peut s’agir aussi bien d’un fait de société, que d’un sentiment plus proche touchant des amis ou de la famille. Mais c’est aussi une manière d’exprimer ce que je ne peux crier avec des mots. Je vois  tellement, à travers mon regard, passer de bonnes mais aussi les plus injustes actions que je préfère utiliser mes pinceaux et à travers l’oeuvre le dire avec les couleurs de l’arc-en-ciel .

Par ailleurs, je précise que seul le cristal peut rendre sept couleurs pures essentielles donc on peut comprendre pourquoi les yeux sont appelés cristallins. Et puis l’arc-en-ciel existe grâce au soleil mais aussi à la pluie.

Certains ont besoin pour peindre de faire beaucoup d’études sur l’Art pour pouvoir s’exprimer sur leur toile. De mon côté, même si je n’en ai pas une connaissance approfondie, la création m’est apparue il y a deux ans, je peux le dire, par hasard. J’ai aujourd’hui 35 ans.

Pour pouvoir créer, il faut voir les choses mais pas seulement les regarder et puis c’est un don de « Dieu ».

Lorsque l’on est élu pour peindre, il suffit juste d’écouter pour entendre les voix de la vie, d’ouvrir les yeux et de ressentir les évènements avec son coeur. Il ne faut pas seulement être touché par une caresse, un regard, un mot, il ne faut pas sentir mais le ressentir de l’intérieur, au plus profond de soi. Il faut voir, mais aussi apercevoir, entrevoir et enfin pouvoir concevoir à travers ses propres émotions. En effet, le corps d’un être humain, n’est que l’enveloppe protectrice du coeur qu’il renferme ou abrite ou protège.

Pour être dans un processus de création, je peux être émerveillée par un tout petit rien comme par quelque chose de gigantesque. Je regarde toujours la vie avec les yeux d’un enfant et je veux montrer aux individus ce qu’ils ont aussi au fond d’eux et qu’ils ne voient plus adultes à cause des aléas de leur existence.

Lorsque je parle avec quelqu’un , j’écoute, je vois au delà des mots au plus profond de mon interlocuteur. En effet, les mots prononcés peuvent cacher bien des sentiments que je suis capable de décrypter.

Néanmoins, chaque peintre a ses propres émotions mais il a certainement toujours beaucoup de sensibilité. Certains artistes-peintres ne se posent pas aussi toutes les questions qui m’assaillent.

Être Artiste-Peintre c’est aussi avoir l’âme d’un précurseur, de pouvoir être libre dans sa pensée, dans son mouvement, et se dégager de certaines conventions, de chemins pré-établis, pour montrer ses propres ‘codes’ des formes et des couleurs qui n’éxistent pas dans la réalité, mais qui naissent d’une réalité.

L’important c’est de faire, de donner, d’apporter quelque chose, le meilleur de soi, après peu importe que cela plaise ou déplaise. Car c’est toujours la passion qui m’anime.

 

DEUXIEME PARTIE.

intension.vignette dans -le processus de création. 

Toile de Marie.

 L’OEUVRE.

Je suis un peu comme un catalyseur d’informations que je ressens en profondeur et en les peignant ensuite sur la toile avec des couleurs, je les embellis.

Même si des événements sont tristes ou injustes, j’y mets toute ma sensibilité et ma peinture devient le prisme de la vie.

Dans certains cas de toiles multiples sur un même sujet, je peux dire que c’est comme si j’accouchais. J’ai besoin de les sortir toutes de mon corps, les unes après les autres.  Elles sont déjà construites en moi avant que je m’exprime sur chaque toile.

Dans une de mes séries de tableaux,   je lache tout le stress, les colères de toute ma vie et finalement le bouquet final est une série de 35 toiles. Un feu d’artifice est passé de mon regard à la couleur exprimée. Et je me suis aperçue alors cette année là que j’avais aussi 35 ans. Donc j’avais peint une toile par année de vie et j’avais pu ainsi me vider des émotions multiples enfouies dans mon être.

Les personnes qui regardent les toiles exposées  peuvent penser que je peins pour le plaisir mais en réalité ce sont des maux, enjolivés par des couleurs.

De plus, à travers les motifs, les paysages, les personnages, les objets, les fleurs, les pots,  je laisse toujours une partie de moi.

Tu me dis que les regards sont difficiles à exprimer en peinture mais apparemment, c’est un de mes points forts car ils sont le reflet de l’âme.

Et puis peindre, c’est aussi espérer toucher «  l’inaccessible » et de ce fait une joie immense émerge quand la nouvelle toile s’est remplie, tout comme le semeur en voyant son champ lors de la récolte, mais ce sentiment ne dure qu’un temps , car on espère déjà peindre une autre toile et faire encore mieux… et on imagine déjà pouvoir peindre des champs encore plus beaux… Ainsi le temps passe et les toiles s’accumulent. Comme la nature on ne fait qu’ émerger, se développer, évoluer de saisons en saisons. Nous traçons notre voie sur le chemin de la vie !

Lorsque j’aime : «  Je caresse inlassablement le grain de ma toile, en espérant combler ce vide, par la personne qui me manque ! Je me demande  pourquoi je pense tant à lui ! et lui ? pense-t-il seulement à moi ? Je reste là, béate face à ce résultat surgit de l’oeuvre : d’avoir imaginé au plus juste les contours de son visage… Je sens qu’il est presque là, à côté de moi….et non, c’est juste un rêve de plus !

