AMOUR

livre 

AMOUR, BEAUTE, DESIR.

Si je savais dessiner la beauté

Elle aurait la couleur de tes yeux illuminés

Si j’arrivais à tracer le bonheur

Il irait directement à ton cœur

Si je savais exprimer tous mes désirs
Chacun d’eux arriverait à te faire frémir
Si j’arrivais à traduire l’effet de ta main qui me frôle
C’est comme si l’univers se retournait sur ses pôles

Et si je devais parler de l’amour
En un instant j’aurais aux lèvres, le mot toujours
Parce qu’il n’y a rien au monde de plus merveilleux
Que cet amour bien calé à jamais, entre nous deux.

 
Helen

Avec tous mes remerciements à Helen ,  ( blog : poesie d’amour,  helenp.unblog.fr « défis des mots de Sisley ») pour avoir écrit un poème à partir des trois mots du titre de mon blog .

 

AMOUR.

AMOUR dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies. ecrire

CITATIONS D’ HOMMES CELEBRES.

«Aimer c’est donner ce que l’on a pas à quelqu’un qui n’en veut pas…»

Jacques LACAN

Aimer, le terme paraît si familier… J’aime ma femme au même titre que j’aime les éclairs au chocolat… ? Le mot est usité dans nombre de contextes… On aime, on aime pas… Passons la définition du dictionnaire. Et lorsqu’on y réfléchit réellement, a-t-on une définition de ce terme ? On évoque des sentiments, des sensations, des émotions… rien de bien concrêt en fait. Pourtant chacun de nous utilise ce terme dans la vie quotidienne. Un homme a besoin de se sentir aimé, une femme également, mais le besoin réside dans le simple fait de prononcer cette phrase : «je t’aime». Populairement, il est dit que lorsque l’on sait pourquoi on aime quelqu’un, le sentiment n’est plus. J’aime… je ne sais pas pourquoi… et c’est pour cela que j’aime…………. 

N’aimer qu’un seul est barbarie, car c’est au détriment de tous les autres. Fût-ce l’amour de Dieu.« 
Friedrich Nietzsche

« S’il en est ainsi, l’Amour sera donc amour de la beauté et non de la laideur ? »
(Socrate, dans Platon, Le Banquet, 201A)

 Nous ne sommes jamais aussi mal protégé contre la souffrance que lorsque nous aimons.
Sigmund Freud (médecin, psychanalyste autrichien, 1856-1939)

Aimer, c’est essentiellement vouloir être aimé. 
Jacques Lacan (médecin, psychanalyste français, 1901-1981)

Ceux qu’on aime, on ne les juge pas.
Jean-Paul Sartre (Philosophe et écrivain français, 1905-1980)

L’amour est aveugle. 
Platon (philosophe grec, 427-348 av. J.-C.)

Un amour, une carrière, une révolution : autant d’entreprises que l’on commence en ignorant leur issue.
Jean-Paul Sartre (Philosophe et écrivain français, 1905-1980)

Plus on connaît, plus on aime. 
Léonard de Vinci (peintre et savant italien, 1452-1519)
Extrait des « Carnets »
 

  
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

 AMOUR.

PREMIERE PARTIE.

 Claire était grande, brune et avait les yeux bleus, un nez fin et des lèvres bien dessinées. On aurait pu dire qu’elle ressemblait à ces femmes parfaites ayant l’air de poupée. En plus de cette beauté qui la faisait être remarquée, elle était issue d’une grande famille noble. Elle était née dans cette famille, il y a de nombreuses années déjà, c’était le 24 mars 1965.

Elle avait grandi comme la plupart des enfants entourée de l’amour de ses parents et de ses grands parents. Ils avaient été d’autant plus attentionnés envers elle qu’elle était fille et petite fille unique.

 Elle était l’héritière de cette famille, la princesse tant attendue qui devait perpétuer le nom et l’héritage familial. Elle avait été comme il se devait, élevée dans la religion. Elle avait suivi ses études dans une école catholique pas très éloignée de son domicile. Il y avait cette noblesse qui lui était transmise et qu’elle devait donner à ses enfants et qui appartiendrait ensuite à ses petits enfants. Elle avait cette distinction innée qui la rendait différente des autres. Elle avait la responsabilité d’être le relais des  générations qui suivraient.

Elle était aussi à la tête d’une grande fortune, de biens immobiliers, d’un château et de terres qu’elle devait préserver des aléas de la vie. Son père était décédé brutalement , sans qu’ils aient pu vraiment se parler de ce que Claire aurait à faire. La vieillesse avait envahit ce père d’un seul coup sans qu’elle voulut s’en apercevoir et qu’elle ait la possibilité de préparer son départ. Il avait essayé de lui parler peu avant sa mort, mais elle lui avait répondu qu’il était encore en pleine forme et qu’il vivrait encore de nombreuses années. Mais elle savait implicitement depuis sa mort que son père l’avait désignée pour prendre sa succession et que son  petit fils reprendrait également après elle le domaine.

 Claire s’était mariée jeune, à l’âge de 18 ans. Son mari lui  avait été présenté, le mariage arrangé par leur famille réciproque. Elle avait eu un mariage grandiose. Mais elle se demandait à présent si elle n’était pas trop jeune à cette époque pour rentrer dans une vie de femme à peine sortie de l’adolescence.

