L’AMOUR DECHIRE

 coeur046.gif

 

610504631.gif 

PREMIERE PARTIE.

Claire était de plus en plus seule. Rémi la retrouvait mais il était moins attentionné avec elle. Il lui reprochait de ne pas vouloir modifier sa vie. Claire sentait que le moment d’un changement arrivait dans sa vie. Cependant elle était toujours aussi bien lorsque Remi venait passer la journée auprès d’elle. Il lui avait mis des dédicaces magnifiques sur les livres qu’il avait écrits et lui avait donnés. Mais lors de ses appels qui étaient toujours aussi fréquents, elle le sentait pressé de vouloir retourner vers la vie qu’il s’était construite en dehors d’elle. De plus, il ne lui avait jamais présenté sa famille. De son côté Claire n’arrivait pas à prendre de décision pour modifier sa vie. Pierre et Rémi la partageaient d’une manière différente.

Néanmoins, Claire savait que Rémi  s’échappait . De plus, elle n’était pas vraiment bien avec Pierre car l’arrivée de Rémi avait brisé la vie à ses côtés. Elle fuyait Pierre dès qu’elle le pouvait pour retrouver sa mère, ses amis, ses amies et Rémi. Ses enfants étaient devenus la seule attache stable de sa vie.

 Elle pressentait aussi que son amour avec Rémi arrivait dans un futur proche à son terme. Claire sentait même que par moment  l’amour qu’elle donnait se transformait en haine pour les deux hommes qu’elle avait aimés. Elle ne pouvait pourtant pas  en vouloir à Rémi car il était rentré dans sa vie au moment où ses sentiments pour Pierre s’estompaient. Elle avait eu besoin de ce renouveau.

 Elle regrettait aujourd’hui la venue de Rémi . Il était arrivé comme une tornade dans sa vie et Claire et Rémi n’avaient pas vraiment appris à se connaître. Elle aimait plus que tout Rémi mais elle était prête à sacrifier cet amour si Rémi lui faisait mal. Claire ne voulait plus vivre avec Pierre.  Claire sentait une grande force en elle à rechercher et qui lui permettrait un jour d’aller vers d’autres horizons plus sereins. 

Elle était assez forte aujourd’hui pour aborder ces moments douloureux qui l’affectaient aussi. Car elle ne pouvait rester sans agir et perdre petit à petit la vie. Elle devait penser à elle.

Claire réfléchissait, pesait les moments de bonheur qu’elle vivait maintenant. Claire était gentille, elle ne voulait pas faire de mal à ses enfants et à ces deux hommes. Elle repartirait, elle le savait vers un bonheur nouveau qui la laisserait pleinement satisfaite.

Claire était une très belle femme que plus d’un homme désirerait. La vie n’avait pas trop marqué son apparence et la flamme de la passion brillait toujours dans ses yeux. Sa démarche, ses gestes sa voix étaient toujours d’une grande sensualité.

Néanmoins, le soir avant de s’endormir  deux larmes coulaient le long de ses joues. La nuit et le sommeil les absorbaient et le matin elle reprenait joyeuse le chemin de son travail, celui du domicile de sa mère, des lieux où elle rejoignait ses amies et Rémi. Personne autour d’elle ne pouvait voir et comprendre la tristesse de Claire.

L'AMOUR DECHIRE dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. fu5v15y4

DEUXIEME PARTIE.

Puis Claire tomba malade. Elle dû arrêter son travail et se reposer chez sa mère. Elle demanda à Rémi et à Pierre de ne plus venir auprès d’elle. Elle devait se retrouver et être capable  de reprendre le chemin du bonheur. Ses enfants, ses amis, ses amies vinrent la voir. Claire allait de mieux en mieux et reprenait goût à la vie. Le printemps était là et la nature se remettait à vivre avec elle. Elle se sentait encore très alanguie. Elle ne pouvait pas faire de grandes promenades car elle était épuisée.

Sa mère s’était occupée de Claire comme pendant son enfance. Chaque jour grâce à elle, Claire reprenait un peu plus de force. Elle retourna acheter des toilettes dans les boutiques avec ses amies.  Elle vit ses oncles, ses tantes, ses cousins,  ses cousines chez lesquels elle passa quelques jours avec sa mère pour se distraire.

Claire était maintenant capable de prendre la décision qui était nécessaire et orienterait sa vie. Dès qu’elle retournerait au travail, elle demanderait à sa firme de prendre un poste à l’étranger. Elle aimerait aller aux Etats Unis. Comme Claire était appréciée dans cette entreprise, elle pensa qu’elle obtiendrait ce poste facilement.

Ainsi elle s’éloignerait de Pierre et de Rémi pour recommencer une nouvelle vie. Elle ne pouvait plus continuer à vivre avec un homme qu’elle n’aimait plus et un homme  avec lequel elle ne pouvait trouver une certaine sérénité et sécurité. Combien de temps  Rémi pouvait il encore l’aimer et la désirer ? Il ne lui proposait plus de le rejoindre dans sa vie.

Il fallait maintenant qu’elle parle de ce prochain départ à sa mère sans la choquer.  Elle ne pourrait plus être aussi souvent à ses côtés… Mais sa mère pourrait venir aux Etats Unis, même avec une amie si elle ne voulait pas faire le voyage toute seule.

 Pierre serait toujours le compagnon qui avait partagé sa vie, le père de ses enfants. Il pourrait aussi venir la voir mais comme un ami fidèle.

Rémi l’amour de sa vie saurait la retrouver et la rejoindre s’ il l’aimait .

Ses enfants avaient leurs scolarités en France. Ils avaient leurs amis proches et Claire ne pensait pas qu’ils l’accompagneraient. Ils lui manqueraient chaque jour. C’est avec eux pensa-t-elle qu’elle avait le mieux réussi. Ils étaient ses amours et le bonheur de sa vie.

Claire demanda un entretien au Directeur de l’Entreprise où elle travaillait . Ce dernier lui dit qu’il trouverait à Claire une place dans une filiale de l’entreprise aux Etats Unis.

Claire retournerait auprès de Pierre, elle ne reverrait pas Rémi. Elle lui adresserait un courrier en poste restante et lui signifierait sa décision. S’il l’aimait, il comprendrait……

Claire savait que les habitants de l’appartement était d’une grande tristesse. Elle savait aussi que Pierre lui en voulait, il ne comprenait pas. Comment la femme qu’il aimait  avait-elle pu  agir ainsi ? Pierre lui demanda si elle avait un autre homme dans sa vie. Claire lui répondit qu’elle partait seule. Elle n’avait pas voulu lui parler de Rémi pour ne pas lui faire de mal. Claire ajouta qu’elle avait beaucoup aimé Pierre mais qu’aujourd’hui ses sentiments avaient beaucoup changé et qu’elle ne pouvait plus vivre ainsi. Les appels téléphoniques de Pierre seraient les bienvenus et ses visites en tant que père de ses enfants aussi. Elle ne pouvait pas avoir passé toutes ces années à ses côtés sans que des sentiments de tendresse subsistent.

Claire voyait que ses enfants l’évitaient . Elle dit à Pierre qu’elle pensait que Frédéric et Hélène désireraient rester auprès de lui . Claire ne leur en voudrait pas et elle les comprenait. Elle avait mûri sa décision chez sa mère et elle n’avait pas trouvé d’autres solutions. Ce renouveau pourrait la sauver.

Hélène et Frédéric viendraient la voir dès qu’ils auraient des vacances et ils se contacteraient tous les jours au téléphone ou par internet.

La route de Claire était tracée.

CLAIRE .   background-2008_039.jpg

radc378dre6 dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.      epreview-fr-150-88-75NDU8LTUHL39L1ZN


Archive pour 31 décembre, 2007

FOLLES ERRANCES

cupid01.gif

PREMIERE PARTIE.

blog88

Rémi demande par communication téléphonique à Claire s’il pouvait venir à Paris pour la voir. Claire heureuse accepta. Claire décida qu’ils iraient à un colloque au Palais du Luxembourg où elle avait l’habitude de se rendre . Rémi réserva une chambre d’hôtel à proximité. Il partit dès le matin de Lyon avec frénésie. Il n’avait pas cessé de penser à Claire. Ils se donnèrent rendez vous à proximité du lieu de travail de Claire. Rémi lui avait demandé si elle pouvait écourter sa journée de travail pour la voir dès le soir.

Lorsqu’il vit Claire Rémi la trouva éblouissante. Ils se fondirent dans la foule puis il la prit dans ses bras brusquement. Claire eut l’impression qu’il voulait la manger vu le nombre de baisers qu’il déposa sur son visage. Elle fondait sous ses caresses.

Rémi lui demanda si elle voulait prendre une boisson. Claire accepta pour se détendre et se remettre de la fatigue de son travail. Elle prit un café avec du lait assise en face de Rémi. Ils parlèrent longuement de littérature, de faits divers. Rémi lui prit ensuite la main comme un adolescent et lui dit les mots les plus tendres qu’une femme avait envie d’entendre. Il l’emmena à son hôtel. Claire se sentit gênée lorsqu’elle passa devant le réceptionniste qui la regarda d’un air amusé. 

Rémi la conduisit à sa chambre. Il tapa le code de la porte. Claire observa la chambre lorsque cette porte s’ouvrit et la trouva très sobre. Elle n’eut pas beaucoup le loisir de la regarder.  Rémi l’enlaçait. Il prit son sac , sans quitter la main de Claire qu’il tenait et le posa par terre.

 Il mit Claire devant la fenêtre puis la déshabilla; il ne lui laissa que sa jupe. Claire pensa qu’heureusement ils étaient à l’étage et que peu de regards pouvaient les observer. Elle fut troublée d’être l’objet de regards extérieurs. Puis elle oublia tout en dehors de Rémi.  Il la retourna et écarta ses jambes. Il posa ses lèvres sur tout son corps. La jouissance de Claire était latente puis elle irradia tout son corps. Elle reçut mille décharges de plaisir. Rémi arrêta lorsque Claire gémit et cria. Elle ouvrit les yeux et vit Rémi très troublé à ses côtés. Il n’avait pas cessé également de gémir et de prendre du plaisir. Il  laissa Claire se remettre doucement. Elle émergea. Puis elle se rhabilla, s’apprêta et se remaquilla.

Maintenant il était temps pour Claire de regagner son domicile. Et puis elle savait que Rémi dormait cette nuit à proximité d’elle avec l’odeur de Claire dans ses draps. Elle lui laissa son écharpe pour lui rappeler sa présence. Rémi lui fit un rapport en riant sur le déroulement de leur journée du lendemain : hôtel avec réveil de Claire sous les caresses, petit déjeuner au café, conférence à 10 heures, déjeuner au Palais du Luxembourg, conférence l’après midi puis sortie prématurée pour un moment de détente.

Claire se coucha tôt et s’endormit aussitôt.

FOLLES ERRANCES dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. uyaqnjp2

DEUXIEME PARTIE.

Le lendemain Claire se dépècha de se préparer. Elle choisit une robe en soie rouge vif. Elle mit un rouge à lèvres un peu provoquant de la même couleur sur ses lèvres. Elle prit une écharpe coordonnée, des chaussures du même rouge. Elle séduirait Rémi….

Après un long moment passé tous les deux , ils gagnèrent le Palais du Luxembourg qui était une merveille. Ils longèrent le jardin. Ils prirent un petit déjeuner en face de ce jardin. Après avoir justifié leurs identités, ils longèrent une cour pavée et regagnèrent la salle indiquée sur leurs invitations en suivant un chemin flêché.

Ils virent des anciens Ministres du Général De Gaulle et des professeurs de diverses Universités s’exprimer sur la mise en place de la constitution de 1958.  Ils commentèrent  sa construction qui eût lieu en comité clos, sans publicité,  autour du Général et s’attardèrent sur l’opposition du cartel des gauches.

Claire et Rémi parlèrent, lors d’un repos de détente donné après des interventions, sur un banc du Sénat avec un ministre du Général de Gaulle d’une situation particulière que ce dernier avait vécue enfant. Claire remarqua, à la reprise des débats que certains avaient oubliés leur position de l’époque et leur dire contre la rédaction du texte de cette constitution qui leur paraissait alors trop réformateur. Claire était surprise qu’avec le temps des éléments aussi importants aient pu être transformés.

Claire et Rémi allèrent ensuite vers le buffet où ils mangèrent peu. Ils parlèrent avec de nombreuses personnalités présentes, heureux de ces échanges de points de vue. Ils se nourrissaient de la connaissance de chacun d’eux. L’après midi le colloque était toujours aussi interessant grâce aux paroles et aux connaissances rapportées .

Rémi se jura que pour Claire il ne serait pas un amant ordinaire. Il avait tant attendu pour la retrouver. Après avoir une seconde fois passé un moment seule avec Rémi , Claire le quitta en espèrant très vite le retrouver. Leur bonheur et leur entente étaient parfaites.

Claire et Rémi se revirent de nombreuses fois pendant plusieurs années avec le même plaisir. Ils firent une escapade au Maroc où Claire était sensée être allée avec une amie pendant dix jours. Claire invita Rémi à une exposition de peinture qu’elle donna à Barbizon dans un de ses lieux préférés où de grands peintres comme Millet avaient vécus.

CLAIRE.  background-2008_039.jpg 

2fpkqcjb dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.     livro10

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...