D’autres fois ma réalité reste bien loin de l’homme que je peins mais j’espère toujours à travers ces peintures rencontrer l’homme charmant, tel un prince, et non l’inverse, qui surgira dans ma vie. « 

Puis ces toiles terminées appartiennent à hier et ne sont presque plus les miennes….

 

TROISIEME PARTIE.

sagepense.vignette 

Toile de Marie.

LE REGARD EXTERIEUR SUR L’OEUVRE.

Je pense que quelques fois si les visiteurs arrivent à être aussi éblouis devant une peinture, c’est que la vie n’est pas toujours belle autour d’eux.

J’ai dû faire ma propre analyse et j’ai ainsi dépassé la simple étape du j’aime ou je n’aime pas. Si quelqu’un n’aime pas ma toile et dit pourquoi, c’est aussi un moyen de progresser et de m’ouvrir aux sensibilités des autres. Par contre si des personnes disent qu’ils n’aiment pas sans pouvoir exprimer pourquoi, ils ne m’apportent rien et je les trouve, sans être péjorative, limités. Et je ne peux donc en tenir compte .

Quand ils sont séduits et heureux je suis contente d’avoir pu leur faire ressentir toutes mes émotions et lorsqu’ils achètent une toile je leur laisse un bout de moi qui les accompagne à leur domicile.

Les journalistes qui sont là pour parler de l’exposition ne font que leur travail, qu’ils aiment ou qu’ils n’aiment pas l’oeuvre. Dans l’article qu’ils doivent rédiger, ils seront toujours positifs. Ce n’est donc pas, contrairement à l’artiste-peintre, toujours le reflet de la réalité de leurs sentiments.

CLAIRE. background-2008_039.jpg  image74

dsc00370.vignette

Toile de Marie.

Essai écrit et publié par Claire le 18 Mai 2008, en portant son regard sur les Peintures et sur l’expression des Artistes de toutes les époques .

Mais c’est aussi un hommage à tous les Artistes-Peintres qui nous transmettent l’Amour et la Beauté. Claire a été guidée par le regard de Marie Lambert, Artiste-Peintre à Brignoles (Var), à laquelle elle adresse plus particulièrement ses remerciements pour ce moment partagé.

Les coordonnées de Marie : http://introitus.unblog.fr

 b5paudearara.jpg                          

Toile de Marie.

voir l'image en taille réelle

MALADIE D’AMOUR OU LA PIEUVRE.

MALADIE D'AMOUR OU LA PIEUVRE. dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. Pieuvres-8 

Maladie d’Amour ou la pieuvre,  

Rémi,  pour oublier son éloignement avec Claire, s’était lancé dans l’écriture d’un livre dont les personnages évoluaient sur une longue période de l’histoire. Passionné, il travaillait avec intensité pour ne pas penser à l’absence de Claire.

Mais, en ce mois d’avril, son livre terminé, le mal qui s’était installé dans son corps était apparu. Toutes les nuits, Rémi faisait des cauchemars. Il se réveillait brusquement en transpirant. Il avait l’impression qu’une pieuvre arrachait dans sa poitrine, ses poumons, son coeur. Il croyait alors qu’il allait étouffer. Il respirait avec difficulté.

Toutes les nuits le même sénario se reproduisait, le laissant à chaque fois un peu plus épuisé. Et les journées suivantes, Rémi appréhendait le retour du sommeil. Puis il dut appeler un médecin qui le fit transporter d’urgence dans un service de soins intensifs à l’hôpital. Rémi pour oublier avait fait des recherches,  étudié, écrit. Il était allé au bout de ses forces physiques. Il avait accumulé une grande fatigue. Son corps souffrait. Il était malade. Il fallait qu’il se soigne.

Le médecin du service de cardiologie où il était rentré, lui indiqua qu’il souffrait d’une insuffisance cardiaque et que de l’eau avait envahi ses poumons. Un traitement médicamenteux, lui permettrait de se rétablir rapidement. Il devrait prendre du repos. Mais il n’aurait aucune séquelle. La pieuvre déserrait petit à petit ses tentacules….

Claire lorsqu’elle apprit le mal de Rémi était très inquiéte. Elle fut angoissée pendant une semaine, car il ne pouvait plus lui donner de ses nouvelles.

Rémi était maintenant sorti de l’hôpital. Il avait contacté Claire. De retour à son domicile,  les forces lui avait d’abord manqué, puis petit à petit elles reprenaient possession de son corps. Bientôt son mal aurait disparu. Les cauchemars étaient toujours présents mais ils s’estompaient.

Rémi pensait toujours à Claire qu’il aimait. Pourquoi n’était- elle pas à ses côtés? Tous les jours au téléphone, il l’écoutait, l’écoutait, l’écoutait…. C’était son Amour.

Hebergement gratuit d image et photo

 Nous ne sommes jamais aussi mal protégé contre la souffrance que lorsque nous aimons.
Sigmund Freud (médecin, psychanalyste autrichien, 1856-1939)

CLAIRE.  background-2008_039.jpgdove.gif

Nouvelle écrite et publiée par Claire le 08 Mai 2008. 

   image74 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...