 Elle était partie vivre à 500km du domicile parental , dans un appartement à PARIS. Il lui avait été donné, en cadeau de mariage pour sa dot. Le travail qu’elle avait recherché dans une entreprise multinationale l’empêchait de se rapprocher d’abord des siens, puis de sa mère autant qu’elle l’aurait voulu.

Sa mère était maintenant seule. Claire savait que son père avait reporté sur sa fille la mission de gérer le domaine et de s’occuper de sa mère. Claire menait une vie qui paraissait ordinaire mais chaque jour elle était imprégnée de l’aura qui l’entourait. Cette lumière innée jaillissait d’elle, sans que son entourage proche s’en aperçut toujours.

Elle devait faire fructifier le domaine de ses ancêtres et préserver le patrimoine familial. Chaque élément de ce patrimoine la rattachait à eux. Ils avaient apporté chacun une pierre à l’édifice et elle les respectait.

Elle avait eu très vite deux enfants , Helène et Frédéric, qui lui avaient donné toutes les satisfactions qu’elle attendait d’eux. c’étaient  deux enfants sans problème qui avaient suivi des scolarités exemplaires et qui avaient gardé tout le respect inculqué par la famille. Elle avait beaucoup d’amis et amies car elle savait par sa gaieté et l’amour de la vie insuffler sa joie à ses proches. Elle était dynamique, aimait rire et chacun la respectait. Elle ne faisait aucune différence entre toutes les classes sociales. Elle aimait chacun pour ses qualités propres, pour ce qu’il était.

 

Fondation de Coubertin

DEUXIEME PARTIE. 

Elle aimait le château de son enfance, l’austérité, les tapisseries aux murs et aux sols qui représentaient des scènes mythologiques ou de chasses vécues par ses ancêtres, les meubles massifs, les lustres en cristal qui scintillaient dans la lumière. C’était dans ce château qu’elle pouvait ressentir toutes les parties de son être.

Elle humait la terre, les fleurs, l’herbe fraîchement coupée. Ses yeux turquoises se paraient alors de paillettes et son visage s’illuminait. Le matin, elle écoutait par la fenêtre ouverte, la multitude de chants d’ oiseaux. L’été,  elle prenait son petit déjeuner sur la terrasse extérieure pour mieux faire corps avec la nature environnante.

 Elle aimait y boire un thé très chaud avec des toasts grillés. Le parfum des fleurs embaumait l’air . Elle était en pleine forme pour commencer la journée. Son mari et ses enfants venaient quelquefois la rejoindre mais elle aimait surtout y être seule pour retrouver son adolescence.

Elle retrouvait sa mère dans cette demeure. Elle lui disait qu’elle l’aimait et qu’elle avait besoin d’elle. Elles pleuraient ensemble ce père qui était parti trop tôt. Claire consolait sa mère et l’embrassait avec tendresse.

Elle l’emmenait prendre le thé chez des amies. Elles racontaient leurs histoires. Claire éclatait de ce rire joyeux qui la caractérisait. Elle  passait de très agréables moments lors de ces goûters. Elle y retrouvait ses amis d’enfance.

CLAIRE .   background-2008_039.jpgpic_214744_44951_crop dans -Mes romans-nouvelles-essais-poèsies.

7o2a0mvl

 

 


6 commentaires

  1. interiste dit :

    Exquis tes commentaires sur l’amour j’adore

  2. natsu dit :

    ton blog avance dans la lumiere du phare d’unblog;cap au sud toutes voiles gonflées. natsu :)

  3. viviane75 dit :

    L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice mais il se réjouit de la vérité ; il pardonne tout, il croit tout, il supporte tout.
    L’amour ne meurt jamais…..
    Maintenant ces trois choses restent, la foi, l’espérance et l’a

  4. viviane75 dit :

    Si je parle les langues des hommes et même celles de anges mais que je n’ai pas l’amour, je suis un cuivre qui résonne ou une cymbale qui retentit.Si j’ai la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j’ai même toute la foi au point de transporter des montagnes mais que je n’ai pas l’amour, je ne suis rien …. même si je livre mon corps aux flammes mais que je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien. (1 CORINTHIENS 13 / 1 à 3) (à suivre)

  5. viviane75 dit :

    L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice mais il se réjouit de la vérité. Il pardonne tout, il croit tout, il supporte tout.

    L’amour ne meurt jamais……

    1 CORINTHIENS 13 (4 à 8)

  6. viviane75 dit :

    L’AMOUR C’EST QUOI ?

    A cette question cruciale des adultes cherchaient des réponses plus ou moins farfelues quand un enfant de 6 ans à peine répondit : « l »amour, c’est simple, c’est bien connaître une personne et continuer à l’aimer telle qu’elle est. »

    Si la vérité sort de la bouche des enfants, celle-ci est la plus percutante qu’il soit donné d’entendre.

Répondre

JETBOOKS Critiques de livre... |
Le Calice Noir |
ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the green dress and the blu...
| chatsrimentencoeur
| BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ...