PLATON, LE BANQUET, PHEDRE.

PLATON, LE BANQUET, PHEDRE. dans -Analyse livres d'Amour 100px-Plato-raphael

PLATON.

PREMIERE PARTIE .

INTRODUCTION AU BANQUET DE PLATON OU DISCOURS SUR L’AMOUR.

coeur_073.gif

Platon naquit probablement en 428 avant JC et mourut probablement aux alentours de 347 avant JC, à l’âge d’environ 80 ans.

Il est issu d’une famille de la plus haute aristocratie d’Athènes.

L’évènement décisif dans la vie de Platon est sa rencontre avec Socrate. A l’âge de 20 ans, le jeune et riche aristocrate devint un fidèle disciple de Socrate. Il reste avec Socrate jusqu’à ce que ce dernier fut condamné à mort. Il n’assiste pas à sa mort.

 Après la mort de Socrate ( mort en 399 avant JC) , Platon quitte Athènes pour un long voyage.

Au retour de ce voyage qui dure 12 ans,  Platon revient à Athènes et fonde  » l’Académie » en 387 avant JC.

Le Banquet, écrit en 385 avant JC,  est l’un des plus beaux dialogues de Platon. Il entre dans le cadre aussi bien de la littérature que de la philosophie. Le Banquet est quelquefois désigné sous le nom de discours sur l’amour.

A Athènes, en l’an 416 avant JC, un banquet est donné en l’honneur d’Agathon, poète tragique, disciple de Gorgias. Il fête avec des amis le prix qu’il a remporté lors d’un concours d’art tragique.

A ce banquet sont invités Aristophane auteur comique à succés, Pausanias amant d’Agathon, Eriximaque médecin érudit, Phèdre jeune Athénien brillant, Alcibiade exubérant et amoureux de Socrate, Aristodème accompagnant Socrate, Diotime spécialiste de l’Amour.

Aristodème entre seul. Socrate arrive en retard. Agathon lui fait l’honneur de le placer à ses côtés.

Alcibiade,  l’amant de Socrate,  arrive plus tard à ce repas déjà enivré. Il se place entre Agathon et Socrate.

Les extraits  qui suivent pour l’élaboration du texte sont tirés du livre de Platon, le Banquet, Phèdre,  Flammarion 1964,  by Garnier Frères Paris.

 

DEUXIEME PARTIE.

DISCOURS SUR L’AMOUR OU LE BANQUET DE PLATON .

coeur_073.gif

_  Phèdre s’engage dans le premier discours. Il dit qu’ Eros est un dieu important. Il inspire les hommes qui cherchent à vivre de façon honnête.

p 14 Phèdre  » L’amour dit-il est le plus ancien des dieux, car on ne lui connaît ni père, ni mère. C’est aussi le Dieu qui fait le plus de bien aux hommes; car il lui inspire la honte du mal et l’émulation du bien. »

p14  » L’amour inspire encore le courage et le dévouement, vertus qui sont récompensées par les dieux (…) »

P14   » (…) l’amour est le plus ancien, le plus auguste et le plus capable de rendre l’homme vertueux et heureux durant sa vie et après sa mort. »  

 -  Pausanias ajoute qu’il y a deux aphrodites et deux amours et fait l’éloge de l’amour pur homosexuel qui est celui qui dure toute la vie par opposition à l’amour physique qui est superficiel .

P14  Pausanias :  » (…) Il y a 2 aphrodites, une céleste et une populaire. il y a aussi 2 amours dont il faut distinguer les fonctions si l’on veut les louer suivant les mérites. L’amour de l’Aphrodite populaire s’attache au corps sans distinction de sexe, plutôt qu’à l’âme, n’inspire que des actions basses. Mais l’amour de l’Aphrodite céleste, qui s’attache au sexe masculin, naturellement plus fort et plus intelligent, forme les plus belles liaisons qui durent toute la vie. « 

P15  » C’est que l’amour n’est de soi, ni beau, ni laid; il est beau, si l’on aime suivant les règles de l’honnêteté;  il est laid, si l’on aime contre ces règles. »

- Eryximaque démontre que l’amour agit dans la dualité des contraires qui se rejoignent  pour créer l’harmonie.

P15 Eryximaque :  » (…) L’amour étend son empire non seulement sur l’âme de l’homme, mais sur toute la nature animée et inanimée. Ici la définition de l’amour s’élargit : il devient l’union et l’harmonie des contraires et il comporte la même dualité que l’amour humain. »

P15  » La musique est la science de l’amour relativement à l’harmonie et au rythme, car c’est l’amour qui, des éléments opposés, comme le grave et l’aigü, les longues et les brèves, produit l’harmonie et le rythme. »

P16  » Dans la constitution de l’harmonie et du rythme, il n’y a pas de place pour les 2 amours; mais on les retrouve dans l’application : c’est à dire dans la composition et dans l’éducation : ici l’artiste doit cultiver l’amour élevé et répudier l’amour vulgaire. »

-  Aristophane mentionne que l’amour est comme un médecin . Grâce à l’amour,  l’homme est heureux et ne ressent plus le mal.

P16 Aristophane : » l’amour dit- il est le protecteur et le médecin des hommes, il guérit des maux qui les empêche d’être heureux. »

-  Agathon précise que l’amour a de nombreuses vertus, qu’il est le bienfaiteur des hommes et que ces derniers doivent chanter ses louanges. Il ne commet pas d’injustice et nous guide vers le bien.

P17  Agathon :  » l’amour communique aux hommes les dons qu’il possède lui même, la beauté et la bonté. Il est le bien et le charme de la société humaine, l’objet de l’admiration et du désir des hommes et des dieux, l’auteur de tout  plaisir, le consolateur de nos peines, le guide de notre vie, le bienfaiteur dont tout mortel doit chanter les louanges. »

P18  Socrate feint de laisser la parole à Diotime, femme de Mantimée, savante en tout ce qui touche à l’Amour.

-  Diotime résume la recherche de l’immortalité de l’homme soit par la chair avec la procréation de l’enfant, soit par l’esprit avec la quête de la beauté surnaturelle, idéale, éternelle et absolue pour atteindre la philosophie. La Beauté seule peut s’accorder avec le divin. L’amour de la beauté physique n’est qu’une étape de l’Amour. Le dieu de l’amour est un Daimôn ( mi-dieu, mi-homme ).

P18  Diotime :  » Il n’est pas un dieu, puisqu’il manque du beau et du bon, le partage de tous les dieux, mais il n’est pas non plus un mortel : c’est un daimôn, c’est à dire un être intermédiaire entre les dieux et les hommes chargé d’assurer les rapports entre eux. »

P18 :  » Ce daimôn est le fils de Poros ( la Ressource) et de Pénia ( la Pauvreté). »

P19 :  » La génération est une oeuvre divine et la laideur ne peut s’accorder avec le divin : la Beauté seule le peut. Et pourquoi la génération est- elle l’objet de l’amour ? C’est qu’elle assure l’immortalité, au moins l’immortalité que comporte notre nature mortelle. »

P19 «   C’est le désir de l’immortalité qui gouverne les actions des hommes. Ceux qui sont féconds selon le corps aiment les femmes parcequ’ils croient se procurer l’immortalité en procréant des enfants. »

P19  » Ceux qui sont féconds selon l’esprit cherchent une belle âme pour y enfanter des vertus qui doivent vivre à jamais (…) »

P19  » On doit d’abord aimer un beau corps, puis comprenant que la beauté d’un corps et soeur de la beauté qui se trouve dans tous les autres, aimer tous les beaux corps, puis regarder la beauté de l’âme comme supérieure à celle du corps; on verra alors la beauté qui est dans les lois et les actions des hommes. »

P19  » Des actions des hommes on passera aux sciences pour en contempler la beauté et enfanter avec la fécondité inépuisable les discours et les pensées les plus magnifiques de la philosophie, jusqu’à ce qu’ enfin on arrive à ne plus voir qu’une seule science, celle de la beauté absolue, idéale, éternelle, de laquelle participe toutes les belles choses. Vivre pour contempler cette beauté est la seule vie digne d’être vécue. »

P19  » L’homme qui vivra dans cette contemplation engendrera non des images de vertus véritables, il sera aimé des dieux, et si jamais un homme peut prétendre à l’immortalité ce sera celui -là. »

-  Phèdre indique que l’Amour peut donner la vertu et le bonheur aux hommes.

P37  Phèdre :  » Ce dieu (Eros) si ancien est un grand bienfaiteur pour l’humanité. »

P38   » Il est certain que les amants seuls savent mourir l’un pour l’autre et je ne parle pas seulement des hommes mais aussi des femmes. »

P39   » Je conclus qu’Eros est de tous les dieux le plus ancien, le plus honoré, le plus capable de donner la vertu et le bonheur aux hommes soit durant leur vie, soit après leur mort. »

- Socrate rompt le discours.

P61  » Voyons maintenant , reprit Socrate, récapitulons. N’avons nous pas reconnu d’abord que l’Amour est l’amour de certaines choses, ensuite de celles dont il sent le besoin. »

-  Diotime , à la remarque de Socrate,  déduit que l’amour n’est que le désir de posséder ce que l’on aime.

P67  Diotime  » L’amour est donc en somme , dit- elle,  le désir de posséder toujours le bien. »

-  Diotime poursuit en disant qu’il convient d’atteindre la beauté surnaturelle, la beauté absolue, la beauté divine au lieu de la beauté de chairs, superflue et périssable.

P73  (….)  » Car la vraie voie de l’amour, qu’on s’y engage de soi même ou qu’on s’y laisse conduire c’est partir de beautés sensuelles et de monter sans cesse vers cette beauté surnaturelle en passant comme par échelon d’un beau corps à deux, de deux à tous, puis des beaux corps aux belles actions, puis des belles actions aux belles sciences, pour aboutir des sciences à cette science qui n’est autre chose que la science de la beauté absolue et pour connaître enfin le beau tel qu’il est en soi. »

P73   » Au lieu d’une beauté chargée de chairs, de couleurs et de cent autres superflues , périssables, la beauté divine elle même sous sa forme unique. »

Les discours de Diotime ont convaincu Socrate . Tout homme  doit honorer l’Amour comme lui-même l’honore.  Il parle déjà de la philosophie.

P73   » Voilà pourquoi, je proclame que tout homme doit honorer l’Amour, pourquoi je l’honore moi même et m’adonne particulièrement à son culte (…). »

 

TROISIEME PARTIE.

LA CONSTRUCTION PARTICULIERE DU BANQUET DE PLATON OU DISCOURS SUR L’AMOUR

coeur_073.gif

La pensée de Platon est centrée sur l’homme. 

Platon se sert d’Appolodore qui est le narrateur et fait le récit ( vers 405 avant JC) de cette longue nuit en rapportant les paroles importantes qui y ont été échangées.

Qu’est ce que l’amour ? Tour à tour, les convives du Banquet, guidés par leur propre désir, se proposent de répondre à la question. Tous font l’éloge d’Eros, en le divinisant. Il y a une évolution lors de chaque intervenant,  dans la notion de l’amour. Chacun ajoute une notion nouvelle.

Mais l’intervention de Socrate rompt le dialogue.

L’Eros de Socrate est un amour toujours insatisfait, se détachant du corps pour se tourner vers des objets spirituels au moyen de la philosophie.

Alcibiade l’amant de Socrate raconte lors de cette longue nuit comment Socrate, résiste aux attraits de son physique. S’agit- il vraiment d’amour ou  de la sublimation de l’amour ?

Tout au long de son discours, Alcibiade démontre le caractère pur, la recherche de l’idéal, l’absence de toute sensualité dans l’amour platonique. Cet amour platonique est donc  le rejet des Beautés réelles au profit des Beautés surnaturelles.

Socrate traite des conditions de l’amour. Peut -il être honorable pour l’aimée comme pour l’amant ? Quand Socrate parle de l’Amour, il parle déjà de la philosophie.

Beauté, Amour, Philosophie, 3 thèmes intimement liés dans la pensée Platonnienne en général.

Platon voudrait -il nous dire que l’amour n’est vivable que si l’on échappe à l’ emprise de l’amour ?

Pour Platon aussi l’expérience du beau ne se fait pas dans une contemplation solidaire d’une forme sensible mais dans une relation à l’autre.

Platon pense que l’Amour est le désir de l’absolu.

L’Amour conduit vers la Beauté.

D’où vient la beauté ? Elle s’exprime à travers les gestes, les expressions, les paroles de l’autre. Mais aussi à travers le regard et la recherche de la Beauté universelle.

Un bon philosophe est avant tout un artiste qui maîtrise une certaine technique. Pour Platon les hommes, à l’exception des vrais philosophes, vivent dans l’illusion du réel.

Claire.    background-2008_039.jpg 

image74

Claire  a été séduite par le Banquet de Platon. Elle y a trouvé l’Amour, la Beauté , la Parole et la Philosophie .

Claire se demande ce qu’a fait l’histoire humaine de ces quelques propos? Car ce discours sur l’Amour est une pierre de l’édifice de notre histoire.

coeur_073.gif

Publié par Claire le 26 Mars 2008.dove.gif

 


Archive pour 26 mars, 2008

PLATON, LE BANQUET, PHEDRE.

PLATON, LE BANQUET, PHEDRE. dans -Analyse livres d'Amour 100px-Plato-raphael

PLATON.

PREMIERE PARTIE .

INTRODUCTION AU BANQUET DE PLATON OU DISCOURS SUR L’AMOUR.

coeur_073.gif

Platon naquit probablement en 428 avant JC et mourut probablement aux alentours de 347 avant JC, à l’âge d’environ 80 ans.

Il est issu d’une famille de la plus haute aristocratie d’Athènes.

L’évènement décisif dans la vie de Platon est sa rencontre avec Socrate. A l’âge de 20 ans, le jeune et riche aristocrate devint un fidèle disciple de Socrate. Il reste avec Socrate jusqu’à ce que ce dernier fut condamné à mort. Il n’assiste pas à sa mort.

 Après la mort de Socrate ( mort en 399 avant JC) , Platon quitte Athènes pour un long voyage.

Au retour de ce voyage qui dure 12 ans,  Platon revient à Athènes et fonde  » l’Académie » en 387 avant JC.

Le Banquet, écrit en 385 avant JC,  est l’un des plus beaux dialogues de Platon. Il entre dans le cadre aussi bien de la littérature que de la philosophie. Le Banquet est quelquefois désigné sous le nom de discours sur l’amour.

A Athènes, en l’an 416 avant JC, un banquet est donné en l’honneur d’Agathon, poète tragique, disciple de Gorgias. Il fête avec des amis le prix qu’il a remporté lors d’un concours d’art tragique.

A ce banquet sont invités Aristophane auteur comique à succés, Pausanias amant d’Agathon, Eriximaque médecin érudit, Phèdre jeune Athénien brillant, Alcibiade exubérant et amoureux de Socrate, Aristodème accompagnant Socrate, Diotime spécialiste de l’Amour.

Aristodème entre seul. Socrate arrive en retard. Agathon lui fait l’honneur de le placer à ses côtés.

Alcibiade,  l’amant de Socrate,  arrive plus tard à ce repas déjà enivré. Il se place entre Agathon et Socrate.

Les extraits  qui suivent pour l’élaboration du texte sont tirés du livre de Platon, le Banquet, Phèdre,  Flammarion 1964,  by Garnier Frères Paris.

 

DEUXIEME PARTIE.

DISCOURS SUR L’AMOUR OU LE BANQUET DE PLATON .

coeur_073.gif

_  Phèdre s’engage dans le premier discours. Il dit qu’ Eros est un dieu important. Il inspire les hommes qui cherchent à vivre de façon honnête.

p 14 Phèdre  » L’amour dit-il est le plus ancien des dieux, car on ne lui connaît ni père, ni mère. C’est aussi le Dieu qui fait le plus de bien aux hommes; car il lui inspire la honte du mal et l’émulation du bien. »

p14  » L’amour inspire encore le courage et le dévouement, vertus qui sont récompensées par les dieux (…) »

P14   » (…) l’amour est le plus ancien, le plus auguste et le plus capable de rendre l’homme vertueux et heureux durant sa vie et après sa mort. »  

 -  Pausanias ajoute qu’il y a deux aphrodites et deux amours et fait l’éloge de l’amour pur homosexuel qui est celui qui dure toute la vie par opposition à l’amour physique qui est superficiel .

P14  Pausanias :  » (…) Il y a 2 aphrodites, une céleste et une populaire. il y a aussi 2 amours dont il faut distinguer les fonctions si l’on veut les louer suivant les mérites. L’amour de l’Aphrodite populaire s’attache au corps sans distinction de sexe, plutôt qu’à l’âme, n’inspire que des actions basses. Mais l’amour de l’Aphrodite céleste, qui s’attache au sexe masculin, naturellement plus fort et plus intelligent, forme les plus belles liaisons qui durent toute la vie. « 

P15  » C’est que l’amour n’est de soi, ni beau, ni laid; il est beau, si l’on aime suivant les règles de l’honnêteté;  il est laid, si l’on aime contre ces règles. »

- Eryximaque démontre que l’amour agit dans la dualité des contraires qui se rejoignent  pour créer l’harmonie.

P15 Eryximaque :  » (…) L’amour étend son empire non seulement sur l’âme de l’homme, mais sur toute la nature animée et inanimée. Ici la définition de l’amour s’élargit : il devient l’union et l’harmonie des contraires et il comporte la même dualité que l’amour humain. »

P15  » La musique est la science de l’amour relativement à l’harmonie et au rythme, car c’est l’amour qui, des éléments opposés, comme le grave et l’aigü, les longues et les brèves, produit l’harmonie et le rythme. »

P16  » Dans la constitution de l’harmonie et du rythme, il n’y a pas de place pour les 2 amours; mais on les retrouve dans l’application : c’est à dire dans la composition et dans l’éducation : ici l’artiste doit cultiver l’amour élevé et répudier l’amour vulgaire. »

-  Aristophane mentionne que l’amour est comme un médecin . Grâce à l’amour,  l’homme est heureux et ne ressent plus le mal.

P16 Aristophane : » l’amour dit- il est le protecteur et le médecin des hommes, il guérit des maux qui les empêche d’être heureux. »

-  Agathon précise que l’amour a de nombreuses vertus, qu’il est le bienfaiteur des hommes et que ces derniers doivent chanter ses louanges. Il ne commet pas d’injustice et nous guide vers le bien.

P17  Agathon :  » l’amour communique aux hommes les dons qu’il possède lui même, la beauté et la bonté. Il est le bien et le charme de la société humaine, l’objet de l’admiration et du désir des hommes et des dieux, l’auteur de tout  plaisir, le consolateur de nos peines, le guide de notre vie, le bienfaiteur dont tout mortel doit chanter les louanges. »

P18  Socrate feint de laisser la parole à Diotime, femme de Mantimée, savante en tout ce qui touche à l’Amour.

-  Diotime résume la recherche de l’immortalité de l’homme soit par la chair avec la procréation de l’enfant, soit par l’esprit avec la quête de la beauté surnaturelle, idéale, éternelle et absolue pour atteindre la philosophie. La Beauté seule peut s’accorder avec le divin. L’amour de la beauté physique n’est qu’une étape de l’Amour. Le dieu de l’amour est un Daimôn ( mi-dieu, mi-homme ).

P18  Diotime :  » Il n’est pas un dieu, puisqu’il manque du beau et du bon, le partage de tous les dieux, mais il n’est pas non plus un mortel : c’est un daimôn, c’est à dire un être intermédiaire entre les dieux et les hommes chargé d’assurer les rapports entre eux. »

P18 :  » Ce daimôn est le fils de Poros ( la Ressource) et de Pénia ( la Pauvreté). »

P19 :  » La génération est une oeuvre divine et la laideur ne peut s’accorder avec le divin : la Beauté seule le peut. Et pourquoi la génération est- elle l’objet de l’amour ? C’est qu’elle assure l’immortalité, au moins l’immortalité que comporte notre nature mortelle. »

P19 «   C’est le désir de l’immortalité qui gouverne les actions des hommes. Ceux qui sont féconds selon le corps aiment les femmes parcequ’ils croient se procurer l’immortalité en procréant des enfants. »

P19  » Ceux qui sont féconds selon l’esprit cherchent une belle âme pour y enfanter des vertus qui doivent vivre à jamais (…) »

P19  » On doit d’abord aimer un beau corps, puis comprenant que la beauté d’un corps et soeur de la beauté qui se trouve dans tous les autres, aimer tous les beaux corps, puis regarder la beauté de l’âme comme supérieure à celle du corps; on verra alors la beauté qui est dans les lois et les actions des hommes. »

P19  » Des actions des hommes on passera aux sciences pour en contempler la beauté et enfanter avec la fécondité inépuisable les discours et les pensées les plus magnifiques de la philosophie, jusqu’à ce qu’ enfin on arrive à ne plus voir qu’une seule science, celle de la beauté absolue, idéale, éternelle, de laquelle participe toutes les belles choses. Vivre pour contempler cette beauté est la seule vie digne d’être vécue. »

P19  » L’homme qui vivra dans cette contemplation engendrera non des images de vertus véritables, il sera aimé des dieux, et si jamais un homme peut prétendre à l’immortalité ce sera celui -là. »

-  Phèdre indique que l’Amour peut donner la vertu et le bonheur aux hommes.

P37  Phèdre :  » Ce dieu (Eros) si ancien est un grand bienfaiteur pour l’humanité. »

P38   » Il est certain que les amants seuls savent mourir l’un pour l’autre et je ne parle pas seulement des hommes mais aussi des femmes. »

P39   » Je conclus qu’Eros est de tous les dieux le plus ancien, le plus honoré, le plus capable de donner la vertu et le bonheur aux hommes soit durant leur vie, soit après leur mort. »

- Socrate rompt le discours.

P61  » Voyons maintenant , reprit Socrate, récapitulons. N’avons nous pas reconnu d’abord que l’Amour est l’amour de certaines choses, ensuite de celles dont il sent le besoin. »

-  Diotime , à la remarque de Socrate,  déduit que l’amour n’est que le désir de posséder ce que l’on aime.

P67  Diotime  » L’amour est donc en somme , dit- elle,  le désir de posséder toujours le bien. »

-  Diotime poursuit en disant qu’il convient d’atteindre la beauté surnaturelle, la beauté absolue, la beauté divine au lieu de la beauté de chairs, superflue et périssable.

P73  (….)  » Car la vraie voie de l’amour, qu’on s’y engage de soi même ou qu’on s’y laisse conduire c’est partir de beautés sensuelles et de monter sans cesse vers cette beauté surnaturelle en passant comme par échelon d’un beau corps à deux, de deux à tous, puis des beaux corps aux belles actions, puis des belles actions aux belles sciences, pour aboutir des sciences à cette science qui n’est autre chose que la science de la beauté absolue et pour connaître enfin le beau tel qu’il est en soi. »

P73   » Au lieu d’une beauté chargée de chairs, de couleurs et de cent autres superflues , périssables, la beauté divine elle même sous sa forme unique. »

Les discours de Diotime ont convaincu Socrate . Tout homme  doit honorer l’Amour comme lui-même l’honore.  Il parle déjà de la philosophie.

P73   » Voilà pourquoi, je proclame que tout homme doit honorer l’Amour, pourquoi je l’honore moi même et m’adonne particulièrement à son culte (…). »

 

TROISIEME PARTIE.

LA CONSTRUCTION PARTICULIERE DU BANQUET DE PLATON OU DISCOURS SUR L’AMOUR

coeur_073.gif

La pensée de Platon est centrée sur l’homme. 

Platon se sert d’Appolodore qui est le narrateur et fait le récit ( vers 405 avant JC) de cette longue nuit en rapportant les paroles importantes qui y ont été échangées.

Qu’est ce que l’amour ? Tour à tour, les convives du Banquet, guidés par leur propre désir, se proposent de répondre à la question. Tous font l’éloge d’Eros, en le divinisant. Il y a une évolution lors de chaque intervenant,  dans la notion de l’amour. Chacun ajoute une notion nouvelle.

Mais l’intervention de Socrate rompt le dialogue.

L’Eros de Socrate est un amour toujours insatisfait, se détachant du corps pour se tourner vers des objets spirituels au moyen de la philosophie.

Alcibiade l’amant de Socrate raconte lors de cette longue nuit comment Socrate, résiste aux attraits de son physique. S’agit- il vraiment d’amour ou  de la sublimation de l’amour ?

Tout au long de son discours, Alcibiade démontre le caractère pur, la recherche de l’idéal, l’absence de toute sensualité dans l’amour platonique. Cet amour platonique est donc  le rejet des Beautés réelles au profit des Beautés surnaturelles.

Socrate traite des conditions de l’amour. Peut -il être honorable pour l’aimée comme pour l’amant ? Quand Socrate parle de l’Amour, il parle déjà de la philosophie.

Beauté, Amour, Philosophie, 3 thèmes intimement liés dans la pensée Platonnienne en général.

Platon voudrait -il nous dire que l’amour n’est vivable que si l’on échappe à l’ emprise de l’amour ?

Pour Platon aussi l’expérience du beau ne se fait pas dans une contemplation solidaire d’une forme sensible mais dans une relation à l’autre.

Platon pense que l’Amour est le désir de l’absolu.

L’Amour conduit vers la Beauté.

D’où vient la beauté ? Elle s’exprime à travers les gestes, les expressions, les paroles de l’autre. Mais aussi à travers le regard et la recherche de la Beauté universelle.

Un bon philosophe est avant tout un artiste qui maîtrise une certaine technique. Pour Platon les hommes, à l’exception des vrais philosophes, vivent dans l’illusion du réel.

Claire.    background-2008_039.jpg 

image74

Claire  a été séduite par le Banquet de Platon. Elle y a trouvé l’Amour, la Beauté , la Parole et la Philosophie .

Claire se demande ce qu’a fait l’histoire humaine de ces quelques propos? Car ce discours sur l’Amour est une pierre de l’édifice de notre histoire.

coeur_073.gif

Publié par Claire le 26 Mars 2008.dove.gif

 

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...